A la Une

MAURITANIE : COVID-19/plus et moins 1cas/Le Casse-tête de Tevragh-Zeina : Incompétences de médecins ou dysfonctionnement grave dans la coordination de riposte ?

Le 9ème cas du coronavirus dans le pays a été annoncé dans la soirée du  mardi  du 12 mai par le ministère de la Santé, dans un communiqué officiel. La révélation a coïncidé malheureusement avec l’annonce du décès du porteur du virus, un citoyen mauritanien âgé de 63 ans gérant la plus ancienne, la plus célèbre et la plus fréquentée épicerie de Tevragh-Zeina. Le malade  qui a succombé au COVID-19 souffrait des complications  de cette maladie depuis trois jours. Des informations précisent que le malade décédé avait  fait le déplacement entre deux cliniques privées et bénéficié de traitements qui n’ont à voir avec les symptômes de la maladie dont il souffrait. Ce qui signifie simplement qu’aucune des  deux cliniques qui l’ont accueilli n’a fait le rapprochement de la pathologie qu’il présentait avec celle du COVID-19. Ce qui explique pourquoi le porteur n’a pas été orienté vers l’unité spéciale du ministère de la santé  en charge du suivi de la pandémie en alerte 24/24.

Ce cas est très préoccupant. Mais par delà  même ce constat, il démontre une fois encore qu’en plus d’un manque de sensibilisation adaptée et efficace, il y’a malheureusement  aussi un dysfonctionnement grave dans la gestion de la crise épidémiologique par les  structures sanitaires du pays. Où alors,  plus grave encore des incompétences de médecins urgentistes qu’ils soient du public ou du privé revélées au grand jour.  Ceci est d’autant plus probable que le 8 ème cas, celui  de la vendeuse de poisson, qui suscite encore beaucoup d’interrogations, n’a été constaté  qu’après plusieurs consultations, plusieurs visites à des structures sanitaires et plusieurs entretiens avec des médecins dont aucun n’a fait de rapprochement entre les symptômes que présentait la malade avec ceux du COVID-19.

Ceci veut dire qu’on n’est pas sorti de l’auberge. Cette auberge où  des médecins et  spécialistes officient et sont,   incompétents,  inconscients, ou  irresponsables.

La preuve. Le malade décédé s’est présenté à la dernière clinique évidement en phase avancée ou même terminale de l’infection. Même la plus illettrée et la plus analphabète  des vendeuses de beignets de n’importe coin de la Mauritanie,  en présence d’un  cas  présentant de tels signes et de tels symptômes  aurait identifié le syndrome du COVID-19. Rien que par ce qu’elle a appris décrits par les annonces de sensibilisation qui sont diffusés  à travers les organes de presse. Comment peut-on expliquer que deux médecins spécialistes ou urgentistes après 6 ans de formation n’aient pas  été capables d’identifier  les symptômes de cette maladie  décrites par des spots publicitaires diffusés sur toutes les chaines de télévisions du Monde entier à longueur de journées ?

Les conséquences de ces fautes professionnelles peuvent être incalculables. Ceci d’autant plus que le porteur malade s’est rendu à plusieurs reprises dans des cliniques privées en compagnie de proches ou parents. Mais aussi se rendait à son lieu de travail très fréquenté par des clients et des habitués du lieu dans un véhicule conduit par un chauffeur qui parait-il peut être le vecteur de la transmission du virus au malade décédé.

En  tout cas, en attendant que tous les maillons de la chaine de contamination soient réunis, -si c’est possible d’ailleurs-, le Ministère de la santé doit appliquer les sanctions qui s’imposent aux cliniques incriminées dans cette négligence de taille constatée en situation d’exception.

A ce jour, le bilan reste toujours le même pour le pays 69 confinés nombre auquel s’ajouteront les contacts  communautaires du 9 ème cas, dont les dangers de conséquences peuvent surgir  à tout moment après cet  incroyable et invraisemblable rebondissement à multiples inconnues. En attendant de connaitre la suite  et la fin de cet nouvel épisode surprise, il faut rester vigilent et écarter toutes menaces qui pourraient venir du Sénégal  (1995 cas),  du Mali (412 cas)  ou du Maroc (6466 cas).

Mohamed Chighali

 

Partager une information c'est comme donner la vie

URL courte: https://pointschauds.info/fr/2020/05/13/mauritanie-covid-19-plus-et-moins-1cas-le-casse-tete-de-tevragh-zeina-incompetences-de-medecins-ou-dysfonctionnement-grave-dans-la-coordination-de-riposte/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Les commentaires sont fermés.


Voir tous les dossiers





Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

Le MAEP, piqué par le vir...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info