Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Les rapatriés Mauritaniens du Sénégal entament une marche de Boghé à Nouakchott

0

marcheC’est aux alentours de 8 H 30 mn, qu’un groupe de 43 rapatriés dont quelques femmes a quitté le domicile de l’un des leurs dans le quartier de Nioly-carrefour pour se rassembler sur le rond point du carrefour reliant l’axe bitumée Aleg-Boghé-Kaédi.

L’un d’eux, a récité quelques verstes de coran et tout juste après les trois banderoles sont déroulées et la marche s’ébranle. Destination : la capitale nationale, Nouakchott.

Sur ces géantes banderoles, on pouvait lire des slogans tels « Indemnisez toutes les victimes des évènements de 1989-1991, éleveurs, cultivateurs, pêcheurs et fonctionnaires » ; «Rendez-nous nos terres et nos biens » ; « Président des pauvres : il n y’a pas plus pauvres que nous les rapatriés » ou « Insérez-nous économiquement et notre état civil ».

Certains parmi eux portaient des bouteilles d’eau et d’autres des sacs de voyages. La gendarmerie et la police suivaient la marche et à chaque fois, ils demandaient aux marcheurs d’éviter le goudron.

Arrivés au niveau de la localité de Houdallaye, un village de rapatriés, une foule les a accueillies avec des cris de joie et de youyous, une manière pour elle de les encourager et de les galvaniser. Le nombre de marcheurs a légèrement augmenté arrivé dans cette localité.

Là, le président de la Coordination Nationale des Rapatriés Mauritaniens du Sénégal, organisatrice de la marche, M. Ibrahima Amadou N’Diaye, instituteur s’adresse à la presse devant la foule qui écoutait silencieusement son intervention. L’émotion était à son comble lorsque garraye (enseignant) s’exprimait. Certaines personnes n’ont pas pu retenir leurs larmes.

« Ce jour, 25 avril 2014 marque le 25ème anniversaire de notre déportation au Sénégal ; nous saisissons cette occasion pour organiser cette marche de protestation qui nous mènera de Boghé jusqu’à Nouakchott dans le but de rencontrer le président de la république Mohamed O Abdel Aziz et lui poser nos problèmes » a-t-il lancé à l’entame de ses propos».

Nous sommes revenus voilà maintenant 6 ans dans notre pays, mais malheureusement rien n’a changé dans notre situation a-t-il martelé. Nous continuons à vivre dans des conditions difficiles a dit M. N’Diaye. Maintenant, nous avons décidé de marcher jusqu’à Nouakchott pour voir le chef de l’Etat.

Les revendications égrainées par M. N’Daiye au nom de 118 sites de rapatriés du Brakna, du Trarza, du Guidimakha, du Gorgol et de l’Assaba se résument en 5 points. Il s’agit par ordre de priorité : l’Etat Civil (cité avec insistance), l’habitat, l’insertion, la restitution des terres et biens spoliés et l’éducation.

Le président Ibrahima, a aussi fourni beaucoup de détails sur ces revendications. Il a précisé que malgré sa réintégration récente dans la fonction publique, son grade (1er échelon) n’a pas évolué alors que ses promotionnaires ont atteint le grade de 11ème échelon. Il poursuit en affirmant qu’il ne peut pas faire le concours de l’Inspectorat tant que son grade reste au 1er échelon.

S’agissant de l’habitat, il s’étonne de la construction de plus de 1000 logement pour insérer des pauvres (ce qu’il trouve bon) pendant que les rapatriés vivent dans des hangars insupportables à la fois en période chaleur et de froid.

Concernant les aménagements hydro agricoles, il déplore que les réalisations déjà faites dans ce sens au Trarza et au Brakna n’aient pas pris en compte l’importance du critère démographique. Car, la région du Brakna affirme Ibrahima concentre la plus grande population de rapatriés sur les 25 000 déjà revenus.

La défunte ANAIR a indiqué M. N’Daiye a ignoré les compétences qui existent chez les rapatriés pour aller opérer des recrutements de complaisance ailleurs et ce jusqu’au planton. A la question de savoir, comment les marcheurs comptent s’alimenter, il fait savoir que des équipes ont été constituées et qui sont chargée de préparer et de convoyer tous les jours des repas pour les marcheurs.

Rappelons que tôt dans la matinée, le Wali du Brakna Ahmedou A Abdalla a débarqué à Boghé dans le but de rencontrer les membres de la coordination afin de s’enquérir de leurs problèmes. Mais ces derniers ont simplement refusé tout contact avec les autorités de la région.

Après une 1ère journée de marche, ils ont dormi dans le village de Boynguel Thilé, une autre localité de rapatriés, située à environ 40 kilomètres de Boghé. Notons qu’une seule personne parmi les marcheurs n’ayant pas de pièce d’identité a été refoulée par la gendarmerie au PK 16.

Albert Camus Diop

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print