A la Une

Maroc: Le Maroc dénonce le journaliste Ignacio Cembrero pour l’avoir lié à Pegasus

QUATRIÈME ACTION EN JUSTICE DU PAYS ALAOUITE

Le Maroc dénonce le journaliste Ignacio Cembrero pour l’avoir lié à Pegasus

Il l’accuse de lui avoir porté atteinte au niveau diplomatique et économique pour avoir soupçonné que l’État alaouite pourrait être à l’origine de différentes infections au malware espion.

Placer le Maroc comme suspect d’espionnage via Pegasus vers différents mobiles, dont celui du Premier ministre, n’a rien de nouveau. Le royaume alaouite est apparu comme la cause probable de l’infection de l’appareil presque dès le début, en raison du contexte géopolitique dans lequel l’utilisation de logiciels malveillants d’espionnage a eu lieu pour s’immiscer dans les terminaux de différentes personnes. Des informations et des déclarations politiques, voire des rapports publiés dans la presse internationale, l’ont maintes fois souligné depuis que l’invasion massive des téléphones est connue. Le Maroc a annoncé une action en justice et engagé un avocat en Espagne. Il vient de poursuivre le journaliste Ignacio Cembrero , spécialiste de l’informationlié au Maghreb , et victime de surveillance. Ce n’est pas la première fois.

Forbidden Stories , une association de 17 grands médias, a commencé à publier le 18 juillet 2021 que quelque 10 000 téléphones portables avaient été la cible des services secrets marocains. Parmi eux se trouvait celui de Cembrero. Trois journaux — « Le Monde », « The Guardian » et « Le Soir » — ont publié son nom comme affecté par l’espionnage. Il a fait référence à cette étude dans différents supports de communication dans lesquels il a été interviewé ou a exprimé son opinion sur la question . Il s’agit de la première action en justice signalée en Espagne.

Forbidden Stories , une association de 17 grands médias, a commencé à publier le 18 juillet 2021 que quelque 10 000 téléphones portables avaient été la cible des services secrets marocains. Parmi eux se trouvait celui de Cembrero. Trois journaux — « Le Monde », « The Guardian » et « Le Soir » — ont publié son nom comme affecté par l’espionnage. Il a fait référence à cette étude dans différents supports de communication dans lesquels il a été interviewé ou a exprimé son opinion sur la question . Il s’agit de la première action en justice signalée en Espagne.

Le journaliste ajoute à cela quatre plaintes déposées par le Royaume du Maroc ou des personnes qui lui sont liées. A cette occasion, le pays l’accuse au civil d’avoir fait “plusieurs déclarations” dans lesquelles il insinuait que l’Etat alaouite pouvait être à l’origine de l’espionnage. Dans presque tous les cas, il a cité Forbidden Stories comme source. Le Maroc assure que ces déclarations et articles déversent à son encontre de “graves accusations” qui lui causent du tort. Conscient que, étant une personne morale de droit public, il ne peut rechercher la protection de son honneur, de sa vie privée et de sa propre image, le plaignant a déposé « une simple action déclaratoire » par laquelle il sollicite la reconnaissance de droits à éviter »

Le Maroc élude la possibilité de demander une rectification des déclarations qu’il joint à la requête, assurant, d’une part, que les propos du journaliste « dépassent le cadre de la critique politique légitime » et, d’autre part, estimant qu’en l’espèce , Cembrero se présente “en victime” et non en professionnel. “Le prévenu s’est légalement placé dans l’obligation de prouver que le Royaume du Maroc est responsable de l’espionnage allégué ou, au contraire, de se rétracter ou de se rétracter”, assure-t-il. Le plaignant inclut dans différents articles et déclarations du journaliste, dont une chronique également publiée dans ce média.

Bien que le “dommage” que le Royaume prétend avoir subi ne soit pas quantifié, le procès glisse qu’ils demandent une compensation financière élevée. Il affirme que la prétendue accusation “a le potentiel d’affecter les relations entre les peuples, les gouvernements et les relations diplomatiques” et même de provoquer une diminution “du tourisme national”. Ils nient être derrière l’espionnage. “La réalité est que le Royaume du Maroc n’est pas responsable de l’espionnage d’Ignacio Cembrero, ni d’aucun autre citoyen. Le Royaume du Maroc n’a pas le programme Pegasus “, dit-il.

Quatre actions en justice

Avec cela, il y a maintenant quatre actions en justice promues par les autorités marocaines contre le journaliste. Les trois précédents ont été mis en veilleuse . Début 2014, il est accusé devant le parquet général d’ apologie du terrorisme pour avoir mis en lien dans un blog publié par ‘El País’ (Rive Sud) la première vidéo d’Al-Qaïda au Maghreb consacrée au Maroc. L’intention était informative, puisque le chef d’Al-Qaïda, Abdelmalek Droukdel, a demandé aux Marocains “d’émigrer vers Allah dans votre propre terre”. Lors du dépôt du Parquet, le Gouvernement marocain a déposé, en juin 2014, une plainte pour le même motif devant la Cour nationale, qui a subi le même sort. Quelques mois plus tard, en octobre 2015, Ahmed Charai, un homme d’affaires lié à la presse,l’a accusé d’atteinte à son honneur pour avoir révélé dans un article, publié en l’occurrence dans ‘El Mundo’, qu’il était un proche collaborateur des services secrets étrangers marocains (DGED), comme en témoignent de nombreux documents apparus sur Twitter dans le automne 2014.

Selon le journaliste, outre les procédures ouvertes, il a été suivi à Madrid dans le but de le photographier avec le prince Moulay Hicham, le cousin capricieux du roi du Maroc. La photo n’a pas été obtenue, mais un photomontage a été publié dans lequel il apparaît assis à côté du prince dans un autre endroit. En outre, il indique qu’il a été banni de diverses organisations liées au ministère espagnol des Affaires étrangères, comme la Casa Árabe à Madrid, qui ne lui permettait de présenter un livre dans aucune de ses salles.

Les juristes consultés par ce biais cadrent l’action entreprise par le Royaume du Maroc avec les techniques dites de Procès Stratégique Contre la Participation du Public ou SLAPP (Procès Stratégique Contre la Participation du Public), c’est-à-dire des actions visant à effrayer les voix critiques ou à gêner leurs intérêts. L’UE prépare une directive contre ce type de pratique qui vise à lancer des batailles judiciaires devant les tribunaux avec des coûts élevés pour les accusés qui durent des années.

Le Royaume du Maroc a fait appel il y a des mois aux services du cabinet Ernesto Díaz-Bastien y Abogados, SLP (EDBA) pour se défendre devant la justice espagnole contre les accusations de Pegasus. L’avocat a commencé avec Cembrero à exécuter l’ordonnance, visant à couper “la publication et la diffusion répétées de nouvelles malveillantes et insultantes”.

EL CONFIDENCIAL

 47,377 total views,  8 views today

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/maroc-le-maroc-denonce-le-journaliste-ignacio-cembrero-pour-lavoir-lie-a-pegasus/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Éditoriale

Page normale sans titre

Le variant « Goita » atteint sa vitesse de croisière en Afrique Ce qui se passe au Mali et dans certains Etats de l’Afrique depuis ces derniers mois, a bien de points communs avec la pandémie de la Covid-19, depuis la ville de Huwai où elle a pris naissance avant de sévir dans les coins et recoins de la planète terre. La sous-région ouest-africaine, le G5 Sahel y compris serait actuellement une carte miniature de cette situation épidémiologique qui continue de préoccuper le monde, dont les regards sont aujourd’hui focalisés sur les souches ou variants, peut-on dire du coup d’Etat initié par le président du Conseil de la transition militaire au Mali Assimi Goïta, lequel, peut être comparé ici comme étant le coronavirus à sa naissance, il y a deux ans.

Suite...

l’ESSENTIEL DE POINTS CHAUDS

POINTS CHAUDS TV

..Ecoutez Points Chauds NetRadio





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info