Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Urgent: des hommes armés attaquent l’université de Garissa au Kenya

0

kenyaDes hommes armés ont attaqué ce jeudi matin l’université de Garissa, localité de l’est du Kenya, située à environ 150 km de la frontière somalienne. La police est massivement déployée sur le lieu de l’attaque, où des explosions ont été entendues.

Le bilan officiel provisoire fait état de deux morts.

Selon des médias locaux, l’attaque a débuté à l’heure de la prière du matin, aux alentours de 5h30, ce jeudi. Le nombre d’assaillants n’est pas encore connu – selon le journal kényan The Standard, des étudiants qui se sont échappés ont évoqué au moins cinq individus armés.

Selon la police kényane, ces derniers ont tiré dès leur entrée dans le campus. « Deux gardes postés à l’entrée de l’université ont été tués. On peut entendre les tirs retentir à l’intérieur, mais, à ce stade, on ne peut pas dire qui tire sur qui », a déclaré une représentante de la police sur place, ajoutant que les assaillants retenaient sans doute des étudiants en otages. Dès qu’ils ont entendu les premiers tirs, les gardes en faction dans les logements étudiants ont répondu par les armes.

Outre les deux morts signalés, il y aurait aussi quatre blessés, selon un bilan provisoire officiel. Mais selon les chiffres rapportés par la Croix-Rouge kényane, une trentaine de personnes auraient été admises dans les hôpitaux, dont quatre dans un état grave. La plupart pour des blessures par balle.

Rapidement, les forces de sécurité – police et armée – ont pénétré dans l’université. Une télévision kényane faisait état de tirs intenses en cours. Des explosions ont été également entendues.

Les shebabs soupçonnés

L’attaque n’a pas été pour l’heure revendiquée, et les assaillants ne sont toujours pas identifiés. Mais de forts soupçons pèsent sur les islamistes shebabs somaliens qui ont déjà frappé de nombreuses fois en territoire kényan. Le mouvement avait notamment revendiqué la prise d’otages qui avait causé la mort de 67 personnes en septembre 2013 dans un centre commercial de Nairobi.

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print