Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Urgent:Des jeunes mauritaniennes rejoignent le Jihad

0

mauritanie 32Les rumeurs qui ont couru ces derniers jours portant sur le départ des jeunes mauritaniennes pour le Jihad en Syrie viennent d’être confirmées : selon le site du parti mauritanien islamiste Tawassoul.com, plusieurs dizaines de jeunes filles mauritaniennes se seraient rendues il y a quelques jours, en Syrie pour rejoindre les « filles du Jihad » persuadées qu’elles sont, que cet acte leur assure la rémunération auprès d’Allah.

Le site du parti islamiste Tewassoul a crevé l’abcès : dans sa livraison de dimanche, il révèle -ce que tout le monde savait- l’existence en Mauritanie, de plusieurs réseaux de recrutement de jihadistes candidates à la guerre sainte au Proche et au Moyen Orient. Pour l’heure, les autorités n’ont pas encore réagi à cette information, par contre, l’opinion s’en est saisie. L’affaire est née du témoignage d’un jeune mauritanien qui a déclaré que sa nièce et certaines de ses amies viennent de disparaître de Nouakchott.

Auparavant, elles recevaient la visite de plusieurs jeunes filles voilées de Burka et auxquelles personne ne prêtait attention jusqu’au jour de la disparition de tous ces groupes : « nous avons cherché partout à Nouakchott comme à l’intérieur du pays, mais n’avons trouvé aucune trace, tout comme la police n’a pu trouver aucune trace des « fugueuses ». C’est finalement une de leurs amies qui est passée aux aveux reconnaissant avoir entendu ses copines évoquer le désir de se joindre au Daesh pour obtenir la Chahada et rémunération auprès d’Allah moyennant un simple service après qu’elles se soient adonnées aux combattants dans le sentier d’Allah (Vi Sebil Allah)”.

Elles seraient ainsi plusieurs dizaines de jeunes filles mauritaniennes qui ont décidé de se rendre ces derniers mois, dans les sentiers de guerre, notamment en Syrie. Il s’agirait de jeunes mauritaniennes endoctrinées et sans véritable occupation professionnelle dont la motivation reste floue.

A peine l’information lâchée par Tewassoul.com que des dizaines de chefs de familles ont osé se prononcer sur des mésaventures vécues. Ces derniers mois, des cas comme celui soulevé par le site des Islamistes étaient donc nombreux, mais jamais une quelconque voix ne s’est élevée pour les signaler. Par peur de réprimande de l’Autorité ou de crainte d’être stigmatisé par la société ?! A Arafat, comme à Dar Naïm à Ryadh comme à Toujounine, dans la quasi-totalité des quartiers périphériques de Nouakchott, les cas de disparition de jeunes filles, très souvent issues de milieux maures, dont l’âge est situé dans l’intervalle 20 – 35 ans, seraient nombreux.
La méthode d’enrôlement ou de recrutement serait toujours la même : des jeunes filles issues de milieux riches comme de milieux pauvres sont ciblées suivant des critères spéciaux : des célibataires endurcies, souvent désespérées, qui se refugient dans la religion à la recherche de salut.

Une fois repérées, des conditions de rencontres sont créées entre elles et des filles appartenant aux réseaux jihadistes qui les sensibilisent sur la situation du monde et surtout sur leur rôle dans la défense de l’islam ; chacun et chacune devant s’y engager par les moyens à portée de mains (sacrifice, armes, mariages, mise à disposition d’une progéniture…).

En aval, des rencontres sont périodiquement organisées entre elles et des prédicateurs intégristes qui leur mettent en tête qu’elles appartiennent à la Oumma, la nation musulmane, mais aussi qu’elles ont un devoir qu’elles doivent accomplir et que dans tous les cas, l’Islam les protège. Le style est le ici comme partout ailleurs dans le monde : il s’agit de leur inculquer une haine farouche contre l’Occident, de leur apprendre que les ennemis ce sont les Occidentaux et qu’un ennemi doit se combattre. Leur Djihad à elles, c’est de servir cette cause et de soutenir les hommes. Autre outil « d’embrigadement », Internet.

La Toile est capable de mettre en effet les jeunes filles en contact avec des djihadistes sur le terrain. En quelques clics, elles parviennent à accéder à Youtube au profil de personnes spécialisées, qui parviennent à les convaincre de la « cause » avant de leur expliquer comment se rendre dans les sentiers de guerre.
Les conséquences d’un tel état de fait sont nombreuses aujourd’hui avec des familles entières qui auraient perdu toutes traces de leurs progénitures. Seulement, l’inquiétude n’est pas encore de mise au sein des familles concernées.

Pour cause, elles sont très nombreuses les familles mauritaniennes qui ont vu leurs filles migrer vers l’Orient et les pays du Golf avant de revenir à la maison assez pourvues en finances et autres biens matériels. On se rappelle encore de l’époque où les Mauritaniennes se déplaçaient en vague vers les pays du golf où elles contractaient plusieurs mariages avant de se raviser et revenir au bercail. C’est ce maigre espoir de retour qui semble animer les esprits des familles qui ont perdu les traces de leurs filles. Toutefois, même si ces familles n’y croient pas, elles savent que l’Arabie saoudite n’est pas la Syrie.

MOMS

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print