A la Une

Le mythe de la richesse : quand le Président met les points sur les i…

Après le discours fondateur de Ouadane, en décembre 2021, rappelant aux Mauritaniens certaines amères réalités liées à un passé « qui ne doit plus être de notre temps », faut-il parler maintenant du Discours de Madrid ?

A y regarder de près, les deux adresses relèvent bien, en toute logique, d’un Discours de la Méthode. Leur effet cathartique est  si évident qu’il faut bien admettre que notre torpeur « intellectuelle » a bien contribué dans notre retard sur plusieurs plans.

Comprenant parfaitement que la vérité choque, dans un pays où l’on est habitué à enrober la parole officielle pour la faire avaler au peuple, le Président Ghazouani ne veut pas entretenir l’illusion d’un pays riche. Oui, la Mauritanie est un pays pauvre ! Les potentialités qu’elle recèle (gaz, or, poisson, fer, uranium, etc.) ne sont des richesses effectives que quand elles sortent de terre ou de mer. Elles le sont moins quand il faut s’appuyer sur des sociétés étrangères qui investissent des milliards de dollars et attendent un retour sur investissement certain ; la Mauritanie, « pauvre » en ressources humaines qualifiées, en savoir et en savoir-faire, se contentant, par nécessité, de la portion congrue de cette manne.

Oui, la Mauritanie est un pays pauvre. Nous en avons toutes les caractéristiques. Les chiffres ne mentent pas. Le Produit intérieur brut mauritanien a franchi le seuil des 5 milliards de dollars US ces cinq dernières années mais il est loin encore de ceux des pays riches, ou seulement de ceux dits “émergents”. Le PIB par habitant s’élève à 1 400 $. L’indice de développement humain était de 0.513 en 2016 (157ème rang sur 182 pays classés) et un tiers des Mauritaniens vivent sous le seuil de pauvreté. Un déficit de développement. Nous mangeons ce que nous ne produisons pas (la crise de Guerguarat n’est pas loin). On allait être heureux s’il ne s’agissait que des légumes ! Le sucre, le blé, le riz, le thé, le lait (malgré notre « richesse » animale), tout nous revient cher, quand les marchés mondiaux de ces matières premières connaissent des perturbations.

Oui, la Mauritanie est un pays pauvre, malgré la « richesse » de son sous-sol. Voyons comment la Banque mondiale parle de notre précarité, avant que le Discours de Madrid ne nous dise nos quat’ vérités : « Des estimations internationales semblent pointer une aggravation de la pauvreté, corroborée par les perceptions pessimistes des ménages sur leur bien-être. Selon ces données, la pandémie de COVID-19 pourrait entraîner une hausse de la pauvreté de 5,4 à 6,3 % entre 2019 et 2020, puis de 6,4 % cette année.

Selon l’indice de capital humain de la Mauritanie, un enfant qui vient au monde aujourd’hui n’atteindra que 38 % de sa productivité à l’âge adulte. Le nombre d’années de scolarité corrigées en fonction des acquis est de 4,2 ans par enfant en moyenne, tandis que 23 % des enfants souffrent d’un retard de croissance dans un contexte de dépenses publiques de santé et d’éducation relativement faibles. À 7,5 % du PIB, les dépenses d’assistance sociale sont élevées pour la région et la protection sociale concerne 47 % du quintile le plus pauvre, soit l’une des meilleures couvertures régionales. »

Alors ?

Voulez-vous que l’on continue à vivre d’illusions, en parlant de « richesses » invisibles ? Sur la carte des PMA (Pays les moins avancés), on voit bien notre chère Mauritanie, à côté du Burkina Faso, du Mali, du Niger, du Tchad, du Soudan, de l’Ethiopie (eh oui !), du Yémen, de l’Afghanistan, de Haïti, du Sénégal (le modèle de « l’Emergence » pour certains), de la Gambie, de la Guinée Conakry, de la République démocratique du Congo (aux potentialités économiques énormes), du Rwanda (un autre « modèle »). 46 pays répertoriés par la CNUCED après la sortie de ce groupe forgé en 1970 par le Conseil économique et social de l’Onu, de quelques pays (Botswana, Cap-Vert, Maldives, les Samoa, Guinée Équatoriale, Vanuatu) qui ont trouvé la voie de l’émergence. Le seul avantage que ces pays ont sur nous, c’est qu’ils acceptent leur “condition de pauvres” et travaillent pour en sortir. Nous, nous vivons dans nos illusions de richesses à venir (le gaz est pour 2023) mais ne faisons rien pour que cela soit.

Sneiba Mohamed

 338 total views,  1 views today

Print Friendly, PDF & Email

URL courte: https://pointschauds.info/fr/53258-2/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers

Éditoriale

Page normale sans titre

Le variant « Goita » atteint sa vitesse de croisière en Afrique Ce qui se passe au Mali et dans certains Etats de l’Afrique depuis ces derniers mois, a bien de points communs avec la pandémie de la Covid-19, depuis la ville de Huwai où elle a pris naissance avant de sévir dans les coins et recoins de la planète terre. La sous-région ouest-africaine, le G5 Sahel y compris serait actuellement une carte miniature de cette situation épidémiologique qui continue de préoccuper le monde, dont les regards sont aujourd’hui focalisés sur les souches ou variants, peut-on dire du coup d’Etat initié par le président du Conseil de la transition militaire au Mali Assimi Goïta, lequel, peut être comparé ici comme étant le coronavirus à sa naissance, il y a deux ans.

Suite...

l’ESSENTIEL DE POINTS CHAUDS

POINTS CHAUDS TV

..Ecoutez Points Chauds NetRadio





Mauritanie/ Ghazouani: De...

Libye : Le Come-back de ...

Géopolitiques/ Espionnage...

Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info