Une camerounaise en difficultés à Nouakchott

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Un mauritanien, du nom de Sidi Abdoullahi Ould Lematt est décédé il y

a deux ans au Cameroun. ,Il a laissé derrière lui une femme  âgée de

38 ans , répondant au nom de TchetmennJabo/ Huguet et deux enfants ;

une fille (Tomkua/Selmoua Sidi Abdoullah, 9 ans), un garçon (Mohamed

Mahmoud Sidi, 3 ans).

Après le décès de Sidi Abdoullah, sa famille a exigé le rapatriement

de ses enfants. C’est ainsi qu’ils se sont retrouvés à Nouakchott avec

leur mère. Cette dernière ne comptait pas se séparer de ses enfants

afin d’assurer leur éducation et de veiller sur eux même ou soit à

vivre à Nouakchott loin de ses siens !

Seulement, les relations de la maman avec ses beaux-parents se sont

vite détériorées. Elle a voulu donc vivre avec ses enfants dans une

maison séparée du domicile familial. Les beaux-parents l’ont alors

soupçonnée de vouloir fuir avec leurs enfants.

Mme Sdi Abdoullahi s’est présentée à IRA-Mauritanie pour demander

assistance et secours. L’affaire s’est retrouvée ainsi portée à la

connaissance des autorités judiciaires qui continuent à traîner des

pieds. Le procureur de la République a renvoyé l’affaire devant le

Cadi de Toujounine, alors qu’elle devait relever du Cadi du Ksar.

Pourquoi ?

Un représentant de IRA-Mauritanie a assisté à ce qui devait être une

audience avec le Cadi de Toujounine. Il a aussi servi d’interprète

entre la plaignante et le juge qui semble résolu à prendre partie pour

la famille afin d’arracher les enfants à leur mère parce que selon lui

elle n’est pas musulmane ce qu’elle récuse : elle est bien musulmane

Ainsi, IRA –Mauritanie fidèle à son engagement dans la défense des

droits de l’Homme :

1- Dénonce avec vigueur le comportement raciste et xénophobe de la

justice mauritanienne dons le traitement de cette affaire hautement

sensible !

2- Interpelle le gouvernement du Cameroun et demande son intervention

par voies diplomatiques pour secourir de cette citoyenne discriminée

et  stigmatisée a cause de sa religion douteuse pour les parents de

ses enfants en bas âge !

Source: IRA Mauritanie

Actualités connexes