A la Une

Algérie/Maroc : Gazoduc . Un expert ” Le Maroc est le plus grand perdant, car il dépend du gaz algérien dans de nombreuses industrie…..”

Une nouvelle réalité après la décision algérienne d’arrêter le pompage du gaz

Dans un geste attendu, l’Algérie a annoncé la suspension du pompage de gaz par le gazoduc “Maghreb arabe-Europe”, qui transporte du gaz vers le continent européen à travers le territoire marocain, après 25 ans de fonctionnement continu malgré toutes les crises politiques de l’histoire de la relation. entre les deux pays.

Dimanche, le président algérien Abdelmadjid Tebboune a ordonné à la société nationale Sonatrach de mettre fin aux relations commerciales avec l’Office marocain de l’électricité et de l’eau en ne renouvelant pas le contrat qui les lie depuis 2011 et d’y mettre fin à minuit le lundi.

“Il n’y a aucune justification économique à cette décision irrationnelle.”

Al-Sharqi a expliqué que “toutes les parties sont perdantes, même l’Espagne et le Portugal sont également concernés, car le nouveau pipeline sous la Méditerranée ne dépasse pas 8 milliards de mètres cubes, contre 13 000 dans le pipeline qui passe par le Maroc”.

Et en mai dernier, l’Algérie a inauguré un gazoduc pour acheminer le gaz algérien vers l’Europe via l’Espagne depuis la région de l’étain (sud-ouest du pays), ainsi que relier la région « Arisha » et le port de Beni Saf.

La longueur du pipeline est de 197 kilomètres, pour un coût d’environ 32 milliards de dinars (240 millions de dollars).

De son côté, l’analyste économique algérien, Abdelmalek Saray, a convenu dans une interview à Al-Hurra qu'”il n’est pas possible de parler d’un seul gagnant”, estimant que “le dommage est infligé au Maroc et à l’Algérie sans aucun doute”.

Cependant, a déclaré Saray, “les dommages qui peuvent être infligés à l’Algérie sont représentés par la perte d’un pourcentage des exportations totales de gaz, que le Maroc achetait”.

Le pipeline de la Société européenne du Maghreb, qui s’étend sur une longueur de 1 400 km, pompe 12 milliards de mètres cubes par an, « Rabat prend une part estimée à un milliard de mètres cubes, ce qui représente 97% de ses besoins », selon l’Agence France- Presse, cité par l’expert géopolitique. , dans la région du Maghreb, Joseph Porter.

??

Le président algérien a ordonné la résiliation du contrat, à compter de lundi à minuit

Saray a ajouté : “Le Maroc est le plus grand perdant, car il dépend du gaz algérien dans de nombreuses industries, ainsi que de l’utiliser pour produire de l’électricité et fournir de l’eau à ses citoyens”, regrettant que “les peuples aient été affectés par les divergences politiques”.

D’autre part, Chergui souligne qu'”il existe un arrangement pour la perte, car il diffère dans sa forme et son contenu”, notant que “l’Algérie produit 13 milliards de mètres cubes de gaz par an, le Maroc achète un milliard de mètres cubes, l’Espagne 10 milliards mètres cubes, et le Portugal 1,5 milliard de mètres cubes.”

Al-Sharqi a estimé que “depuis le début du pipeline, l’Algérie a gagné des dizaines de milliards de dollars par an, et c’est une source de revenus stable et garantie au cours de la période écoulée, mais maintenant tout cela a changé”.

Historiquement, les crises successives entre le Maroc et l’Algérie n’incluaient pas cet oléoduc, inauguré pour la première fois en 1996, mais le non-renouvellement du contrat avec le Maroc intervient après que l’Algérie a décidé de rompre ses relations avec son voisin occidental.

L’Algérie a rompu ses relations diplomatiques avec le Maroc en août, l’accusant d'”actes d’hostilité”, ce que Rabat a démenti.

Concernant la perte de l’Algérie à la suite de sa décision, Chergui déclare : « Le nouveau gazoduc avec l’Espagne est à une profondeur de deux mille mètres dans la mer, et il s’étend sur une grande distance, ce qui augmente les risques et le coût de la maintenance. “

Chargui s’attend à ce que « l’Algérie soit contrainte d’exporter du gaz vers l’Espagne et l’Europe via des navires, ce qui lui fera perdre son avantage concurrentiel en tant que voisin géographiquement proche capable de poser des gazoducs, en plus du coût élevé du transport et de la conversion du gaz liquéfié. au naturel.”

En revanche, Saray s’oppose à tout “dommages évoqués qui pourraient être infligés à l’Algérie”, estimant qu'”il n’y a pas lieu en premier lieu de penser à des alternatives au pipeline qui a cessé de fonctionner”.

L’analyste algérien a expliqué que son pays a “d’anciens contrats à long terme avec des pays européens, et ne sera donc pas du tout affecté négativement, mais qu’il pourrait conclure des contrats pour de nouvelles parties et en plus grande quantité”, considérant que Rabat “est contraint de trouver des alternatives pour assurer les besoins de vie du peuple marocain qui n’est coupable d’aucune faute.” .

Mais Sharqi a souligné que “la perte du Maroc est limitée aux frais de transit qu’il a perçus sur le passage du gaz à travers son territoire, et elle varie entre 50 et 120 millions de dollars américains”.

Il a ajouté : “Le Maroc s’est appuyé sur les énergies renouvelables pour produire environ 90 pour cent de son électricité, et cela pendant 11 ans, et ne sera donc pas affecté par la décision algérienne”.

Dimanche, le Maroc a estimé que la décision annoncée par les autorités algériennes de ne pas renouveler l’accord sur le gazoduc Maghreb-Europe n’aura pour l’instant qu’un “peu d’impact” sur les performances du système électrique national.

L’Agence de presse marocaine a cité une déclaration conjointe de l’Office national des hydrocarbures et des minéraux et de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, selon laquelle “les dispositions nécessaires ont été prises pour assurer la continuité de l’approvisionnement en électricité du pays”, ajoutant que “d’autres des options sont à l’étude pour des alternatives durables à moyen et long terme.”

Il a souligné que « le Maroc a des opportunités après cette petite perte, d’abord de continuer à explorer du gaz dans le nord du pays pour atteindre la production locale estimé à 600 millions de pieds cubes.

Al-Sharqi a poursuivi : « Le gouvernement a la possibilité d’évoluer en fonction de la tendance mondiale et de l’économie verte, en passant des énergies pivots aux énergies renouvelables en construisant des centrales électriques à énergies renouvelables et en abandonnant le charbon et le carburant, ce qui peut apporter des financements du monde Banque et l’Union européenne.”

Il est à noter qu’après la rupture des relations diplomatiques, l’Algérie a annoncé, en septembre dernier, la fermeture de son espace aérien à tous les aéronefs civils et militaires marocains, accusant le Royaume de continuer “des provocations et des pratiques hostiles” à son encontre.

Le Sahara occidental est la principale cause du différend entre les deux pays voisins, et a fait l’objet d’un différend vieux de plusieurs décennies entre le Maroc et le Front Polisario soutenu par l’Algérie, une région classée par les Nations Unies parmi les « non autonomes Territoires”.

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/algerie-maroc-gazoduc-un-expert-le-maroc-est-le-plus-grand-perdant-car-il-depend-du-gaz-algerien-dans-de-nombreuses-industrie/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Éditoriale

Page normale sans titre

Le variant « Goita » atteint sa vitesse de croisière en Afrique Ce qui se passe au Mali et dans certains Etats de l’Afrique depuis ces derniers mois, a bien de points communs avec la pandémie de la Covid-19, depuis la ville de Huwai où elle a pris naissance avant de sévir dans les coins et recoins de la planète terre. La sous-région ouest-africaine, le G5 Sahel y compris serait actuellement une carte miniature de cette situation épidémiologique qui continue de préoccuper le monde, dont les regards sont aujourd’hui focalisés sur les souches ou variants, peut-on dire du coup d’Etat initié par le président du Conseil de la transition militaire au Mali Assimi Goïta, lequel, peut être comparé ici comme étant le coronavirus à sa naissance, il y a deux ans.

Suite...

l’ESSENTIEL DE POINTS CHAUDS

POINTS CHAUDS TV

..Ecoutez Points Chauds NetRadio





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info