Le plus haut chef militaire du Polisario se rend au Pays Basque pour suivre un traitement médical

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
Mohamed El Ouali Akeik
LE NUMÉRO DEUX »

Le plus haut chef militaire du Polisario se rend au Pays Basque pour suivre un traitement médical

Contrairement à ce qui s’est passé en 2021, avec l’hospitalisation de Brahim Ghali, le leader sahraoui, le séjour de Mohamed El Ouali Akeik en Espagne ne provoquera cette fois pas de tensions avec le Maroc.

Mohamed El Ouali Akeik, 73 ans, haut responsable militaire du Front Polisario , est au Pays Basque pour subir un examen de la maladie dont il souffre et se faire opérer de la cataracte. Depuis novembre 2020, le mouvement sahraoui mène une guerre de faible intensité avec le Maroc, qui s’est quelque peu intensifiée à la fin du mois dernier.

La nouvelle de son séjour au Pays basque a été révélée samedi soir par la presse marocaine et confirmée hier par la délégation du Polisario en Espagne, sans toutefois préciser où il a reçu des soins médicaux. Lorsqu’on leur a demandé s’ils avaient des preuves de sa visite en Espagne, La Moncloa et le ministère des Affaires étrangères n’ont pas répondu.

Le journal casablancais Yabiladi , le premier à rapporter la nouvelle, prédit que ce séjour au Pays basque ne suscitera pas de tensions contrairement à ce qui s’est passé il y a un peu plus de deux ans. Fin avril 2021, le chef du Polisario, Brahim Ghali, gravement malade du Covid-19, s’est rendu d’Alger à Saragosse et a ensuite été admis à l’hôpital San Pedro de Logroño où il a été guéri.

C’est également la presse marocaine qui a ensuite révélé la nouvelle en collaboration avec Jeune Afrique , une publication française liée aux autorités de Rabat. Le Maroc a profité de l’accueil réservé au Ghali, dont il n’était pas informé, pour aggraver une crise avec l’Espagne qu’il a déclenchée le 10 décembre 2020 en annulant le sommet entre les deux gouvernements. Son objectif était d’obtenir le soutien de l’exécutif espagnol à son plan d’autonomie pour résoudre le conflit du Sahara occidental, ce qu’il a réalisé en mars 2022 avec la lettre envoyée par le président Pedro Sánchez au roi Mohamed VI.

Si cette fois il n’y a pas de tensions entre le gouvernement espagnol et les autorités marocaines, c’est probablement parce que la diplomatie espagnole a informé Rabat de l’arrivée en Espagne de son « ennemi » sahraoui . L’exécutif espagnol est aussi, parmi tous les Européens, celui qui est allé le plus loin dans son soutien à la solution autonome prônée par le roi Mohamed VI depuis 2007.

Mohamed El Ouali Akeik est né à El Aaiún et, comme Ghali, a la nationalité espagnole. Il a probablement choisi de s’installer au Pays Basque car l’un de ses frères réside dans cette communauté. Avant de diriger la branche armée du Polisario, il a été premier ministre et ministre des « territoires occupés » de la République arabe sahraouie démocratique , qu’aucun pays européen ne reconnaît. Depuis qu’il occupe des responsabilités militaires depuis trois ans, il est considéré comme le « numéro deux » du Polisario.

A l’âge de 24 ans, à l’automne 1974, El Ouali Akeik fait ses débuts dans la lutte armée contre l’armée espagnole . L’année suivante, l’Espagne cède sa dernière colonie africaine au Maroc et à la Mauritanie et change alors d’adversaires. Un éclat d’obus l’a touché au visage. Cette blessure de guerre lui a déformé le visage.

Jusqu’à ce que l’hospitalisation de Ghali rompe cette tradition, l’Espagne accueillait des personnalités sahraouies ainsi que d’autres pays du monde où le système de santé était médiocre, pour leur prodiguer des soins médicaux. Ahmed Bujari, représentant du Polisario auprès des Nations Unies, est décédé en 2018 à l’hôpital de Cruces en Biscaye. Deux ans plus tard, Mohamed Khaddad, qui s’occupait en pratique des relations internationales du mouvement sahraoui, décède dans un hôpital de Madrid.

La presse marocaine notait déjà avec surprise que Mohamed El Ouali Akeik n’avait pas participé, le 5 novembre, à une réunion présidée par Ghali à Rabouni (sud-ouest de l’Algérie) pour examiner l’évolution de la guerre contre le Maroc. À l’exception du ministre marocain des Affaires étrangères, Nasser Bourita , les autorités marocaines ont toutefois nié jusqu’à présent l’existence d’une guerre au Sahara , aussi petite soit-elle.

Fin octobre, ils ont changé de langue. Omar Hilale, ambassadeur du Maroc auprès des Nations Unies, a dénoncé une « attaque terroriste » et un « acte de guerre » . Il faisait référence au bombardement par le Polisario, le 28 octobre, de la ville de Smara (60 000 habitants), au nord-est du Sahara occidental. Il a causé la mort d’un civil et blessé trois autres personnes, dont deux grièvement.

Jusqu’à présent, les attaques du Polisario se sont concentrées sur le très long mur de défense érigé par l’armée marocaine au Sahara. Depuis deux semaines, ils sont dirigés contre les aéroports militaires de Smara et Grair Labouhi d’où décollent les drones israéliens et turcs avec lesquels le Maroc frappe la guérilla sahraouie.

Le Polisario bombarde avec des roquettes russes (Grad-P), plus connues sous le nom de « organes de Staline », lancées depuis des camions ou des SUV, qui sont imprécis. Ainsi, le 28 octobre, il aurait pu commettre une erreur et tirer sur un quartier de Smara plutôt que sur l’aéroport. La portée de ces projectiles se situe entre 20 et 40 kilomètres, mais on estime désormais que, grâce à quelques améliorations techniques, ils ont pu être tirés à environ 60 kilomètres . C’est pourquoi ils ont un impact sur ces aéroports et leurs environs.

Hormis les morts et les blessés du 28 octobre, le Maroc n’a reconnu aucune victime dans cette guerre, contrairement au Polisario, qui a même reconnu la mort de responsables militaires , victimes d’attaques de drones, comme le chef de sa gendarmerie. Les drones marocains ont également tué des civils sahraouis, mauritaniens et algériens.

En novembre 2021, un drone a abattu trois camions algériens circulant sur la piste reliant la Mauritanie au sud de l’Algérie. Le président algérien Abdelmajid Tebboune a dénoncé ce « lâche meurtre » dans un communiqué et annoncé qu’il serait puni, mais Alger n’a pas fait monter la tension. Aujourd’hui, le Maroc semble également vouloir éviter l’escalade et n’a pas répondu avec force aux dernières attaques du Polisario.

Ignacio Cembrero

Elconfidencial

Loading

Articles Similaires:

  • Articles non Similaires
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Dans un communiqué publié il y a peu sur sa page Facebook, l'armée mauritanienne a révélé des détails sur le crash d'un avion militaire appartenant

15/05/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole