Washington doit s’attendre à ce que ses alliés résolvent leurs problèmes à leur gré ou demandent de l’aide à la Russie, préviennent des analystes américains.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

1020763897Dans un article pour le National Interest, Brian Blankenship et Renanah Miles constatent que les récents événements au Proche-Orient ont démontré que les partenaires des Etats-Unis dans la région tâchaient de plus en plus souvent d’agir en toute indépendance, sans tenir compte de la position et des consignes de la Maison Blanche.
Les pays du Golfe se rangent du côté de l’Arabie saoudite
L’exemple le plus édifiant en ce sens est donné par l’Arabie saoudite, qui a formé une coalition indépendante contre l’Etat islamique, a déclenché une opération militaire contre les rebelles au Yémen et a provoqué des tensions avec l’Iran en raison de l’exécution du dignitaire chiite Nimr al-Nimr. Selon les auteurs de l’article, suite à la position actuelle de l’Arabie saoudite, ses nombreuses initiatives sont contraires aux intérêts des Etats-Unis. Mais ils signalent qu’à l’origine de cette désobéissance des alliés on trouve les actions de Washington.
L’ambassade d’Arabie Saoudite attaquée et incendiée à Téhéran
“Face à l’Iran, l’Arabie Saoudite sera perdante malgré son argent et les USA”
L’aspiration à l’indépendance, chez les partenaires proche-orientaux des Etats-Unis, renferme de gros risques pour ces derniers. Ainsi, les alliés américains peuvent essayer de résoudre leurs problèmes, ceux de politique étrangère compris, en toute indépendance, ce qui aggravera la situation dans la région. En plus, privés de l’assistance militaire des Etats-Unis, leurs alliés arabes peuvent commencer à chercher les moyens d’accéder aux armes nucléaires.
Pis encore, les partenaires actuels des Etats-Unis pourraient demander de l’aide à la Russie, dont l’activité au Proche-Orient s’intensifie toujours davantage. Ainsi, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir s’est prononcé en faveur du renforcement de la coopération économique avec la Russie. Certains autres pays arabes témoignent eux aussi de l’intérêt pour les liens économiques et militaires avec Moscou. Enfin, les auteurs de l’article signalent que les pays arabes pourraient réduire leur coopération avec les Etats-Unis dans le domaine des exportations du pétrole et de la lutte contre le terrorisme.

Actualités connexes