Mauritanie : Ould Ishedou, nous attendons dans le dossier de notre client une décision d’incompétence du tribunal

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
operanews1701003497532

Le chef de file du collectif du défense de l’ancien Président Mohamed Ould Abdel Aziz, me Mohameden oumd Ishedou, a déclaré que le collectif s’attend à statuer sur son client du fait de  l’incompétence du tribunal, sur la base de l’article 93 de la Constitution mauritanienne.
Ould Ishedou a ajouté lors d’une conférence de presse du collectif de défense, hier soir que l’article 93 de la Constitution régit le statut de l’ancien et des chefs d’État suivants dans la loi, traitant avec lui, et qu’il est difficile de “d’outrepasser ”, et le pouvoir judiciaire ne peut pas rendre une décision contraire au texte de la Constitution.
Il a déclaré que le président de la République ne pouvait être tenu responsable de ses actes, dans l’exercice de ses pouvoirs, et ne pouvait être accusé que par le Parlement, et ne pouvait être jugé que par la Haute Cour de Justice.
Ould Ishedou a déclaré que si le tribunal n’acquittait pas les accusés, il serait confronté à deux problèmes fondamentaux, à savoir l’invalidité de toutes les procédures et le manque de preuves et de témoins contre l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz.
Il a souligné qu’il y a une question dont il n’a pas parlé devant ce tribunal, à savoir la commission d’enquête parlementaire, qui “a été tuée par le procureur de la République, et son rapport a été retiré, et n’est pas dans le dossier, par la confession du livre de saisie, le chef du tribunal et l’agent lui-même, comme il l’a dit.
Le chef du collectif de défense d’Ould Abdel Aziz a posé des questions sur la chute de l’article 16 de la loi anticorruption, et a déclaré qu’il s’agissait d’un article qui parle d’un agent public et que le chef de l’Etat n’est pas un agent public, ce qui est interdit par l’article 27 de la Constitution.
Dans le même contexte, il a ajouté que cet article a été abandonné car il s’agit d’un article de droit commun, qui ne peut être confronté à la Constitution, qui est plus élevé, soulignant qu’il n’est appliqué que lorsqu’un verdict est rendu par un tribunal dans un procès équitable pour condamner un agent public.
Ould Ishedou a déclaré que dans leurs recherches au cours des dix derniers mois, ils sont arrivés à la conclusion que le procès intenté devant leur agent est un faux procès, soutenu par la classe politique et sociale mauritanienne, et visant à “renverser la tente mauritanienne”.

Il a souligné que cette projection est représentée par l’incident entre l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz et l’actuel président Mohamed Ould Ghazouani, qui a apporté deux changements en 2005 et 2008, et a apporté la décennie et ses réalisations, ses politiques et ce qui s’y est passé.
Le chef du collectif de défense de Ould Abdelaziz a déclaré que ce procès a pour tâche de destituer l’ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz dans l’action politique en fin de ne pas influencer les affaires publiques et la politique,  d’essayer de salir sa réputation,  comme la tentation “d’essayer de le liquider à l’école de police, c’est ce que nous avons découvert et lui a fourni des preuves”.
Il a noté qu’il y a des gens qui sont motivés par la nature de la vengeance, l’indifférence à l’intérêt national, et parfois même la “stupidité”, et donc des vœux pieux sur une base légale.

Il a souligné que le dossier du procès d’Ould Abdel Aziz “La Mauritanie a été retenue en longue haleine pendant quatre années pour des maigres résultats, sans pouvoir rien accompli du fait de travailler avec le mensonge”.
Ould Ishedou a déclaré que le tribunal n’a pas respecté la loi lorsqu’il “a injustement emprisonné les accusés pendant 10 mois, ce qui n’a aucune base légale, et n’a pas respecté la loi lorsqu’il a amené une partie et l’a appelée partie civile, sans discuter des arguments soulevés.
Dans le même contexte, il a ajouté que le tribunal n’avait pas respecté la loi en protégeant et en prenant soin des droits de la défense.
Le cordinateur du collectif de défense de l’ancien Président, Mohamed Ould Ichedou, a souligné que le dossier a été passé au crible, et dépasse désormais les 12 mille pages.
Il a déclaré que l’ancien président Ould Abdel Aziz avait contesté l’accusation et ceux qui la soutenaient, et leur avait demandé de lui fournir des preuves de détournements de fonds ou des pots-de-vin survenus dans n’importe quel secteur de l’État et auxquels il était lié, et personne ne pouvait relever ce défi, comme il l’a dit.
Dans le même contexte, il a ajouté que l’accusation et sa défense n’avaient fourni aucune preuve ni témoin contre leur client, soulignant qu’ils avaient amené des témoins et nié connaître Ould Abdul Aziz, et nié l’avoir rencontré à l’avance.
Ould Ishedou dit avoir été surpris par les accusations portées contre son client, car il s’agissait toutes de réalisations comme  : l’aéroport, l’électricité, les hôpitaux et les infrastructures etc….

 

Loading

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie :  La Commission Électorale Nationale Indépendante confirme la tenue des élections présidentielles à temps en Mauritanie

Mauritanie : La Commission Électorale Nationale Indépendante confirme la tenue des élections présidentielles à temps en Mauritanie

Le porte-parole de la Commission Électorale Nationale Indépendante en Mauritanie, M. Mohamed taqiallah Al-Adham, a déclaré que

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Présidentielle: Une sortie fulgurante de L’initiative « Kheiroun »

Présidentielle: Une sortie fulgurante de L’initiative « Kheiroun »

L'initiative "Kheiroun" a organisé dimanche soir dans la capitale Nouakchott une sortie politique au cours de laquelle elle a appelé le président Mohamed Ould Cheikh

12/02/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole