A la Une

Mauritanie : Aziz Secoue le pouvoir de Ghazouani et le qualifie de ” Faible ” et accuse le ministre de l’Intérieur de règlement des comptes 

L’ancien président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz a déclaré mardi soir que son procès prévu pour corruption, blanchiment d’argent et trafic d’influence n’est qu’un “procès politique”, et a souligné que son problème n’est pas avec l’autorité judiciaire mais avec l’autorité exécutive, en particulier avec le ministre de l’Intérieur Mohamed Ahmed Ould Mohamed Amin.
Ould Abdel Aziz s’exprimait dans une émission en direct sur Facebook qui a duré environ une heure et demie, plus des deux tiers de l’émission ont été consacrés à parler de la “faiblesse du régime et de l’absence du président”, tout en défendant la période où il dirigeait la Mauritanie.
“Je suis prêt à être jugé, mais les Mauritaniens doivent savoir que mon adversaire n’est pas le pouvoir judiciaire, mais l’autorité exécutive qui contrôle le pouvoir judiciaire”, a déclaré Ould Abdel Aziz, faisant référence à son procès prévu pour la fin du mois.
Ould Abdel Aziz a vivement attaqué le ministre de l’Intérieur Mohamed Ahmed Ould Mohamed Lemine et son frère, l’ancien ministre Mohamed Mahmoud Ould Mohamed Lemine, et les a décrits comme des gabegistes  “pots-de-vin”, et Ould Abdel Aziz a déclaré qu’il avait renvoyé ce dernier de l’ambassade en Arabie saoudite lorsqu’il a annulé le bail des locaux de l’ambassade sans référence au ministre des Affaires étrangères et au ministre des Finances.

Quant à l’actuel ministre de l’Intérieur, Ould Abdel Aziz a déclaré que lorsqu’il était ambassadeur de Mauritanie en Turquie, “il a transformé l’ambassade en un centre pour les membres des Frères musulmans, qui sont des mercenaires liés à l’étranger et n’ont aucune loyauté envers la Mauritanie”, comme il l’a dit.
Ould Abdel Aziz a regretté d’avoir soutenu Mohamed Ould Cheikh Al-ghazouani lors des élections de 2019, et a déclaré qu’il admettait avoir commis une grosse erreur, ajoutant: “Je me sens coupable parce que je l’ai présenté et défendu, et je n’ai ménagé aucun effort pour qu’il remporte la présidence, mais malheureusement ce qui nous est arrivé en 2007 s’est répété en 2019.
Ould Abdel Aziz rappelle son soutien au défunt président Sidi Mohamed Ould Cheikh Abdallah lors des élections de 2007, pour revenir en 2008 pour le renverser par un coup d’État militaire.

Ould Abdel Aziz a décrit le régime d’Ould El-ghazouani comme “un régime absent de ses responsabilités, laissant les choses entre les mains de personnes qui ne s’intéressent pas aux affaires publiques ou aux problèmes des citoyens”.
Il a parlé des massacres de citoyens aussi frontières qualifiant le silence des autorités plus  qu’ un ”silence des cimetière” et que il n’est pas acceptable dans le cadre de relation diplomatique ni de bon voisinages et que cet attitude du pouvoir ne peut être qualifié que de :  ”grande faiblesse ou  haute trahison”. Il a ajouté que Ghazouani il aurait dû pleurer devant les compatriotes enfin de prouver la compassion avec son peuple et son impuissance  face à l’exterieur.

Il a ajouté: “La situation est misérable et nous seuls pouvons la changer.. Seul le peuple peut le changer”, a-t-il déclaré, ajoutant que les prochaines élections représentent une ” occasion en or d’apporter des changements.”
“J’avoue que j’ai fait une grosse erreur parce que j’ai remis le pouvoir à ce régime, et maintenant je vais corriger mon erreur”, a-t-il déclaré dans son long discours, appelant les Mauritaniens à “s’impliquer dans le Parti National de Ribat”, qu’il a décrit comme son seul parti.
Ould Abdel Aziz a critiqué le reste des partis politiques, affirmant qu’ils étaient ”basés sur des fondements tribaux, sur des intérêts et une appartenance à l’État, qui divise des milliards pour plaire à certains et museler la bouche de ceux qui parlaient”.

Ould Abdel Aziz a annoncé avoir pris des contacts depuis deux mois avec le mouvement Flam, refusant de le qualifier de “mouvement extrémiste” , et a déclaré qu’il s’agissait “d’un groupe de citoyens mauritaniens, ils sont le groupe le plus social qui a souffert de l’injustice”.
“Je les ai rencontrés en France, y compris ceux avec qui j’ai une connaissance antérieure, y compris aussi ceux qui ont travaillé avec moi dans l’armée, et il faut admettre que de graves erreurs ont été commises”, a-t-il déclaré.
“Nous devons tous nous sacrifier pour construire une nouvelle Mauritanie, basée sur la justice et libérée de l’injustice, une Mauritanie d’égalité”, a conclu Ould Abdel Aziz.
Ould Abdel Aziz fait face à des accusations de corruption, de blanchiment d’argent et d’enrichissement illicite, parmi d’autres personnalités qui ont travaillé avec lui pendant son règne sur le pays (2008-2019).

Selon l’annonce, la Justice mauritanienne a jusqu’à présent gelé 41 milliards d’onces anciennes (plus de 100 millions de dollars) au titre du dossier décennal, dont plus de la moitié provenaient des biens d’Ould Abdel Aziz et des membres de sa famille.

 668 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/mauritanie-aziz-secoue-le-pouvoir-de-ghazouani-et-le-qualifie-de-faible-et-accuse-le-ministre-de-linterieur-de-reglement-des-comptes/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Ainsi que des listes d'ajouter côté du panneau de contrôle





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info