A la Une

Maroc : le procès de Gdeim Izik reprend à Rabat

Le procès de 24 accusés dans les violences de Gdeim Izik, près de la ville de Laayoune, a repris vendredi à Rabat où les inculpés risquent de lourdes peines pour avoir sauvagement assassiné 11 membres des forces de l’ordre.

Les affrontements au cours desquels ont eu lieu ces meurtres remontent au 8 novembre 2010. A cette date, les forces de l’ordre avaient procédé au démantèlement d’un campement de tentes, dressé par des habitants de Laayoune en soutien à des revendications sociales pour obtenir des logements et des emplois. Le camp avait été dressé un mois auparavant par les habitants en colère et des négociations étaient en cours avec les autorités pour parvenir à une entente. Toutefois, le maintien du campement ouvert pour les besoins d’approvisionnement, a été une occasion d’or pour les sympathisants du Polisario, le front qui lutte depuis l’Algérie pour l’indépendance du Sahara occidental. Ils ont alors investi le camp et, petit à petit, s’en sont rendu maîtres. Munis d’armes blanches et de bouteilles incendiaires, ils ont défié les forces de sécurité. Non armés parce qu’ils étaient affectés à des tâches de maintien de l’ordre, les éléments des forces de l’ordre, tous âgés entre 20 et 24 ans, ont été surpris par la violence des éléments pro-Polisario. Onze d’entre eux, parmi lesquels un jeune appartenant à la protection civile, ont été égorgés et atrocement mutilés. C’est ce qui explique la comparution des accusés devant un tribunal militaire. Le Code de justice militaire prévoit que les coupables de meurtres commis contre des membres des forces armées ou des corps assimilés, soient traduit devant une juridiction militaire.

Parmi les 24 accusés jugés, ceux qui seront reconnus coupables de meurtres de membres de la force publique et de profanation de cadavres, risquent la prison à perpétuité, voire la peine capitale.

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/maroc-le-proces-de-gdeim-izik-reprend-a-rabat/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Éditoriale

Page normale sans titre

Loin de l’hypocrisie intellectuelle, la logique nationale et l’historique, voudraient que le jour de l’indépendance ne soit pas seulement un jour de fête mais aussi de réflexions et de publication de bilan de la persévérance et de l’endurance de cette Nation et des acquis réalisés au profit des citoyens par l’Etat. La fête de l’indépendance, n’est pas seulement l’histoire du pays ; sachant que la nôtre est écrite en fonction de chaque tribu et chaque région et de façon non consensuelle, elle est aussi le présent vécu à chaud et l’avenir dans toutes ses perspectives.

Suite...

l’ESSENTIEL DE POINTS CHAUDS

POINTS CHAUDS TV

..Ecoutez Points Chauds NetRadio





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info