Mauritanie : Les partis et formations politiques, rejettent tout résultat de la consultation n’inclut pas la reconnaissance préalable des partis politiques qui possèdent la preuve du dépôt des demandes de reconnaissance

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
newslite1710676212533

Les partis – sous licence – et formations politiques ont annoncé leur rejet de toute décision ou annonce au nom des « journées nationales de concertation sur la préparation participative des élections présidentielles et le renforcement de la gouvernance politique », n’inclut pas la reconnaissance préalable des partis politiques qui possèdent la preuve du dépôt des demandes de reconnaissance, ainsi que le retour des partis qui ont été inconstitutionnellement dissous.
Ces partis et formations politiques ont également exigé dans une déclaration commune la pleine application de la loi sur l’organisation des partis politiques et les décisions de la Cour suprême de refuser de dissoudre certains partis.
Les parties ont confirmé leur volonté constante de participer à toute concertation visant à réformer certaines lois qui favorisent la démocratie et le bien-être du peuple mauritanien, tout en veillant à leur application pleine et entière, telles qu’elles sont, avant de les réformer.
Les parties ont enregistré le refus du pouvoir exécutif d’appliquer les décisions de l’autorité judiciaire prises en cassation des décisions de dissolution inconstitutionnelle en raison de l’incapacité d’atteindre 1% aux élections municipales à l’issue de la participation effective à un vote.
Les formations et partis politiques ont déclaré avoir participé aux ateliers des 9, 10 et 11 mars, dans le but de contribuer au renforcement de la démocratie et de ne pas soutenir les manœuvres visant à continuer de violer la loi réglementant les partis politiques.
Ces formations et partis ont alerté sur ce qu’ils ont qualifié de suspension inconstitutionnelle de l’application de la loi sur l’organisation des partis politiques, à travers les faits, y compris le refus de délivrer des reçus, alors que l’application de toute loi ne peut être suspendue en raison d’un processus d’amendement en cours.
Ces formations et partis ont confirmé qu’il apparaissait clairement, lors des discours des administrateurs du ministère de l’Intérieur et d’une minorité de partis politiques qu’il considère comme un cercle dans son orbite, ajoutant que”le but de ces organes est d’avancer dans la violation de la loi en cherchant à faire en sorte que les partis établis qui demandaient la reconnaissance s’engagent à les annuler, en plus des partis qui ont déjà obtenu de la Cour suprême une décision en leur faveur de ne pas se dissoudre.
Ces formations et partis politiques ont ajouté qu’il s’est avéré que le pouvoir exécutif, par l’intermédiaire du ministère de l’Intérieur et de la Décentralisation, insiste pour piétiner la loi réglementant les partis politiques, et exerce davantage de manœuvres visant à entraver de réels progrès démocratiques dans le pays, décevant ainsi les espoirs de poursuite de la démocratie qui étaient suspendus lors de l’annonce de ces ateliers.
Ces partis ont estimé que le pouvoir exécutif ne semble pas se contenter de répéter les procédures de blocage concernant la loi sur l’organisation des partis politiques, dans le but de réduire sa portée démocratique, notant qu’il a travaillé à modifier la loi de 2012 sur l’organisation des partis politiques pour inclure dans la version de 2018, la dissolution de tout parti qui ne peut obtenir 1% après deux élections consécutives, et le refus de renvoyer ceux qui ont reçu une décision contre leur dissolution, rendue par la Cour suprême.
Il a également refusé – selon le communiqué – de délivrer des reçus aux demandeurs de reconnaissance, malgré le fait que le système adopte le permis, en plus de ce que ces partis ont qualifié de suspension inconstitutionnelle de l’application de la loi pendant plusieurs années, sous prétexte du grand nombre de partis reconnus, alors que ce nombre, qui résulte de la pratique de la reconnaissance par l’autorité, est inférieur à plusieurs pays plus avancés que nous en termes de démocratie.
La déclaration a été signée par le Parti de la Refondation pour une action globale (Rak), le rassemblement des Démocrates progressistes, l’avant-garde, pour une Mauritanie unie et forte, l’appel pour la République, en avant la Mauritanie et le parti du Changement.

Il est à souligner que  les chefs des principaux partis d’opposition mauritaniens étaient absents de la cérémonie organisée par le ministère de l’Intérieur  au palais des congrès en clôture ,comme les chefs des partis politiques d’opposition représentés au Parlement, à savoir le Rassemblement national pour la réforme et le développement « Tawasul », dont le président est le chef de l’opposition, le parti du front républicain pour l’unité et la démocratique, le parti de droite, et le parti de l’Alliance pour la justice et la démocratie / Mouvement du Renouveau.

La cérémonie a également vu le retrait d’un certain nombre de participants, lors de la lecture du rapport final.

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

 Le nouveau président sénégalais, Besserou Diomaye Faye, est arrivé aujourd'hui jeudi à Nouakchott pour une visite officielle

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Rejoignant le chœur de ceux qui saluent la tradition démocratique du Sénégal, je ne peux m'empêcher de reconnaître l'importance des récentes élections dans un contexte

29/03/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole