MALI : La Cédéao donne au Mali jusqu’à janvier pour libérer 46 soldats ivoiriens

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
CEDEAO-1

 Les dirigeants des États d’Afrique de l’Ouest ont exigé ce dimanche 4 décembre, à Abuja, que les autorités maliennes libèrent avant janvier 46 soldats ivoiriens prisonniers depuis juillet, sous peine de sanctions.

La Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) donne au Mali jusqu’au 1er janvier pour relâcher 46 soldats ivoiriens prisonniers depuis juillet, ont déclaré ce dimanche 4 décembre à Abuja les chefs d’État de la CEDEAO.

« Nous demandons aux autorités maliennes au plus tard au 1er janvier 2023 la libération des soldats ivoiriens », a dit à la presse Omar Touray, président de la Commission de la CEDEAO.

À défaut, l’Organisation sous-régionale prendra des sanctions, a dit le diplomate ouest-africain, cité par des médias. M.Touray a également déclaré que la CEDEAO se réservait d’agir si les soldats ne recouvraient pas la liberté avant le 1er janvier.

Le Président togolais Faure Gnassingbé, qui joue les bons offices entre le Mali et la Côte d’Ivoire dans cette crise, se rendra au Mali pour « exiger » la libération des soldats, a ajouté le diplomate.

Coups d’État militaires à l’agenda

Les dirigeants ouest-africains se sont aussi penchés sur la situation au Mali, au Burkina Faso et en Guinée, trois pays dans lesquels les militaires ont pris le pouvoir par la force depuis 2020.

Lire aussi:Mali: Le Mali remercie la Mauritanie et apprécie la décision de la CEDEAO

La CEDEAO fait pression depuis des mois pour un retour aussi rapide que possible de civils à la tête de ces pays. Les trois pays sont suspendus des organes décisionnels de la Cédéao. Les autorités se sont engagées, sous la pression, à céder la place au bout de deux ans et d’une période dite de transition au cours de laquelle ils affirment tous vouloir « refonder » leur État.

Au Mali, « il faut absolument que l’ordre constitutionnel revienne dans les délais prévus », a dit M.Touray.

En Guinée, M.Touray a pressé les autorités d’associer tous les partis et la société civile au processus devant ramener les citoyens au pouvoir. Les principaux partis et une bonne partie de la société civile boycottent l’offre de dialogue des autorités.

Quant au Burkina, M.Touray a exprimé « les sérieuses inquiétudes » de la CEDEAO devant l’évolution sécuritaire et la crise humanitaire. Il a affirmé « la volonté de soutenir le Burkina qui traverse une crise majeure ».

Maghreb Arabe Presse

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie: Me Ciré Clédor Ly  » ‘l’Ex président Mohamed Ould Abdel Aziz est gravement malade et privé de son droit à la vie  »

Mauritanie: Me Ciré Clédor Ly  » ‘l’Ex président Mohamed Ould Abdel Aziz est gravement malade et privé de son droit à la vie  »

Un avocat sénégalais confirme que l'ancien président Mohamed Ould Abdel Aziz est gravement malade et privé de

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Rejoignant le chœur de ceux qui saluent la tradition démocratique du Sénégal, je ne peux m'empêcher de reconnaître l'importance des récentes élections dans un contexte

29/03/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole