France-Afrique : Un nouveau coup dur pour la France sur le continent africain… une monnaie qui menace le franc africain

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
F7CVPOtX0AAk0ql

Il ne semble pas que les problèmes de la France en Afrique soient en passe de se résoudre, mais ils deviennent plutôt plus difficiles : Paris, qui a reçu de gros coups avec le retrait militaire du Mali, du Burkina Faso et du Niger, la fermeture de ses ambassades, et le déclin de son influence politique, est aujourd’hui confronté à une crise à dimension économique, puisque les trois pays qui ont annoncé leur sortie du « groupe » entendent que la CEDEAO entend travailler à l’adoption d’une nouvelle monnaie pour eux et à l’abandon du franc CFA, qui est sous le contrôle de la Banque centrale française.

Le président de transition du Burkina Faso, Ibrahim Traoré, a annoncé mardi son soutien à la proposition du chef du régime militaire du Niger, le général Abderrahmane Tiani, sur la possibilité d’établir une monnaie commune avec le Burkina Faso et le Mali, comme une « étape » « sortir » du « colonialisme ». Traoré a réitéré sa volonté de couper toutes… les relations avec la France.

Des rumeurs sur l’éventuel nom de la monnaie « Sahel » ont déjà été répandues par des personnalités proches des régimes du Mali, du Niger et du Burkina Faso, et des modèles de futurs billets ont été proposés sur les réseaux sociaux, à l’effigie du colonel Assimi Goita, capitaine Ibrahim Traoré et le général Abderrahmane Tiani.

« La monnaie est une étape de sortie de ce colonialisme », a déclaré dimanche soir à la télévision nationale le général Tiani, faisant référence au franc CFA et à la France, ancienne puissance coloniale, ajoutant que le Niger, le Mali et le Burkina Faso, trois anciennes colonies françaises, gèrent désormais par les régimes militaires : « Elle dispose d’experts financiers et nous déciderons le moment venu ».

Le général Tiani a poursuivi en déclarant : « La monnaie est un signe de souveraineté et les trois pays sont engagés dans le processus de restauration de leur pleine souveraineté », soulignant qu’« il n’y a plus de doute sur la possibilité que nos pays restent la vache à lait de l’économie ». France. »

La déclaration du général Tiani intervient deux semaines après le retrait du Mali, du Burkina Faso et du Niger de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), qu’ils accusent d’être exploitée par la France. sanctions contre le Mali, avant de l’appliquer au Niger.

Un pas vers l’indépendance financière

L’universitaire et expert des affaires africaines résidant à Paris, Mohamed Turshin, estime que le pas de l’indépendance financière et l’ouverture de la voie vers une monnaie commune sont une étape attendue entre les trois pays précédemment retirés du groupe du Sahel et de la CEDEAO.

Turchin a expliqué que les systèmes politiques de ces pays sont très similaires dans la mesure où il s’agit de régimes militaires arrivés au pouvoir grâce à des coups d’État, qui ont des idées libérales axées sur l’Afrique et qui adoptent les thèses libérales de Thomas Sankara, l’ancien dirigeant du Burkina Faso.

Turchin a souligné que les régimes de ces pays tiennent la France pour responsable de tous les échecs et échecs survenus au cours des périodes précédentes, et que les pays veulent se débarrasser du franc africain parce qu’il est lié à Paris et à son époque métaphorique.

Concernant ses attentes concernant la nouvelle monnaie, Turshin a déclaré : « Le franc africain est imprimé en France, et il y a aussi les réserves de trésorerie de la Banque centrale africaine. On s’attend à ce que ces pays quittent l’autorité monétaire liée à la France, abandonnent le « L’alliance. D’autres pays pourraient les rejoindre à l’avenir. Ce qui est plus dangereux, c’est que cela ouvrira la porte à d’autres pays pour revoir leurs relations. avec le franc africain et préférerons peut-être d’autres options.

Un coup dur pour la France

Le chercheur en affaires africaines, Ali Musa Ali, a déclaré que la France « liait ses colonies en Afrique à des relations économiques inégales, en vertu d’une hégémonie politique sur des pays remontant à l’époque du colonialisme et même après l’indépendance, qui n’était pas complète, comme Paris l’a encore fait. continue de contrôler le commerce et la monnaie des colonies.

Dans une interview accordée à Sky News Arabia, Ali a expliqué : « À l’époque coloniale, les colonies représentaient plus de 60 pour cent du volume du commerce extérieur français, et la part de l’Afrique dans les exportations françaises a atteint 8,7 pour cent après l’indépendance et est tombée à 5 pour cent au cours de la dernière décennie. dix ans. Ce déclin a poussé la France à repenser ses relations avec le continent, et même l’idée d’interventions sécuritaires pour faire face au terrorisme était une initiative pour préserver son influence économique et politique.

Ali a déclaré que la France « occupe une part importante du marché pétrolier et gazier en Afrique, représentant 40 pour cent des approvisionnements français en pétrole, et domine également les monnaies de 14 pays africains. En raison de cette domination, qui est due à l’ancrage de ces pays.  » Des pays où 50 pour cent de leurs réserves de change sont détenues dans le Trésor français.  »

Il a ajouté : « Cela aura un impact majeur sur l’économie française, qui dépend davantage de la richesse du continent africain, car on ne peut pas espérer que la France figure parmi les dix premières mondiales sans l’Afrique ».

Il a souligné que la tendance de certains pays africains vers une rupture militaire avec Paris « représente une première étape vers une libération complète et absolue de l’hégémonie française, menée par le Mali, le Burkina Faso et le Niger. J’espère qu’il y aura une deuxième étape de libération », ce qui est lié à la libération de l’économie africaine de l’emprise française afin que ces pays aient des monnaies. » Patriotisme : La véritable souveraineté est la souveraineté économique, et la libéralisation économique aura un impact majeur sur l’économie française, qui est plus dépendante de la richesse du continent. »

Franc africain

• L’histoire du « franc CFA » remonte à l’époque de la libération du colonialisme : après que 14 pays (le groupe d’États français) ont obtenu leur indépendance en 1960, Paris a forcé ces pays à utiliser une monnaie unifiée, qui est le « franc CFA ». franc », une abréviation de Communauté Financière Africaine, ou Communauté Financière Africaine.

• Le franc CFA est divisé en deux groupes :
– Franc Centrafricain : utilisé au Cameroun, au Congo, en Guinée Equatoriale, au Gabon, en République Centrafricaine et au Tchad.
– Franc ouest-africain : Il est négocié au Bénin, au Burkina Faso, en Côte d’Ivoire, en Guinée-Bissau, au Mali, au Niger, au Sénégal et au Togo.
• Les deux monnaies diffèrent par leurs formes monétaires, mais elles sont fortement liées à l’euro européen à travers un accord qui leur fixe un taux de change fixe par rapport à la monnaie européenne.
• Cela signifie que la politique monétaire du franc CFA est déterminée par la Banque centrale européenne.

 

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

 Le nouveau président sénégalais, Besserou Diomaye Faye, est arrivé aujourd'hui jeudi à Nouakchott pour une visite officielle

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Rejoignant le chœur de ceux qui saluent la tradition démocratique du Sénégal, je ne peux m'empêcher de reconnaître l'importance des récentes élections dans un contexte

29/03/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole