TOURISME EN MAURITANIE: les autorités aux Bancs des accusés

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
pminaugration

Apres 63 années d’indépendance, la Mauritanie vient d’inaugurer son premier hôtel 5 étoiles.
Ainsi et dans le cadre des activités commémorant les 63 ans d’indépendance, premier ministre mauritanien Mohamed Ould Bilal a inauguré aujourd’hui à Nouakchott l’Hôtel Fasq, le premier hôtel cinq étoiles de Mauritanie.

Le ministre du Commerce, de l’Industrie, de l’Artisanat et du Tourisme, Lamrabet Ould Bannahi, a déclaré que l’inauguration de ce premier hôtel cinq étoiles de ce type en Mauritanie est considérée comme « un saut qualitatif dans la réalisation des investissements touristiques, qui sont au cœur des objectifs du gouvernement ». Politiques générales.

Les vols touristiques en provenance de l’Europe avaient été suspendus en 2007 à cause d’attaques menées à l’époque par des groupes islamistes armés, avant qu’ils ne reprennent il y a quelques années après que les zones touristiques mauritaniennes aient été déclarées sûres.

En fin 2021, le ministère français des Affaires étrangères, avait adressé des conseils aux voyageurs en Mauritanie, signalant que la situation sécuritaire en Mauritanie n’a pas changé depuis mars 2019 ; date à laquelle, le ministère français avait adopté une certaine flexibilité dans la classification sécuritaire au niveau des régions mauritaniennes.
Le ministère mauritanien des Affaires étrangères n’avait pas apprécié ces conseils entre temps et dans une clarification qu’il avait publiée sur son site Internet, le MAE mauritanien a écrit : « En ce qui concerne notre pays, il n’y a eu aucun changement- jusqu’à présent – dans la situation de sécurité dans la région depuis 2019.
Tout ce qu’il en est, c’est que des informations de renseignement ont été échangées entre les services compétents, suite auxquels le Centre de crise français, avait rappelé en 2021 la recommandation de vigilance habituellement adressée aux voyageurs. Voilà en fait, la source de la confusion. »
L’aéroport de la ville d’Atar, dans le nord de la Mauritanie a accueilli un premier vol transportant 94 touristes de différentes nationalités en provenance de Paris, consacrant ainsi l’ouverture de la nouvelle saison touristique 2022-2023.

C’est ainsi que ce samedi , l’aéroport international d’Atar, enregistré le premier vol touristique, en provenance de France, transportant 129 touristes français, belges, et suisses, constituant le début officiel de la saison touristique 2023-2024.
Le tourisme représentait encore avant la déviation du Rallye Paris-Dakar et la pandémie de la Codid-19 l’une des sources de revenus substantielle pour le pays. Ce tourisme que la Mauritanie relégué au second plan représente dans des pays voisins, une activité qui génère des revenus plus importants que ceux de l’automobile, la chimie, l’alimentation, l’informatique ou encore le pétrole. Il met en jeu des investissements de capitaux considérables et génère des revenus substantiels et créait des emplois importants avant l’avènement du Covid-19.
Pour de nombreux pays, il est une source de devises indispensable pour l’économie et le commerce. C’est pourquoi d’ailleurs le secteur touristique occupe une place importante dans l’économie de ces pays. Il devait en être de même pour la Mauritanie. Les hauts responsables se sont rendu compte de l’importance de ce secteur stratégique qui est indispensable pour accompagner le développement économique.
Mais qu’elle est son impact sur l’environnement, le social et le développement durable ?
Le développement d’un tourisme durable, doit pouvoir créer des stratégies innovantes qui peuvent à la fois impliquer la population locale et préserver l’environnement. Il doit pouvoir assurer des revenus substantiels tout en mettant en évidence les enjeux réels du développement durable en Mauritanie.
La Mauritanie est incontestablement, un des états africains et arabes qui disposent d’importants sites touristiques, qui, une fois revalorisés et capitalisés seront à même de drainer des flux importants de touristes vers la destination du pays.
Avec ses villes anciennes, ses festivals annuels, ses peintures rupestres, son tourisme scientifique, la Mauritanie offre un capital important de raisons qui peuvent inciter à curiosité des touristes du monde entier.
Mais malheureusement la Mauritanie souffre encore d’un déficit considérable
Des infrastructures touristiques et des sites d’accueil dans les réserves naturelles, qui sont à même de faire de ce secteur un fer de lance supplémentaire de l’activité économique pour assurer une importante source de devises pour le pays.
La Mauritanie, qui a besoin de se vendre sur un plan touristique souffre d’un grave déficit de communication indispensable pour inverser la tendance et de donner du pays l’image d’une destination sûre et attrayantes pour les touristes du monde qui inondent les Etats voisins.
Ce constat est la conséquence de ce manque de volonté politique qui empêche le secteur touristique d’apporter sa contribution dans le développement du pays et d’assurer des retombées positives sur l’essor des infrastructures.
Sur un autre plan, non négligeable aussi, pour la promotion du secteur touristique, des responsables TO (Tours Operateurs), qui ont préféré garder l’anonymat, déplorent le fait que les importants investissements consentis pour développer le secteur touristique, ne sont pas soutenus par une volonté politique des pouvoirs publics.
Ceci est d’autant plus vrai, que l’on sait que les investisseurs qui mobilisent des capitaux énormes dans des activités à haut risque, en raison de plusieurs facteurs qui s’additionnent (faibles revenus, l’insécurité dans certaines zones) ne sont pas encouragés à choisir la destination de notre pays par des programmes stratégiques et des projets vendables sur le plan mondial du tourisme.
Le tourisme de notre pays souffre non seulement d’absence d’investisseurs mais une vision claire des pouvoirs publics, susceptibles de propulser en synergie un nouvel élan au profit des acteurs du secteur, notamment la fédération du tourisme et l’office national du tourisme dont la conjugaison des efforts pourrait dans un premier temps créer une perche de salut pour sauver et promouvoir cette activité économique toujours à l’état embryonnaire en Mauritanie.
A l’Office National du Tourisme, malgré le contexte pandémique national international qui avait limité considérablement les efforts consentis dans ce domaine, a lancé une nouvelle dynamique. La nouvelle direction de Office a fait peau neuve dans le domaine du tourisme par l’initiative de son premier responsable, et elle s’est lancée dans une ouverture sur les secteurs de promotion par une présence remarquée et promotionnelle dans les foires, les rencontres et les salons internationaux.
Mais ses efforts font face non seulement à une faiblesse de visibilité et d’une communication à même de catapulter les efforts de l’Office mais aussi à un manque de soutien des pouvoirs publics dans le cadre d’une stratégie nationale globale prédéfinie pour le secteur du tourisme.
En effet, une stratégie touristique efficiente et appelée à se développer et à devenir compétitive à moyen et long terme requiert une concertation entre les opérateurs afin de mettre en place toutes les chances d’assurer une meilleure productivité de l’activité touristique ainsi qu’une stratégie commune pour booster le secteur.
Il faut peut-être, maintenant que la situation est favorable, promouvoir en parallèle le tourisme des affaires.
Le secteur touristique mauritanien souffre malheureusement de plusieurs maux dont principalement le manque d’infrastructures hôtelières comme du type FASQ, selon son directeur, AbdulRahman, le coût de l’investissement de cet hôtel s’élève à plus de 10 milliards d’ouguiya, ajoutant qu’il travaille aujourd’hui à la mise en place d’un nouvel investissement touristique au bord de l’océan Atlantique, et que les procédures légales pour cet investissement a été réalisé avec succès.
Pour information, l’ Hotel Fasq, comprend plus de 20 suites d’hôtel et plus de 110 chambres d’hôtel.
En plus d’un restaurant d’une capacité de plus de 120 chaises et de salles de réunion, le nombre de ses employés atteint 160 travailleurs.
Le secteur touristique mauritanien souffre, malheureusement aussi, de l’emménagement des cités balnéaires et leur accompagnement par des visions à court, moyen et long terme appropriées pour surmonter les difficultés et assurer une compétitivité du tourisme par rapport aux pays voisins.

MN

Articles Similaires:

  • Articles non Similaires
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie: Des critiques exacerbées contre Aissata Lam

Mauritanie: Des critiques exacerbées contre Aissata Lam

Les supporteurs mauritaniens ont énormément critiqué la directrice de l'Agence de la promotion de l'investissement, Aissata Lam,

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Mauritanie-Sénégal: Démarrage imminent de la production du gaz du gisement GTA

Mauritanie-Sénégal: Démarrage imminent de la production du gaz du gisement GTA

Le géant pétrolier BP vient d’annoncer l’arrivée de l’unité flottante de production, de stockage et de déchargement (FPSO) au sein du projet Grand Tortue Ahmeyim

05/06/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole