A la Une

Edito de Points Chauds/ MAURITANIE : Vers l’Etat défaillant ?

Loin de l’hypocrisie intellectuelle, la logique nationale et l’historique, voudraient que le jour de l’indépendance ne soit pas seulement un jour de fête mais aussi de réflexions et de publication de bilan de la persévérance et de l’endurance de cette Nation et des acquis réalisés au profit des citoyens par l’Etat.
La fête de l’indépendance, n’est pas seulement l’histoire du pays ; sachant que la nôtre est écrite en fonction de chaque tribu et chaque région et de façon non consensuelle, elle est aussi le présent vécu à chaud et l’avenir dans toutes ses perspectives.
Aujourd’hui, et sans langue de bois, après 61 ans d’indépendance, on est bien en droit de se poser la question de savoir si l’Etat n’est pas défaillant ? Tout porte à le croire si la comparaison est faite entre les Etats voisins et le nôtre, des pays frontaliers comme le Sénégal, le Maroc et l’Algérie où on est témoin depuis des mois de l’émergence dans plusieurs domaines des infrastructures, automobiles, ferroviaires, maritimes et agraires. Un rythme d’industrialisation accélérée, autoentretenue et croissante.
Une cadence à laquelle la Mauritanie reste aux abonnés absents, continuant, depuis plus d’un demi-siècle.
61 ans, période durant laquelle même un couple stérile ferait des enfants, disait un autre. Un temps fou qui n’a pas été mis à contribution à part enfanter en permanence des régimes antidémocratiques se succédant, parfois dans le sang, la douleur et la déchirure les uns aux autres, sans souci aucun pour le développement du pays.
Sur le plan politique, le bilan est on ne peut plus décevant : querelles stériles perpétuelles entre majorité au pouvoir. Economiquement, les projets, tels que des programmes « prioritaires » et des « Taahoudatt » engloutissement des milliards pour donner des résultats nuls et éphémères, en plus d’une résurgence de la gabegie sous un nouveau look différent à son style « azizien ».
S’ajoute également à cela sur le plan économique, contrairement à la relance promise par le chef de l’état, car rien qu’en regardant comment sont élaborés les appels d’offres et attribués, on constate qu’une politique de discrimination tendant à éliminer les moyennes et petites entreprise est en vigueur, sur fond d’exclusion et du népotisme. Ici le privilège accordé dans ce cadre, à une petite poignée d’entreprises.,est loin de la relance économique promise et nous éloigne de l’épanouissement économique tant attendu pour garantir l’équité socio-économique dans le pays.
D’un autre coté le désordre dans les prérogatives de certains ministres qui piétinent les uns sur les compétences des autres et des erreurs graves qui ne concurrent pas à rehausser l’image d’un Etat affaibli par ses insuffisances dans des domaines prioritaires comme l’éducation, la santé, l’agriculture, l’équipement et la sureté intérieure.
Cette ministre qui s’est substituée au Ministre de la Culture en organisant un grand concert avec une artiste pour un cachet de millions d’ouguiyas alors que 4 jours auparavant son département s’était illustré par son refus de prendre en charge la petite Vatimetou décédée faute d’assistance sociale estimé au 5 ème du cachet de la chanteuse sénégalaise. Item, le Ministre de la Santé qui s’est exprimé face au public, sans pouvoir dissocier sa qualité de politicien et celle de ses compétences en tant que technicien quand il expliquait les similitudes des symptômes de certaines maladies par rapport à la Covid-19.
La diplomatie n’est pas en reste et la côte mauritanienne a atteint le seuil critique sous l’ex fonctionnaire international.
Me Takioullah Eidda, sur sa page FB, s’était posé la question si on ne devait pas envoyer nos diplomates en formation au Sénégal du fait qu’en un mois, Dakar a reçu la visite de Blinken; la Conférence ministérielle du forum sino-africain sur la coopération (Focac); la visite de la Directrice Générale de la Banque Mondiale alors que chez nous les visites de la BM c’est juste des inspecteurs de la BM qui viennent corriger nos écritures comptables ! Il se demande en fin de compte si diplomatiquement on existe pour le reste du monde.
Sans pouvoir répondre à sa question, je voudrais savoir aussi de mon côté, comment peut-on expliquer qu’une vingtaine de pays africains étaient invités au sommet virtuel de la démocratie, présidé par le président des États-Unis, Joe Biden ; des démocraties libérales, des démocraties plus faibles et même plusieurs États présentant des caractéristiques autoritaires ; sauf la Mauritanie qui pourtant a connue récemment un scrutin marqué par une première passation de pouvoirs entre deux présidents élus ! Mais malheureusement pour les Etats Unies la réalité est ailleurs.
Comment peut-on organiser aussi un sommet sur l’éducation au Sahel à Nouakchott et n’avoir comme invité de marque à répondre présent qu’un seul président des pays du G5 Sahel ? On dit même que certains pays ont été représentés par le niveau d’un directeur de département.
A qui la faute de ces fiascos diplomatiques ? Est-ce la présidence de la république ou le ministère des Affaire étrangères ?
Comment peut-on expliquer qu’un gouvernement interdit, aux journalistes accrédités, le droit à la couverture d’un sommet et même l’interdiction de prendre des images ?
Il est incontestablement clair qu’aucun peuple sur terre ne mérite et ne souhaite avoir un Etat avec ce niveau de défaillance qui tue l’ambition de toute une Nation et la pousse à se replier sur elle-même dans une existence sans espoir.
Le fait d’être aujourd’hui témoin d’un développement économique régional généralisé tout autour de nous, qui aux yeux du monde est une règle confirmée par l’exception proprement mauritanienne, n’incite-t-il pas à craindre que notre pays soit l’un des plus défaillant de la sous-région ?
A bon entendeur Salut !

Moulaye Najim Moulaye Zeine

 256,561 total views,  1,255 views today

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/edito-de-poits-chauds-mauritanie-vers-letat-defaillant/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Éditoriale

Page normale sans titre

Le variant « Goita » atteint sa vitesse de croisière en Afrique Ce qui se passe au Mali et dans certains Etats de l’Afrique depuis ces derniers mois, a bien de points communs avec la pandémie de la Covid-19, depuis la ville de Huwai où elle a pris naissance avant de sévir dans les coins et recoins de la planète terre. La sous-région ouest-africaine, le G5 Sahel y compris serait actuellement une carte miniature de cette situation épidémiologique qui continue de préoccuper le monde, dont les regards sont aujourd’hui focalisés sur les souches ou variants, peut-on dire du coup d’Etat initié par le président du Conseil de la transition militaire au Mali Assimi Goïta, lequel, peut être comparé ici comme étant le coronavirus à sa naissance, il y a deux ans.

Suite...

l’ESSENTIEL DE POINTS CHAUDS

POINTS CHAUDS TV

..Ecoutez Points Chauds NetRadio





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info