Yémen: la guerre est finie pour nos troupes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

avion_militaire_mauritanieUn ministre émirati a affirmé que la guerre est finie pour les troupes des Emirats arabes unis opérant au Yémen, tout en rappelant l’engagement d’Abou Dhabi aux côtés de la coalition arabe dirigée par l’Arabie saoudite.

Les Emirats arabes unis sont, avec l’Arabie saoudite, l’un des piliers de la coalition militaire arabe, qui est intervenue en mars 2015 au Yémen pour soutenir le gouvernement face aux rebelles Houthis qui s’étaient emparés de la capitale Sanaa et de vastes régions du pays.

Notre point de vue est clair aujourd’hui: la guerre est finie pour nos troupes, a déclaré le ministre d’Etat émirati aux Affaires étrangères, Anwar Gargash, lors d’une conférence mercredi soir à Abou Dhabi.  Nous surveillons les arrangements politiques, donnant aux Yéménites le pouvoir dans les régions libérées, a ajouté M. Gargash, dont le pays a joué un rôle clef dans l’éviction fin avril des jihadistes d’Al-Qaïda de la ville de Moukalla (sud-est du Yémen).

Fait significatif, le prince héritier d’Abou Dhabi, cheikh Mohammed ben Zayed Al-Nahyane, commandant en chef adjoint des forces armées émiraties, avait aussitôt publié les propos de M. Gargash sur son compte Twitter officiel. Jeudi soir, le ministre d’Etat a cependant tenu à clarifier ses propos sur Twitter en rappelant l’engagement militaire des forces émiraties jusqu’à ce que la coalition arabe mette fin à ses opérations au Yémen.  Nos forces armées (…) ont combattu avec courage et professionnalisme. Leur rôle continue aux côtés (…) de l’Arabie saoudite, jusqu’à ce que la coalition annonce la fin de la guerre, a-t-il écrit sur Twitter.  Les forces armées émiraties ont payé un lourd tribut au Yémen où elles ont perdu quelque 80 hommes en près de 15 mois. En mars, un avion de combat émirati s’était écrasé au Yémen et, coup sur coup dimanche et lundi, les Emirats ont déploré la perte de deux hélicoptères et de quatre pilotes.

©AFP

Actualités connexes