Warning: Use of undefined constant REQUEST_URI - assumed 'REQUEST_URI' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/werweg/public_html/fr/wp-content/themes/point2/functions.php on line 145
 En Mauritanie : Santé et Equipement/Transport :Des Actions qui forcent l’estime : Points Chauds Online : 1er PORTAIL MAURITANIEN DE L'ACTUALITÉS sur le MAGHREB et L'AFRIQUE FRANCOPHONE

A la Une

En Mauritanie : Santé et Equipement/Transport :Des Actions qui forcent l’estime

Equipement et Transports: A la pointe des performances

L’organisation et le développement du secteur de l’équipement et des transports constituent l’une des priorités du Gouvernement, le Département a mis en œuvre un plan d’action visant à développer et moderniser ce secteur, en particulier le sous secteur routier qui joue un rôle important dans la réalisation des objectifs de développement socio-économique du pays et notamment dans les domaines de la consolidation de l’activité économique, de l’emploi et de l’encouragement de l’investissement.
Une stratégie nationale de sécurité routière vient d’être adopter en conseil des Ministres qui vise à réduire la fréquence et la gravité des accidents de la route en Mauritanie pour atteindre une  réduction de 25%. Cette stratégie est assortie de plan d’actions prioritaires 2012-2016.
Une lettre de politique de sectorielle a été également adoptée en conseil des Ministres. La stratégie retenue dans l’élaboration de la politique sectorielle des transports pour la période 2011-2025 est fondée sur un diagnostic du secteur et sur les conclusions des études réalisées en 2006-2007 en les adaptant aux objectifs fixés au secteur par le Cadre Stratégique de lutte contre la Pauvreté (CSLP).

Le pays devient  en chantier de routes

Il ne passe pas un mois sans que le ministère de l’équipement et des transports  mène des  travaux routiers lancés quelque part dans le pays lointain ou dans les centres urbains, espérant doter le pays d’infrastructures routières solides permettant de booster l’économie et de créer des accès pour les villages éparpillés à travers le territoire national pour écouler leurs productions agropastorales dans des marchés plus rémunérateurs, créant ainsi les conditions nécessaires à l’encouragement de l’initiative économique individuelle et collective. Divers chantiers sont ainsi lancés à travers le pays dont on peut citer à titre d’illustration les   travaux de la route Tiguint – Mederdra, du tronçon Rosso – Boumri de la route Nouakchott-Rosso, de la route Atar-Tidjikja et du nouvel aéroport international de Nouakchott, pour ne citer que ces exemples sur plusieurs autres.

Visites inopinées

Le département  effectue régulièrement des visites inopinées aux établissements relevant de son département pour s’assurer de leur bon fonctionnement tels que le laboratoire des travaux publics, l’ENER, l’ANAC  et la société des aéroports de Mauritanie.  Des visites qui sont généralement sanctionnées par des réunions avec les employés des structures visitées, pour les exhorter à être assidus, disciplinés et laborieux. Il s’agit aussi pour le ministère  de s’enquérir sur les équipements détenus par l’établissement, de noter les insuffisances et d’écouter les points de vue et les propositions dans le cadre des orientations visant à le promouvoir et à le développer pour travailler dans des conditions optimales. Ces visites s’effectuent à tous les niveaux du département notamment pour s’informer des conditions d’obtention du permis de conduire, ce titre qui était arbitrairement  livré dans le passé.
.
Baisse des accidents

Grâce à tout chainon de réalisations, des résultats positifs devraient apparaitre pour inaugurer des lendemains meilleurs du secteur des équipements et des transports. Le plus présent de ces bilans partiels est sans doute la baisse considérable des accidents consécutifs au développement des infracteurs routières. Selon statistiques portant sur les sinistrés avec dégâts corporels et matériels en Mauritanie pour l’année 2010, selon un rapport d’un expert, haut responsable de la sécurité routière, citant la gendarmerie nationale et la police chargée de la voie publique, une nette baisse à tous les niveaux comparativement à 2009 a été enregistrée. Ainsi, au cours de l’année 2010, les accidents de la route ont causé la mort de 156 individus, alors qu’au cours de 2009, 228 cas d’accidents mortels avaient été décomptés. Au cours de l’année écoulée, les accidents avec dégâts matériels enregistrés pour l’année 2010 sont au nombre de 5349 contre 6044 en 2009. 1622 accidents routiers en Mauritanie, ont été enregistrés durant la période d’avril à juin 2012. Cette baisse des statistiques mortelles sur les routes mauritaniennes est le résultat d’une vaste campagne de sensibilisation sur les dangers des accidents de la route.  80% de ces sinistres sont dues à des négligences humaines, dont 49% liés aux fautes d’inattention (non observance du code routier), 30% à des excès de vitesse et 13% à des mauvaises initiatives, cependant les 7% restants ne sont liés à des problèmes mécaniques et 1% non répertoriés». La plupart des ces accidents sont enregistrés sur les axes Nouakchott/Nouadhibou et Nouakchott/Boutilimit et leurs principales causes se résument à l’imprudence et l’excès de vitesse », a conclu le ministre.

Un bon sans précédent

En 2009 l’Etat a mobilisé 30 milliards d’ouguiya de son propre budget en plus des financements extérieurs pour des actions menés par le département de l’équipement et des transports.
Une  intervention devant permettre d’approfondir le port sur une longueur de 12 m pour devenir le plus grand port en Afrique de l’Ouest et du Nord, avec la capacité du port d’accueillir désormais toute sorte de bateaux.
Pour accompagner le développement économique du pays et en anticiper les besoins en matière d’infrastructures portuaires, les travaux d’extension des ouvrages d’accostage, dont la pose de la première pierre a été effectuée par Son Excellence le Président de la République Islamique de Mauritanie, Monsieur Mohamed Ould Abdel Aziz, le 25 septembre 2009, battent leur plein pour être achevés en 2013. D’ores et déjà, le poste pétrolier est en service, depuis le 22 janvier 2012, et le prolongement de la digue de protection est terminé.

Ainsi, le port de Nouakchott disposera de trois nouveaux postes à quai dragués à la côte -12,00 permettant d’y accueillir les navires porte-conteneurs de la troisième génération et des tankers de 40.000 tpl, et d’un appontement pétrolier pour des navires de 10.000 tpl, portant sa capacité totale à 7 postes à quai , au lieu de 3 actuellement.
Le contrôle des travaux, assuré par une société de renommée internationale, est financé sur fonds propres.
Toujours dans le même ordre d’idées, les études pour la construction à moyen terme d’un terminal à conteneurs avancent à grands pas.
Pour améliorer les services rendus aux navires et renforcer la sécurité et la sûreté de l’installation portuaire, il a été procédé à l’occasion du cinquantenaire de l’indépendance nationale, à la mise en service d’un «pilotboat» et du système de contrôle d’accès et de vidéosurveillance, acquis sur autofinancement.

Parmi les projets en cours figure la construction d’un aéroport international dont les travaux ont débuté le 28 Novembre dernier, dans le cadre, d’un nouveau mode de marchés avec des privés mauritaniens en plus de la réhabilitation et de l’extension de l’aéroport de Selibaby. Le secteur des transports a connu bond sans précèdent traduit, entres autres, par la mise en ouvre d’un arsenal juridique en plus de la naissance d’une nouvelle société nationale de transport aérien, d’une société de transport public ainsi que la révision des textes régissant le transport aérien à travers l’agence nationale de l’aviation civile.    Ces  nombreux chantiers d’infrastructures de transports réalisés pour la première fois dans l’histoire de la Mauritanie, traduits par plus de 20 projets routiers en cours d’exécution dans les différentes parties du pays, en plus d’un nombre similaire de projets dont l’étude a été achevée ou en cours d’élaboration illustre clairement que le pays est en chantier.

L’ENER et le défi permanent

Entretenir et préserver le Réseau Routier interurbain et hors agglomération en Mauritanie est un défi permanent que l’Etablissement National d’Entretien Routier s’attelle à relever tous les jours le long des axes. Cela pour maintenir la fluidité du trafic dans le respect des dispositions du Contrat Programme N°04 2010/2012.
Ainsi, durant les deux premières années notamment 2010-2011 de ce contrat, l’ENER a entrepris ses activités courantes à l’effet de s’acquitter de la mission qui lui est confiée. Son activité, telle qu’elle est définie dans le Contrat Programme N° 4 couvrant la période 2010/2012,  s’est poursuivie à une cadence anormale due à un hivernage précoce, long et vigoureux et le plus souvent suivant le caractère d’urgence de la situation et les impondérables. Ce qui n’a pas empêché les travaux d’entretien d’urgence, courant et périodique de se poursuivre durant cette période, sur tous les axes constituant le réseau National Routier long de 3869 Km dont 2932 Km revêtus et 937 Km non revêtus. Ces travaux ont concerné particulièrement le désensablement et le dégagement des dunes sur les axes principaux suivants : Nouakchott-Akjoujt, Akjoujt-Atar, Nouakchott-Rosso, Nouakchott- Boutilimitt- Aleg, Aleg- Sangrafa- Letfetar-Moudjéria, Aleg-Boghé-Kaédi, Aleg-Kiffa, Tintane- Aioun, Aioun-Kobéni-Gogui (frontière du Mali), Aioun-Néma et Nouakchott-Nouadhibou. Et sur les routes en terre améliorée il s’agit de : Tiguent-Mederdra,Tiguent-Plage,Tiguent- Boutreivye,Tiguent- Nimjatt, RN3-Nebaghiya, RN3-Tenadi et la bretelle de désenclavement de Benichab
Les plus importants travaux réalisés Hors Contrat Programme 2010/2012 sont : Les travaux de la voirie revêtue d’Akjoujt (10 km) ; une convention avec l’ERRT qui a été signée  et relative au renforcement de la digue de protection et à la création d’une piste desservant le quartier ELBOUNIA à Tintane ; une convention pour le nivellement et la mise au niveau d’un terrain de la STP à DAR NAIM ; une convention avec le MET pour l’entretien de certains axes de la voirie de Nouakchott ; une convention avec le MET pour la Construction d’une Voirie Urbaine revêtue de 10 Km à Nema en cours d’exécution achèvement était prévu l’année passée ; le renforcement et la réhabilitation de la digue de protection Magham-Fimbo en cours d’exécution dont l’achèvement est prévu en 2011.
Ezza

Le nouvel aéroport de Nouakchott

Ce chantier géant est incontestablement l’un des joyaux du ministère de l’équipement  et des transports qui illustre à bien des égards la ferme volonté de ce département de doter le pays d’un aéroport international digne de ce nom. Situé au PK 25 sur la route Nouakchott – Nouadhibou et d’une superficie totale de 18.000 mètres carrés, ce bâtiment principal comprend deux pistes pouvant accueillir les plus grands avions, y compris Boeing 747 et Airbus A380, avec une capacité d’accueil de plus de 2 millions de voyageurs par an. L’aéroport comprend un pavillon pour les voyageurs et un autre pour le fret, des parkings pour avions, des salons d’honneur présidentiels et autres ministériels, un hangar d’entretien d’une superficie de 4800 mètres carrés, une tour de contrôle de 38 mètres d’hauteur et 6 passerelles (satellites) de liaison avec les avions. Dans le cadre du plan de financement convenu, les dispositions adéquates seront prises, au plus tôt possibles, pour installer les équipements de navigation, les équipements de pare-feux et les installations de carburant. L’aéroport

qui permettra de créer plus de 800 emplois sera exécuté par la société Najah des grands travaux.

————————————————————————————————————————————–

SANTE /  Bilan honorable 

Le département de la santé sur lequel le président de république continue d’axer le gros morceau de sa politique orientée sur l’amélioration des conditions sanitaires des populations dégage le rôle pivot joué par ce ministère dans la réalisation du programme présidentiel réussie globalement à 70%..
Le ministère qui hier en proie à la paralysie et à l’inefficacité  a commencé a sortir de son agonie et à prendre de l’envol grâce aux coups d’accélérateur et du sang neuf insufflé par le gouvernement de manière générale et par le ministre de la santé de tutelle Ba Housseinou Hamadi en particulier  à un secteur sanitaire agonisant.  Des  grandes valeurs ont commencé aussitôt à caractériser la famille de la santé dont la discipline, le dévouement et le sérieux qui ont remplacé l’anarchie, la négligence et l’absentéisme. Le bilan du ministère est là pour prouver cet état de fait. Le déficit en ressources humaines  fait l’objet d’une politique  progressive de pourvoi en compétences avec la prise en parallèle de mesures visant à réduire la mortalité  ainsi qu’à doter le secteur d’équipements de pointe. Des reformes en profondeur traduites par le bilan honorable que voici   pour l’année 2011:

Combler le déficit en personnel

En matière de ressources humaines,  le Ministère a crée trois nouvelles écoles de santé  à l’intérieur du pays (Néma, Sélibabi et Rosso) avec la construction de 4 clases pour l’école de Kiffa. Parallèlement, à ces établissements, le département a recruté   296 personnel de santé constitués de médecins  spécialistes, médecins généralistes, TSS, IDE et IMS, établissant également des contrats avec 9 spécialistes étrangers qui travaillent  au service radiologie du centre hospitalier national et au centre national d’oncologie. Les autres actions visant à développer les ressources humaines ont porté aussi sur la formation locale de 15 Professeurs enseignants de santé, sur l’acquisition de  matériel didactique pour l’ENSP de NKT et l’ESP de KIFFA, l’appui à la formation de spécialisation de 43 Médecins chirurgiens dentistes à l’étranger ainsi que sur la formation de 27 médecins ( 2  radiothérapeutes, 25  en santé publique) , de  60 infirmiers (aides laborantins et manipulateurs de radio) en plus de l’évaluation de l’impact des primes de zone et de technicité.

Après le personnel, les équipements

Sur le plan des équipements, l’Etat les autorités se sont lancées dans une vaste opération d’acquisition des matériels et des équipements, de la logistique moderne ainsi que de la disponibilité des médicaments.  Pour améliorer le plateau technique des différentes structures sanitaires, les autorités sanitaires ont acquis  de lots d’équipements divers au profit du centre national de cardiologie, du centre national d’oncologie, du centre hospitalier mère et enfant, du centre hospitalier national et de l’hôpital de Cheikh Zayed ,  pour un cout de 209 693 909 UM . Des équipement divers  ont été également  achetés pour les hôpitaux  régionaux de Selibaby, d’Aleg, de Tijgja , de Zoueratt et  d’Aioun pour un cout de 36 140 605 UM.
Cette révolution dans les équipements a bénéficié par ailleurs à 15 centres de santé et à 15 postes de santé  équipés en matériels médicaux à hauteur de 142 520 000 UM. 20 postes de santé  ont été dotés aussi en panneaux solaires pour un cout de  13 000 000 UM en plus de l’acquisition et distribution de 96 Chaines de froid au niveau régional.
Sur le plan logistique, le département a acquis 13 nouvelles ambulances  pour un cout global de 192 500 000UM et a reçu à titre de dons 7 autres .Ces ambulances sont affectées aux centres de santé et aux structures hospitalières régionales. Pour ce qui est de la disponibilité des médicaments et fongibles médicaux,  elle a été assurée par le département sur  toute l’étendue du territoire national. En effet, les actions de contrôle du circuit de vente des médicaments ont permis de nettoyer le marché de médicaments d’une grande quantité de médicaments falsifiés ou périmés. Aujourd’hui, les services de santé fournissent gratuitement certains médicaments pour les maladies de Tuberculose, du Paludisme et les antirétroviraux pour les Personnes vivantes avec le VIH/SIDA. On ne peut oublier ici l’homologation des prix des médicaments entreprise par le département de la santé, dont les retombées positives ont été bien saluées par les citoyens,  puisqu’elle permet d’instaurer une lutte ferme contre le commerce illicite des médicaments..

Réduction de la mortalité et de la morbidité

L’’année 2012 constituera la première année de la mise œuvre du PNDS, qui devra  permettre, d’ici 2015, puis 2020 d’améliorer significativement la prise en charge intégrale des principales pathologies en Mauritanie par les structures hospitalières nationales en réduisant voire en éliminant totalement les évacuations sanitaires et en assurant une meilleure prise en charge des couts de santé par l’assurance ou l’état. La mise œuvre du PNDS devra permettre  en 2012 une réduction significative des taux de mortalité et de morbidité, en particulier de la  mortalité maternelle, néonatale, infanto-juvénile. Il est attendu qu’elle améliore aussi l’incidence du VIH,  du paludisme, des  prévalences  de la tuberculose, de  l’HTA et du diabète. L’année 2012 verra la réalisation de plusieurs chantiers s’inscrivant dans le cadre de la consolidation et du renforcement des acquis de l’année précédente, surtout du fait que les objectifs de la santé sont appelés à se concrétiser à court et à moyen terme, grâce à des actions continues, interdépendantes et menées à bien. Selon l’on tient à faire parler les chiffres pour mieux édifier l’opinion sur les objectifs visés, la mise en œuvre  du PNDS précité devra permettre  une réduction significative des taux de mortalité maternelle avec l’objectif de 220 pour 100.000 nouveaux en 2020.  Pour la  mortalité néonatale, les taux devront être améliorés à moins de 10 pour 1000 en 2020. Concernant la  mortalité infantile et infanto-juvénile, il est prévu un objectif de  30 pour 1000 en 2020. A propos de l’incidence du VIH,  du paludisme, des  prévalences  de la tuberculose, de  l’HTA et du diabète, la mise en œuvre du même plan susmentionné devra permettre à l’incidence du VIH de  passer de 9,5 pour 10.000 à 9% en 2020. Pour ce qui est des prévalences, elles devront passer respectivement pour la tuberculose  de 86 pour 100.000 actuellement à 60 pour 100.000 en 2015 et à 25 pour 100.000 en 2020, pour, pour l’’HTA (chez les 16-64 ans) de 39% actuellement à 35% en 2015 et à 30% en 2020  et pour le diabète (chez les 16-64 ans) qui passera de 6% actuellement à 5% en 2015 et à 3,5% en 2020.

Plusieurs chantiers attendus

L’année 2012 verra la réalisation de plusieurs chantiers notamment la construction et équipement de Centre National de Cardiologie, la réalisation de la carte sanitaire, le lancement du projet Renforcement du système de santé au niveau de 9 moughataas dans 4 régions. Au programme également, la construction des écoles de santé publique  à Rosso, Seilibaby et Néma  ainsi que la construction, la réhabilitation  et l’ équipement de plusieurs structures de santé de base à l’intérieur du pays ainsi que la  dotation de la structure.

Un centre spécial en  pathologies gynécologiques et obstétricales de la femme et des pathologies de l’enfant

Le CHME est un E.PA, il a été créé par Décret  N° 2009 / 041 du 28 Janvier 2009. Il est  doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière.
Elle se veut un centre de référence ultime en matière de prise en charge des pathologies gynécologiques, obstétricales et pédiatriques dans le  pays.
A terme, les services de l’établissement seront ouverts exclusivement aux malades en urgence et aux malades orientés par les formations sanitaires primaires, secondaires ou de référence.
Avec comme  objectif  de doter la Mauritanie d’un centre de référence ultime spécialisé dans la prise en charge des pathologies gynécologiques et obstétricales de la femme et des pathologies de l’enfant. Et d’approcher les objectifs du millénaire pour le développement en 2015
Et avec des objectifs spécifiques  comme le  renforcement des structures existantes dans le cadre de la prise en charge de la mère et de l’enfant, et offrir des prestations de qualité. Entre autre, il contribue à la formation et à la recherche
Les résultats attendus par les pouvoirs publique est : Prise en charge complète des pathologies gynécologiques et obstétricale de la mère et des maladies de l’enfant dans notre pays. Etre un centre référence pour la mère et l’enfant. Baisse significative de la mortalité et de la morbidité maternelle et infantile. Mettre fin aux évacuations à l’étranger (pour les pathologies gynécologiques, obstétricales et pédiatriques).
Le CHME a démarré ses activités le 31 Mai 2010 avec comme  services : Service de gynécologie/obstétrique , Service de pédiatrie, Chirurgie pédiatrique  , Radiologie, Bloc opératoire, Pharmacie ,Réanimation,  Laboratoire, Buanderie, Cuisine, Morgue, Incinérateur, Centrale d’oxygène
Données par service    Sept 2012 :
Consultation gynécologique    9451, Hospitalisation gynécologiques    1171 , Maternité    2819  (571 césariennes) , Bloc opératoire gynécologie    987 ,Bloc opératoire chirurgie pédiatrique    199
Urg pédiatrie    28 355 , Hosp pédiatrie    1183, Consult péd    2830, Consultation chirurgie pédiatrique    506 ,Hospitalisation chirurgie pédiatrique    203, ECHOGRAPHIE    2700 ,LABORATOIRE    4200
Ainsi il a été enregistré selon les dernières données, une  mortalité maternelle de 2 décès, La mortalité infanto juvénile elle est de: 9
La CNAM Face à ce grand défi
Depuis le lancement de ses activités en janvier 2007, la Caisse nationale d’assurance maladie (CNAM) a connu plusieurs extensions de son domaine d’intervention. Au départ, elle couvrait les fonctionnaires et agents de l’Etat, les personnels des forces armées, les parlementaires et les retraités issus de ces groupes. En 2010, la couverture maladie a été étendue aux personnels des établissements publics et parapublics. Puis, en 2012, une nouvelle extension a été opérée au profit des salariés des collectivités locales, des salariés et titulaires de pension du secteur privé, des professions libérales, des journalistes de la presse privée et des travailleurs indépendants. Cette extension graduelle est appelée à aboutir à une assurance maladie couvrant toute la population.
Face à ce grand défi, la CNAM a mis en œuvre des outils stratégiques pour atteindre un niveau de performance lui permettant de répondre aux attentes de ses assurés, à travers l’amélioration continue de la qualité de ses prestations et la mise en place d’une politique de proximité par rapport aux usagers du service. Cette démarche s’est traduite par :
•    Le conventionnement avec des prestataires médicaux et pharmaceutiques sur toute l’étendue du territoire national ;
•    Le conventionnement avec des établissements spécialisés à l’extérieur pour l’accueil et le
•    traitement de patients dont l’état de santé nécessite des soins de haute qualification ;
•    Une dynamique pour offrir aux assurés un espace d’accueil disponible et accélérer le traitement de leurs dossiers ;
•    Des points focaux dans les principaux établissements de santé de Nouakchott et des antennes régionales dans toutes les capitales des Wilaya ;
•    Un centre d’appel téléphonique toujours à l’écoute pour répondre aux questions posées par les assurés en rapport avec leur assurance maladie ;
•    Un lien Internet sur le site de la CNAM permettant aux assurés de suivre l’évolution de leurs dossiers et d’envoyer leurs réclamations éventuelles ;
•    Un dispositif technologique de pointe qui permet d’alerter les assurés par SMS et de les orienter vers le bureau de poste le plus proche pour retirer les montants qui leur sont remboursés.

Mais la réussite de la CNAM et sa pérennité dépendent de deux facteurs essentiels : d’une part, le sens de responsabilité des employeurs face à leurs obligations concernant la régularité des cotisations et d’autre part, le niveau de conscience de l’ensemble des acteurs par rapport aux dangers que représente la fraude pour l’assurance maladie.

Bilan honorable pour la santé

Comme pour 2011, l’action honorable s’inscrit dans la durée pour le département de la santé qui se présente aujourd’hui comme le fer de lance de la politique générale de l’Etat, orientée sur l’accès des citoyens aux soins de santé au moindre cout, chez eux, sans risque de s’exposer aux affres de « l’exode sanitaire » vers les centres hospitaliers urbains,  qui étouffent ces pôles n’ayant désormais rien à envier aux structures sanitaires les plus développées.
Des structures dotées de tous les équipements de pointe depuis les scanner, les IRM jusqu’au développement des ressources humaines pour combler le déficit et pour « mauritaniser la profession médicale à 100% » dans le moyen et long terme.    On ne peut conclure ce beau tableau sans louer la politique de bonne visibilité prônée par le département de la santé pour mieux informer l’opinion sur les actions diverses menés par son département notamment en donnant, conformément aux instructions du Président de la République, des consignes strictes à ses services depuis son bureau au plus bas de la hiérarchie,   à permettre aux médias l’accès à l’information pour rendre compte aux citoyens de leurs appréciations sur les services qui les concernent en premier.

Souleymane Didi
Dossier réalisé grâce à l’appui des certaines directions sanitaires et l’OMS
——————————————————————-

CESCA-OMDs : Un rythme accéléré à la hauteur du défi

« Offrir à tous les mauritaniens  un accès universel aux services essentiels de santé de qualité sans aucune forme d’exclusion ou de discrimination, avec la pleine participation des populations bénéficiaires et l’implication effective de tous les intervenants (public, privé, société civile, partenaires techniques et financiers) » ; tel pourrait être le credo des autorités sanitaires du pays. Cette boutade à elle seule exprime  toute la volonté du Président Mauritanien Mohamed Ould Abdel  Aziz  de  réhabiliter le  secteur de la santé et d’en faire  un des axes prioritaires de sa politique  comme exprimé dans son programme électoral. 

A l’approche de l’échéance prévue pour l’atteinte des OMD, la Mauritanie a affiché une forte volonté politique d’accélérer les progrès accomplis pour l’amélioration du bien être de l’Homme particulièrement au niveau des OMD 4, 5 et 6 relatifs à la santé notamment la mortalité infantile, la mortalité maternelle et la lutte contre les grandes maladies (tuberculose, VIH SIDA et paludisme).
Conscient de l’enjeu et des nouveaux défis le Chef de l’Etat a instruit son ministre de la santé Monsieur Ba Housseinou Hamady  afin d’entreprendre des mesures urgentes pour combler le retard constaté dans l’atteinte des OMD santé à l’horizon 2015. Le pari est de taille et n’a d’égal que la ferme résolution prise pour combler les retards constaté. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’une    Cellule  Sectorielle de Coordination pour l’accélération de l’atteinte des OMD-santé (CESCA OMD-santé) a été créée.
Les Objectifs de la Cellule
 La CESCA OMD-santé est chargée de la mise en œuvre des grandes orientations pour  la réalisation des OMD-santé. Elle  œuvre au renforcement des capacités institutionnelles des programmes, des directions centrales, des DRASS et devra pallier aux insuffisances constatés.  
La Cellule est dirigée par la Pr BAL Aissata , diplômée de la faculté d’Abidjan (doctorat en médecine) et spécialiste en gynécologie-obstétrique du Centre Hospitalier Universitaire Ibn SINA de Rabat. En 2003 elle obtient avec brio le titre de professeur agrégé de l’Université de Tunis faisant d’elle la première femme agrégée de la sous région dans le domaine.  A son actif, elle a exercé plus de 18 dans les centres hospitaliers de référence.
Grace à son expertise et à la compétence avérée de son équipe pluridisciplinaire composée d’ experts en opérations sur le terrain,  en programmation et  suivi/évaluation, en ressources humaines et en finances la Cellule compte tout mettre en œuvre pour réaliser les objectifs qui lui sont assignés.
Conscient de la lourdeur de cette responsabilité, le staff de cette Cellule compte agir de façon efficiente en se fixant comme priorité les interventions portant sur  la santé infanto-juvénile, la santé de la mère et du nouveau né, la prévention et le traitement du VIH/SIDA, du paludisme et de la tuberculose.  Toutes ces actions seront soutenues par des mesures d’accompagnement qui vont du renforcement de capacités du personnel médical à la construction des structures sanitaires en passant par leur équipement.

Les premières réalisations :

Dès sa création en mai 2012, la Cellule a adopté une démarche participative qui l’a conduit à approcher les PTF, les responsables des structures sanitaires, des projets et programmes, le personnel  des ministères sectoriels concernés pour établir une  situation complète de l’état des lieux
Après un diagnostic  sans complaisance,  qui n’a pas tardé, la Cellule a tout de suite joint la parole aux actes. Ainsi donc  elle a pu réaliser les actions suivantes :
Lancement des DAO relatifs à  l’équipement  médico-technique :
Hôpitaux Régionaux
–    Equipement complet de blocs opératoires de 4 hôpitaux (Aiuon, Kaedi, Selibaby et Atar)
–    Equipement de 5 banques  de sang pour les hôpitaux d’Aiuon, Kaedi, Selibaby, Tidjikja et Atar
–    Equipement complet de 4 maternités des hôpitaux d’Aiuon, Kaedi, Selibaby et Atar
–    Equipement complet de 5 laboratoires des hôpitaux d’Aiuon, Kaedi, Selibaby, Tidjikja et Atar
–    Acquisition de 5 échographes portables

Centres de Santé
–    Equipement de 12 centres de santé en équipement complet de laboratoire
–    Equipement complet de 21 maternités des Wilaya de Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant
–    Equipement de  21 salles de consultations gynécologiques pour les centres de santé des Wilayas du Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant
–    Acquisition de 21 Echographe à deux sondes
Postes de Santé
–    Equipement de 162 postes de santé en salles d’Accouchement Wilayas du Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant

-Acquisition de 21 Echographe à deux sondes
Postes de Santé
-Equipement de 162 postes de santé en salles d’Accouchement Wilayas du Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant
Logistique
-Acquisition de 162 motos à 4 roues pour les Infirmier Chef de Poste de santé des Wilayas du Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant
Médicament et Consommable :
-Acquisition de 190 000 Test de Diagnostic Rapide du Paludisme pour les Wilayas du Hodh Elgharbi, Gorgol, Guidimakh, Adrar et Tagant
Atelier de Finalisation du cadre logique de l’Accélération des OMD santé
Dans le même ordre d’idées, d’autres activités sont en cours de préparation avec notamment l’acquisition de 50.000 Moustiquaire Imprégnées et  12 Ambulances pour les Centres de Santé des Wilayas précitées, sur les fonds propres de la CESCA-OMDs.
La CESCA compte organiser une journée de sensibilisation, en partenariat avec le PNUD, pour le lancement effectif des activités sur le terrain au niveau communautaire.  Cette journée sera dédiée à la sensibilisation de l’opinion nationale et internationale ainsi que les partenaires au développement quant à la volonté politique affirmée du Gouvernement mauritanien sur la nécessité d’accélérer l’atteinte des OMD en général et ceux de la santé en Mauritanie, en particulier.

URL courte: https://pointschauds.info/fr/sante-et-equipementtransport-des-actions-qui-forcent-lestime/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers


Warning: Use of undefined constant rightsidebar - assumed 'rightsidebar' (this will throw an Error in a future version of PHP) in /home/werweg/public_html/fr/wp-content/themes/point2/right-sidebar.php on line 236

Social Influence

PUB

Page normale sans titre

POINTS CHAUDS TV

Archives





Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

Le MAEP, piqué par le vir...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info