”Yahya Ould Hadamine” “il ne s’agit pas d’un marché de gré à gré mais plutôt une concession de terrain qui relève des compétences du Conseil des Ministres”

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

La Mauritanie a abrité début octobre 2012, les Travaux de la Commission Ministérielle Maghrébine chargée des Infrastructures.

Une occasion pour les pays de l’UMA de revisiter les projets et propositions destinés à accélérer l’intégration dans le domaine des transports, des travaux publics, des postes et technique de communication, l’habitat, l’urbanisme, l’hydraulique et l’assainissement. Dans la présente interview, le ministre de l’Equipement et des Transports, Monsieur Yahya Ould Hademine revient sur les travaux de cette Commission et les réalisations de son Département.

Points Chauds La Mauritanie a abrité les travaux de la commission ministérielle maghrébine chargée des infrastructures, quels sont les appels et les priorités hiérarchisés ? et quel intérêt pour la Mauritanie ?  
Yahya Ould Hademine- Cette commission Ministérielle maghrébine dont les travaux de la 13eme session viennent d’être achevés  à Nouakchott est constituée de cinq conseils ministériels dont elle adopte et entérine les décisions. Les cinq conseils ministériels sont le transport, les travaux publics, poste et technique de communication, l’habitat et l’urbanisme, l’hydraulique et l’assainissement.
La Commission appelle à redynamiser les travaux des conseils ministériels et leurs comités techniques pour redonner de l’élan à la coopération technico-économique dans le cadre d’un partenariat modèle fait d’équité, d’équilibre et d’intégration. Elle  a eu également à adopter les conventions et décisions des conseils ministériels, notamment l’accord relatif à l’unification des méthodes de formation et d’examen pour obtenir le permis de conduire, la convention maghrébins relative à la circulation des personnes et des biens, la convention relative au transport routier des produits dangereux et l’accord de coopération dans le domaine aérien.
La commission a aussi fixé les priorité dans le domaine des transports à travers le développement des infrastructures, notamment l’autoroute et le réseau maghrébin, des transports aérien, terrestre et maritime et l’adaptation du cadre institutionnel, législatif et organisationnel nécessaire pour faciliter l’intégration économique entre les différents pays du Maghreb.
               L’intérêt de la Mauritanie à l’instar des autres pays du Maghreb est l’instauration d’une  coopération économique et une intégration régionale réciproquement bénéfiques dans un contexte de mondialisation rapide de l’économie.

Points Chauds: Peut-on tenter un bilan de ce qui a été fait depuis 2009 dans le domaine de votre portefeuille ministériel ?

Yahya Ould Hademine- Le bilan d’une façon succincte, (i) au niveau des infrastructures est la réalisation de 793 KM de route bitumée, l’exécution en cours de 1438 KM de route bitumée en plus des travaux stratégiques suivants dont l’exécution est en cours :

1.    Travaux d’extension du PANPA
2.    Nouvel aéroport international de Nouakchott
3.    Réhabilitation de l’aéroport de Sélibaby
4.    Réhabilitation de l’aéroport de Zouerate
5.    Piste militaire de Teyarett Elwasaa
6.    Travaux de construction et d’Equipements du port de pêche de Tanit
(ii) au niveau du transport routier
1.    L’organisation des journées de réflexion sur le transport routier du 01 au 04 février 2010 ;
2.    la création d’une autorité de régulation et d’organisation des transports routiers ;
3.    la création d’une commission nationale consultative ;
4.    la création d’une commission d’agréments  
5.    La création d’une société de transport Public, dénommée  Société de Transport  Public en abrégé « STP ».
e Transport  Public en abrégé « STP ».
6.    Organisation des Taxi  Tout Droit et Taxi urbain
7.    la création d’un guichet unique spécial  pour la réception et la distribution des documents de transport (Carte Grise, Permis de Conduire, Visite Technique) au sein de la Direction Générale des Transport Terrestres (DGTT) ;
8.    la création d’une perception de trésor public au niveau de la DGTT pour alléger aux citoyens les procédures de traitements des documents de transports.
9.    L’instauration d’un permis vert professionnel destiné aux chauffeurs nationaux. 12 000 de ces permis ont été établis
10.    L’organisation des sessions d’examens de permis de conduire au niveau national :
En 2011 et 2012 quatorze (14) sessions de passation des examens de permis de conduire ont été organisées à l’intérieur du pays et vingt et un (21) autres simultanément à Nouakchott dans les différentes Moughataas. Trois (3) sessions spéciales pour les professionnels ont été également organisées à Nouakchott. Au cours de ces sessions 46 125 Candidats ont été examinés dont 26 810 admis soit un taux de réussite de 58%.
11.    Le Bureau de Contrôle Routier a organisé plusieurs campagnes de contrôle et de sensibilisation sur le code de la route sur les Routes Nationales  au départ de Nouakchott en collaboration avec le Groupement Général pour la Sécurité des Routes, la Police Nationale et la Gendarmerie Nationale ;
12.    L’élaboration du cadre institutionnel nécessaire pour l’organisation des auto-écoles et moniteurs ;
13.    Travaux de la commission nationale de retrait et de restitution de permis de conduire :
  La commission s’est  réunie trois fois au cours de ce trimestre et a procédé aux retraits de 58  permis de conduire ;
14.    Analyse mensuelle de l’état des accidents de la circulation qui est présenté par le Ministre au conseil des Ministres ;
15.    L’organisation d’une Semaine Nationale  de Sécurité Routière à Nouakchott ;
16.    L’organisation d’une campagne de sensibilisation sur la Sécurité Routière à Nouakchott les mois d’avril, mai et juin  2012.
17.    Conception et élaboration d’un  le Guide de la bonne conduite automobile ;
18.    Elaboration et impression d’un Manuel Scolaire sur la Sécurité Routière ;
19.    Conception et mise en place d’une piste éducative routière  dont les travaux du Génie Civil sont en cours ;
20.    Finalisation et démarrage imminent du Bulletin d’Analyse des Accidents de la Circulation (BAAC) ;
21.    actualisation de la Stratégie Nationale de la Sécurité Routière en fixant comme objectif  
  de réduire de 25 % le nombre d’accidents de circulation dans les cinq prochaines années en Mauritanie (2012- 2016) ;
22.    Conception d’un dispositif juridique financier et institutionnel sur le renouvellement de la flotte ;Réhabilitation de la signalisation routière ;
23.    Diagnostic de la situation en matière de la sécurité routière et mise en place d’un système de gestion de sécurité routière y compris un système de suivi & évaluation des accidents à Nouakchott :
24.    Etablissement du compte transport et évaluation des coûts de dysfonctionnement
  des transports urbains à Nouakchott :
25.    Formation de  1000 acteurs de la filière de transport terrestre  répartis comme suis :
300   transporteurs ; 600   chauffeurs ; 30  directeurs et moniteurs d’auto-écoles ; 30  agents de la GGSR, 20 agents de la Police, 20   agents de la Gendarmerie Nationale

(iii) au niveau du transport aérien
1.    Une restructuration profonde de l’ANAC ;
2.    Mise en place d’un corps de 37 inspecteurs dont 20 inspecteurs de sécurité (Navigabilité, Opérations aériennes, Navigation aérienne, Aérodromes, Cabine, marchandises dangereuses) et  17 inspecteurs de sûreté de l’aviation civile ;
3.    Recrutement de 15 ingénieurs diplômés chômeurs (deux  en 2011 et treize en 2012) après des stages de familiarisation à l’aéronautique civile et des cours en langue anglaise organisé par l’ANAC dans le cadre d’un programme de formation emploi convenu avec le Ministère de l’équipement et des transports.
4.    Habilitation officielle par  le Ministre de l’équipement et des transports de 23 inspecteurs de la sécurité et de la sûreté pour mener les inspections.
5.    Délivrance  et/ou  renouvellement des titres aéronautiques du personnel aéronautique actuellement réparti comme suit :
a.    20 pilotes
b.    43 PNC (personnel navigant commercial)
c.    27 contrôleurs aériens
d.    30 mécaniciens
e.    10 agents techniques d’exploitation
6.    Délivrance et renouvellement de  certificats de navigabilité pour aéronefs  d’une flotte nationale de  14 avions  composés de :
a.    03 avions destinés au transport public commercial (avions de MAIL)
b.    11 pour l’aviation générale
7.    Renforcement du système de vidéosurveillance de l’aéroport de Nouakchott, Nouadhibou et Zouerate ;
8.    Audit de Sécurité  (ICVM) : Mauritanie classée 7ième d’Afrique après les audits ICVM de avril et de septembre 2012 avec un taux de 30% d’absence d’une mise en œuvre effective des éléments cruciaux d’un système de supervision de la sécurité alors que ce taux était  de 67.9 %  é (LEI)  en 2008.
9.    Audit de Sûreté : Le plan d’actions correctrices  de l’audit de sûreté conduit par l’OACI dans notre pays en octobre 2010 est aujourd’hui en cours de mise en œuvre, il atteindra un taux d’exécution avoisinant 70 % avec la révision et l’adoption très prochaine du Programme National de Sûreté de l’Aviation Civile.

Points Chauds     Récemment, l’on a évoqué dans certains médias deux projets (la route Tindouf-Zouerate) et le pont de Rosso qui engage le Royaume du Maroc dans ce qui est appelé la Transsaharienne Rabat – Nouakchott-Dakar. Est-ce à dire que la Mauritanie continue à se situer à équidistance par rapport à ces deux pays
Yahya Ould Hademine- La route Tindouf-Zouerate, le rapport définitif de l’étude de faisabilité est en cours d’approbation. Le pont de Rosso les études préliminaires seront achevées d’ici la fin de l’année. La réalisation de ces deux projets renforcera le rôle de la Mauritanie en tant que  pont entre le Maghreb et l’Afrique et la repositionnera au carrefour des intérêts africains, méditerranéens, et atlantiques.
Points Chauds     Au  niveau de la réalisation de certaines routes, des problèmes surgissent de temps en temps. Les retards dans l’exécution par exemple. A quoi sont-ils dus essentiellement ?
Yahya Ould Hademine- Par rapport au retard, je vous signale que sur les 26 projets en cours d’exécution deux seulement accusent un retard. Ce retard est du à des insuffisances constatées au niveau de l’étude d’exécution pour l’un et le manque de moyens matériel de l’entreprise pour l’autre.
Etant donné que les projets d’infrastructures sont assujettis souvent à des retards, les marchés prévoient une clause pour le retard et l’application des pénalités. Ces dispositions seront appliquées strictement sur ces entreprises en plus des mesures qui visent à résorber le retard.
Points Chauds –    On est à deux ans environ de la fin du quinquennat du président Aziz, alors que certains projets de routes accusent du retard. Ne craignez-vous pas que cela handicape le président à la prochaine présidentielle ?

Yahya Ould Hademine- Je viens de signaler que sur l’ensemble des projets d’infrastructures, seuls deux projets accusent un retard. Les mesures nécessaires seront prises indépendamment des prochaines présidentielles pour exécuter ces projets conformément aux règles de l’art et respect des délais contractuels. Par rapport à la crainte évoquée, je pense que tout compte fait, on peut dire que le bilan global du Président et particulièrement au niveau des infrastructures est plus que positif.
Points Chauds     Les dernières pluies tombées sur Nouakchott ont révélé de grandes défaillances techniques dans la réalisation. Qu’en dites-vous ?
Yahya Ould Hademine- Effectivement suite dernières pluies des stagnations d’eau ont été constatées sur certains axes routiers de la capitale. Ce problème est du tout simplement à l’absence de réseau d’assainissement et d’évacuation des eaux qui devait être réaliser depuis les années soixante dix. Le Gouvernement en est  conscient et les mesures nécessaires seront prises pour la réalisation de ce projet important et vital
.
Points Chauds     Le projet de construction du nouvel aéroport international de Nouakchott a provoqué une vive polémique quant à la procédure de passation du marché assimilé à du gré à gré. Comment peut-on défendre ce choix ?

Yahya Ould Hademine- Une cellule a été créée au niveau du département depuis 2005 pour la réalisation d’un aéroport international à Nouakchott. Malgré plusieurs tentatives dont celle relative à la réalisation du projet en contre partie de minerai de fer avec une société chinoise l’aéroport n’a pas pu être réalisé.
Compte tenu du coût important de ce projet et l’impossibilité de le réaliser sur le budget de l’Etat nous avons retenu l’option de l’exécuter contre l’octroi de concession foncière.
C’est ainsi qu’une convention a été signé avec Najah for Major Works pour la réalisation de cet aéroport en contre partie de concession d’un ensemble de terrain d’une superficie totale de 451HA70A et 62CA.
Cet aéroport aura une capacité de deux (2) millions de passagers et pourra accueillir les plus grands avions y compris l’Airbus A380. Le développement de l’aéroport sera réalisé en conformité avec les directives de l’Organisation de l’Aviation Civile International (OACI) et l’Association du Transport Aérien International (IATA).
Je signale à la fin qu’il ne s’agit pas d’un marché de gré à gré mais plutôt une concession de terrain qui relève des compétences du Conseil des Ministres et que de telles superficies de terrain ont été concédées à des particuliers sans contre partie.
Propos recueillis par Ezza Mint Moulay El Hacen

Actualités connexes