INSOLITE : Un aide-boutiquier réclame 1.500 Um à la Première Dame !!!

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

first LadyMohamed Ould Ismail, né en 1970 à Boutilimit affirme que  la Première Dame mauritanienne Mme Tekeiber Mint Ahmed lui devait  une dette de 1.500 ouguiyas, du temps de l’ancien président Maaouiya Ould Sid’Ahmed Taya, où cette somme fortement  dépréciée aujourd’hui,  valait dans les temps une petite fortune pour un simple « wegav » payé 5 à 6 mille par mois soit 25% de son salaire.

L’aide-boutiquier affirme avoir  travaillé à l’époque dans un commerce de luxe où la Première Dame venait s’approvisionner en compagnie de sa tante Mint Moulaye pour acheter des quantités de  robes de la marque Viscose.

 « La dernière fois qu’elle venait prendre une commande, elle m’avait remis 10.000 comptant  contre une marchandise de 11.500  avec la promesse de me payer la créance de 1.500 de l’argent de Maaouiya ultérieurement  » a confié Ould Ismail au confrère Taqadoum.

Ce qui semble plus embarrasser le « wegav », ce n’est pas le montant dû à la Première Dame, qu’elle aurait oublié de régler pour des raisons multiples dont entre autres  son insouciance et les nombreux  empêchements, mais son licenciement par son employeur faute du remboursement de  cette créance non recouverte au moment de faire « Irrigla » (établissement périodique des bilans des commerces de détails).

« Je me souviens  encore d’elle, d’avoir déposé la marchandise dans la malle arrière de la voiture de marque  L200 que conduisait à l’époque le Président de la République, avec  un turban à  tête, le  visage nettement découvert » dit l’aide-boutiquier, qui réclame d’être dédommagé  pour les préjudices subis ainsi que des excuses.

Sans doute, ce fait insolite pourrait sonner la fin de la misère du « wegav » dont les 1.500 Um du temps de Maaouiya ainsi que son limogeage pour des créances impayées peuvent lui drainer aujourd’hui après ses  réclamations une fortune non négligeable lui permettant de rappeler à son employeur sans scrupule qu’Allah l’a aidé à prendre sa revanche.

Source: Taqadoumi

Actualités connexes