A la Une

MAURITANIE : Portrait/Souvenir d’un homme hors pair.

On raconte de lui qu’il était revenu en Mauritanie en compagnie de Feu Moctar Ould Daddah qui effectuait une visite officielle dans un pays africain. Après son retour dans son pays natal, l’homme n’a cessé de faire parler de lui. Du bien. Et du bien et toujours du bien. Tous ceux qui l’ont approchés ou ont travaillé avec lui le décrivent comme un homme d’une extrême générosité sociale, spirituelle et morale.

Les années 88 et 89, j’écrivais pour un journal dont un ami était propriétaire et directeur de publication. Je n’étais pas payé par ce journal, qui n’avait pas de moyens et surtout je n’avais pas accepté d’être incité financièrement pour pouvoir écrire ce que j’avais envie d’écrire sans pression, en toute indépendance et toute liberté.

Puis un jour j’avais décidé de dresser le portrait de cet homme hors pair très charitable, très humain, très social et profondément croyant. Pourquoi ? Parce que tout concourait à faire connaitre cet homme qui était un tout en tout très respectable et très respecté  et qui forçait l’admiration  de très nombreux  mauritaniens. Et pour cette raison je n’avais pu à l’époque rester insensible à la dimension nationale de ce fils du pays qui était de son vivant une vraie référence humanitaire.

Quand l’article que j’avais écris est paru dans l’édition d’un  des numéros de juillet 89  « Regards » l’hebdomadaire pour lequel j’écrivais, l’homme était tellement  surpris par ce que je disais de lui  qu’il était poussé par une curiosité immense  pour  savoir qui pouvait dire tant d’éloges  sur lui et dans quel but. La première idée qui lui était venue sans doute à l’esprit c’était que le journaliste qui a signé le portrait était  peut être fauché et voulait «émarger». Ce qui pouvait le laisser penser  donc que j’ avais besoin d’argent ce qui  explique l’article très élogieux que j’avais signé.  Fauché c’est vrai que j’étais fauché au moment ou paraissait l’article,  comme je le suis encore aujourd’hui 30 ans plus tard. Mais il l’apprendra  plus tard de la bouche de quelqu’un qui me connait assez bien , je ne fais  pas partie de ces « journalistes » qui vendent leur littérature  pour de l’argent.   C’est vrai  et regrettable que beaucoup de mes confrères me jugent à ce qu’ils pensent croire que je suis  mais pas  ce que je suis réellement. Je ne fais l’éloge que des  personnalités nationales qui se distinguent par des valeurs morales, religieuses ou humanitaires  reconnues. L’homme dont j’avais fait les éloges à l’époque,  -qu’Allah l’accueille dans son saint paradis-  a quitté ce monde ici  bas  sans jamais avoir eu l’occasion de me rencontrer pour me remercier de vive voix pour tout ce que j’avais écris sur lui et pour lequel il m’était  très reconnaissant d’après certaines rumeurs qui m’ont été rapportées.

Je passais ce matin devant la salle de conférence de la Confédération Nationale des Employeurs de Mauritanie quand j’ai vu son nom  identifiant la salle de conférence. Je n’ai pu m’empêcher de prendre en photo ce nom qui incarne la vertu de la sagesse et l’honnêteté intellectuelle et morale.

Une personne  m’avait racontée une histoire qui donne une petite idée de  la grandeur d’âme de cet homme d’exception.  Quand je me souviens de  cette  histoire je lève les yeux au ciel pour prierAllah d’ouvrir à cet homme  toutes les portes du paradis pour que son âme repose en paix dans les prairies de la miséricorde.

L’histoire rapporte qu’il avait un jour accordé une entrevue à une vieille femme mendiante qui demandait à le voir. Elle lui a dit   « depuis deux nuits,  je n’ai pas pu donner à manger à mes deux filles orphelines qui vivent avec moi dans une baraque  dans une gazra,  faute de moyens. Qu’Allah te bénisse donnes-moi de quoi leur ramener à manger ». Il demanda à la femme d’attendre et il a fait appeler un de ses collaborateurs. Quand ce dernier est arrivé, il donna à la femme de l’argent. Celle-ci pria longtemps dieu pour cet homme qui venait de lui faire l’aumône. Quand la femme est sortie,  il demanda à son collaborateur de  la suivre discrètement pour savoir où elle vit, dans quelles conditions et si ce qu’elle disait était vrai.

Le collaborateur suivit la vieille femme discrètement. Après avoir acheté de la viande et le nécessaire pour faire à manger, elle se rendit  au carrefour de Madrid où avant le lotissement il y’avait un baraquement. La femme entra dans une baraque en bois rafistolés. Quelques instants plus tard l’homme qui  la suivait s’arrêta à la porte de la barrque pour demander un renseignement. Mais en réalité c’était pour voir dans quelles conditions elle vivait. Effectivement il y’avait à l’intérieur de la barque deux filles de bas âge, sous alimentées et habillées de voiles délavés presque des haillons. Aucun tapis, aucun matelas juste une vieille natte posée à même le sol. Il  demanda un renseignement et après la réponse il quitta les lieux les larmes aux yeux. Il retourna à son lieu de travail  et rendit compte à son employeur. Celui ordonna immédiatement  qu’on achète à la vieille femme une maison,  qu’on légalise l’attribution et qu’on la déménage. Sans chercher à savoir qui elle  était où  à quelle tribu elle appartenait. Cette histoire qui  m’a été racontée par quelqu’un de bonne foi incarne la grandeur du cœur de cet homme. Et c’est cette histoire qui me fait redire ce que j’avais dit il y’a 30 ans. « Sidi Mohamed Ould Abass est “un homme de Dieu” d’une autre dimension. Il l’était ici bas sur cette terre et il l’est sans doute maintenant  là où il est, un lieu,  pour lequel il  s’est investi de son vivant, et pour lequel il n’a jamais cessé de consentir  des avances  dont il récolte sans nul doute les dividendes  dans  la miséricorde d’Allah. Allhoume Errahme We El Ghouvrane.

Mohamed Chighali

Partager une information c'est comme donner la vie

URL courte: https://pointschauds.info/fr/2020/05/12/mauritanie-portrait-souvenir-dun-homme-hors-pair/

Publié par sur fév 11 2013. Archivé sous Evènement, Faits divers. Vous pouvez suivre les réponses à cet article par le RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse ou un trackback sur cet article

Laissez une réponse

il faut login Pour être en mesure de commenter .


Voir tous les dossiers





Qui compose l’« Émirat is...

L’État Islamique, le « Pr...

Arnaque médiatique ? L’Ir...

Urgent-Libye: Des révélat...

Le MAEP, piqué par le vir...

sur le Mobile

Version P-PDF

Version Digitale

News Letters

Recevez nos dernières nouvelles directement dans votre boîte de réception. Vous recevrez un email d'activation!


info@pointschauds.info , redaction@pointschauds.info, dg@pointschauds.info, pub@pointschauds.info