Vidéo. Mauritanie: les camionneurs marocains déplorent la hausse de la taxe douanière

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Les taxes sur les camions marocains qui approvisionnent le marché mauritanien en fruits et légumes enregistrent une forte hausse depuis le début mois de mars. Cette deuxième augmentation des droits en trois mois entrave fortement les échanges et la situation est déplorée par tous les acteurs.

Ainsi, la taxe sur les camions de 25 tonnes est passée de 637.000 ouguiyas (1635 euros) à 787.000 ouguiyas (2020 euros) soit une majoration de 150.000 ouguiyas en valeur absolue et de 23,55% en valeur relative.

En janvier dernier, ces tarifs avaient enregistré une première poussée passant de 440.000 ouguiyas à 637.000 ouguiyas. Les opérateurs marocains, à l’image de Youssouf, Rachid et quelques autres encore, venus généralement d’Agadir, ou ce commerçant de Casablanca, déplorent «une situation préjudiciable à la fois aux camionneurs marocains et aux consommateurs nationaux».

Les fruits et légumes en provenance du Maroc vendus sur les marchés de Nouakchott, sont les oranges, tomates, carottes, mandarines, poivrons, pommes de terre, oignons, pastèques. En échos à ces protestations, A. Dia, ménagère rencontrée au «Marché SOCIM» déplore une pénurie de produits « tout est introuvable, il n’y a plus rien ici».

Quant à Leila, une vendeuse, qui s’approvisionne à partir de la maigre production nationale, elle ne se plaint pas trop de la nouvelle donne, qui rétrécit de manière drastique le choix des consommateurs, réduit à une préférence nationale forcée.

Le360

Actualités connexes