MAURITANIE: ROBERT MENARD DE RSF ET RFI, DENONCES DE COMPLOT CONTRE LA LIBERTE DE PRESSE EN MAURITANIE

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
Robert Ménard

Après la condamnation solennelle, de l’emprisonnement arbitraire du Directeur général et du Reporter du Journal Indépendant « Points Chauds », par la majorité des partis politiques mauritaniens, « voir le communiqué sur la page d’accueil de www.pointschauds.info »
l’Association Indépendante des Femmes Journalistes Mauritaniennes, a rendu public à son tour un communiqué dans lequel elle a fortement condamné la traduction des journalistes de Points Chauds devant la Cour Criminelle, pour le simple motif d’avoir dénoncé un scandale dans les règles de l’art et du professionnalisme.

L’association note avec stupéfaction que le seul chef d’accusation retenu contre les journalistes est celui de ne pas informé les autorités avant la publication de l’enquête, Le précédent grave, voulu par le parquet c’est que les journaux ne doivent pas publier des informations d’un certain type que s’ils ont l’aval des autorités .Dans ces conditions à quoi sert le dépôt légal effectué tant au niveau du ministère de l’intérieur que du parquet ? Toutes les éditions du journal « Points Chauds » comportant l’affaire des films X n’ont-elles pas eu l’autorisation préalable de diffusion des autorités ?
L’association a par ailleurs fustigé l’attitude indifférente de Reporters Sans Frontière, en l’occurrence son Secrétaire Général, Robert Ménard, dans l’affaire du scandale du film X tourné à la prison civile de Nouakchott. SUITE……

« Voir l’histoire des films X en 1er 2 , 3 et 4eme épisode sur http://www.pointschauds.info/fr/modules.php?name=articles&rop=tutoriaux&did=8»
En effet Monsieur Robert Ménard avait pour la circonstance condamnée le comportement des autorités judiciaires au mois d’octobre deux jours avant son arrivée à Nouakchott pour divers motifs la libération des journalistes arrêtés pour avoir dénoncé ce scandale. Ainsi il a failli à son obligation élémentaire de prendre position au sujet de ce dossier tout juste après l’audience que lui avait accordée le Président du CMJD Chef de l’Etat. Pire encore, le Secrétaire général de RSF n’a même pas fait état de cette affaire depuis qu’il a pris contact avec les lobbies qui l’ont amené à Nouakchott et lui ont organisé une rencontre avec le Président du CMJD. Reparti à Paris avec les conseils fournis par ses amis, de ne pas donner écho à cette affaire, Ménard s’est une fois de plus dévoilé au monde et donné la preuve éloquente que RSF est une carte de visite et une chasse gardée pour lui. Il dénonce les choses pour lesquelles il n’a pas obtenu des dividendes et tait les choses qui ont été positives pour lui, exactement comme le ferait n’importe quel « Peshmerga » chez nous. A savoir crier sur les toits tant que la bouche n’a pas été fermée par des billets (et pas n’importe lesquels).

L’hors de son séjour en octobre le Secrétaire Général de RSF a cependant obtenu une importante chose, sur le dos des journalistes emprisonnés et au détriment de la liberté de la presse en Mauritanie, il a permis la rediffusion de RFI en FM et pour cela il est assuré d’un grand merci là bas chez lui.
La même RFI dont l’attitude de la correspondante a été condamnée par l’Association des femmes Journalistes mauritaniennes. En effet cette chaîne, pourtant à vocation internationale n’a pas daigné couvrir une seule fois cette affaire bien qu’elle ait assisté personnellement à tous les points de presse donnés par les avocats et les journalistes emprisonnés. Comme pour RSF la correspondante de RFI compte des « amis », un « cercle » qui prétend être le parrain des journalistes en Mauritanie et qui pense être autorisé à déclarer qui est journaliste et qui ne l’est pas. Ce cercle d’ami de la correspondante veut acquérir l’allégeance des journalistes délivrent un passe-droit à RFI désormais contrôlée par eux et aptes à déterminer ce que doit couvrir la correspondante de ce qu’elle ne doit pas couvrir.

Le motif du blocage de l’information relative à l’affaire de l’emprisonnement arbitraire des journalistes venant du fait que ces « amis journalistes de la correspondante de RFI » ne veulent pas voir émerger une presse professionnelle qui OSE et qui n’est pas sous la coupe conformiste.
Pour ce qui est du Secrétaire Général de RSF, il faut savoir aussi qu’il y a plusieurs années, Ménard est arrivé à pénétrer les salles de rédaction de plusieurs médias de communications français et d’autres internationaux, déguisé en activiste des droits humains, version impérialiste, plaidant pour le droit à l’ingérence dans les affaires intérieures de chaque pays, justifiant les interventions bellicistes de ses maîtres. Dans cette approche et selon le journaliste JEAN-GUY ALLARD ; Ménard avait confessé il y a quelques mois de façon implicite son insertion dans l’opération de distribution d’argent à un nombre important de ses «collaborateurs» De ce faite , la méthode même de distribution des fonds, d’origine «indéterminée», par Ménard à ses « amis » , ressemble à la méthode utilisée par les différentes organisations américaines ouvertement liées à NED et USAID et révèle la relation RSF-CIA, tout comme la destination des prétendues «informations» diffusées par les «correspondants».

L’Association des Femmes Journalistes Mauritanienne déclare suivre de très près cette affaire et ne manquera pas au moment voulu de faire les démarches qu’il faut pour que cesse l’injustice à l’égard des journalistes de Points Chauds. Par la même occasion, l’Association en appelle à toutes les Organisations défenseurs des Droits du Journaliste de s’inscrire contre l’intimidation programmée de la presse en Mauritanie et le black out observé par RSF et RFI dans le cadre de cette affaire .
L’association demande aux membres de Reporters sans frontières de se démarquer de l’attitude inexplicable de son Secrétaire général, comme elle en appelle à la vigilance de RFI par rapport aux correspondances qu’elle reçoit depuis la Mauritanie.
Voir le Communiqué
M N

Communiqué

L’Association des Femmes Journalistes Indépendantes Mauritaniennes condamne vigoureusement la traduction, devant la Cour Criminelle, des journalistes du journal indépendant, « Points Chauds » pour le motif absurde d’avoir publié des informations sans aviser au préalable les autorités.
Une mesure qui confirme encore une fois l’inutilité du procédé de dépôt légal auprès du Ministère de l’Intérieur et du Procureur de la République.
Ce chef d’inculpation, le seul qui soit retenu contre nos confrères, Moulaye Najim et Adel O. Sejad, tient à un fil dont l’inaffectivité se voit confirmée par les deux dépôts obligatoires effectués préalablement par toute publication avant sa parution.

On est en droit de se demander, pourquoi des journalistes sont envoyés en prison pour n’avoir fait que leur métier ? La seule réponse qui s’impose, nous amène à conclure qu’il y a là une volonté de décourager, étouffer et porter atteinte à la liberté de presse.
Notre Association, soucieuse de la défense des droits des journalistes se dit indignée par de telles pratiques que l’on croyait révolues et s’étonne du silence coupable de ceux qui se targuent de défenseurs de la profession de journalisme, à l’image de Reporters Sans Frontières et Radio France International.

En effet, le Secrétaire Général de RSF M. Robert Ménard qui s’est rendu à Nouakchott au lendemain de l’emprisonnement des journalistes précités, avait pour la circonstance condamné le comportement des autorités judiciaires vis-à-vis du quatrième pouvoir. Mais, après la promesse faite par le Président du Cmjd et Chef de l’Etat, à l’issue de l’entretien accordé au SG de RSF et qui s’est soldé par l’accord pour l’ouverture prochaine d’une antenne pour RFI, l’organisation a cessé de se positionner par rapport au dossier qu’elle avait pourtant promis de suivre avec la plus grande attention, au même titre que les autres cas de violation de la liberté de presse dans le monde. Le même constat amère,vaut aussi pour RFI dont la correspondante permanente a assisté à tous les points de presse organisés par les journalistes inculpés, aussi bien avant leur emprisonnement qu’au lendemain de leur mise en liberté provisoire. Autant dire que de telles attitudes douteuses ne sont pas acceptées.

L’Association des Femmes Journalistes Indépendantes Mauritaniennes:

– Condamne toute poursuite menée contre les journalistes dans l’exercice de leur profession

– Demande à la justice mauritanienne de juger les journalistes conformément à l’ordonnance 91 qui réglemente la profession.
– Fait appel pressant à toutes les organisations internationales et nationales des Droits de l’Homme et de défense des journalistes a condamner les dérives observées dans le cadre des procédures menées jusqu’ici

– Rappelle à RSF et RFI leur devoir minimal en tant qu’institution et Organisation de presse à vocation internationale et leur demande de cesser le black-out qu’elles observent par rapport à cette question.

– L’association demande aux membres de Reporters sans frontières de se démarquer de l’attitude inexplicable de son Secrétaire général, comme elle en appelle à la vigilance de RFI par rapport aux correspondances qu’elle reçoit depuis la Mauritanie Nouakchott le 05 /06/06
Pour l’Association
Le Bureau exécutif

Articles Similaires:

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Dans un communiqué publié il y a peu sur sa page Facebook, l'armée mauritanienne a révélé des

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Mauritanie :crash d’un avion militaire appartenant à l’armée

Dans un communiqué publié il y a peu sur sa page Facebook, l'armée mauritanienne a révélé des détails sur le crash d'un avion militaire appartenant

15/05/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole