Mauritanie /Alliance populaire : Le ministre de la Justice a abandonné son rôle de protection des droits et des institutions « 

Share Now

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email
Share on print
Share on whatsapp
mauritanieelections

 qu’elle regrettait que le ministre de la Justice ait abandonné son rôle de protection des droits et des institutions, freiné les tentatives des agences exécutives de dominer l’autorité législative et adopté une méthode de recrutement ouvert et de violation flagrante du caractère sacré et de la liberté d’expression. parlementaires.

Le parti a ajouté dans un communiqué publié aujourd’hui que dans des circonstances mystérieuses et avec une rapidité inhabituelle dans le système mauritanien de responsabilité et de contentieux, connu pour ses procédures longues et lentes, qui ont poussé la plupart des citoyens à s’abstenir d’y recourir, les autorités ont envoyé un demande de levée de l’immunité parlementaire du député Bram Dah Abid au bureau de l’Assemblée nationale. Sans en révéler les raisons, le bureau semblait en alerte et avec préméditation pour répondre à la demande susmentionnée avec une étrange simplicité et dérision, et sans que cela nécessite présenter la question aux membres de l’association pour en discuter, comme si la mission du bureau était de mettre en œuvre les instructions du pouvoir exécutif, il suffit d’un trait de plume

 quelques mois après le mandat de l’Assemblée, lorsque l’immunité parlementaire du député Muhammad Bui a été levée , celui-ci a été emprisonné et divers moyens ont été utilisés pour faire taire sa voix, révélant l’étendue de l’insistance du régime à continuer de restreindre les libertés individuelles et collectives des citoyens. Combattant la liberté d’expression, comme si ces agences ne se contentaient plus des manipulations et des fraudes flagrantes qui ont caractérisé les dernières élections municipales, régionales et parlementaires, alors qu’elles commençaient à travailler dur pour faire taire ceux qui ils se considèrent eux-mêmes comme des représentants du peuple censés jouir de protection et de respect, au lieu d’exploiter toutes les occasions pour les poursuivre.

L’Alliance populaire progressiste croit au principe de la liberté d’expression comme fondement de la pratique démocratique 

  •       Nous regrettons l’abandon par le Ministre de la Justice de son rôle de protection des droits et des institutions, en freinant les tentatives des organes exécutifs de dominer le pouvoir législatif, en adoptant la méthode de l’emploi ouvert et la violation flagrante du caractère sacré et de la liberté des parlementaires par le les agences du régime, qui travaillent dur pour vider la démocratie de notre pays de tout son contenu .

Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

RETROUVEZ DANS LA MEME RUBRIQUE

Mauritanie : Le Syndicat des Éditeurs de la Presse Mauritanienne organise un banquet d’Iftar (VIDEO)

Le syndicat des Editeurs de la presse mauritanienne ( SEPM) a organisé un banquet d’iftar en l’honneur de quelques amis

admin admin 16/04/2023

Réservé uniquement aux Abonnés

EN VEDETTE

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

Mauritanie : Le président Diomaye Faye à Nouakchott

 Le nouveau président sénégalais, Besserou Diomaye Faye, est arrivé aujourd'hui jeudi à Nouakchott pour une visite officielle

..Ecoutez Points Chauds NetRadio

Tribune & Débats

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Sénégal : les Prémices d’une crise politique ?

Rejoignant le chœur de ceux qui saluent la tradition démocratique du Sénégal, je ne peux m'empêcher de reconnaître l'importance des récentes élections dans un contexte

29/03/2024

Follow Us

Find Us on Social Media

Points Chauds

Weekly Newsletter

Subscribe to our newsletter to get our newest articles instantly!

- Advertisement -

VERSION DIGITALE

VERSION P-PDF

SUR LE MOBILE

Les Éditions Papiers

Optimized by Optimole