Une bombonne de butane qui nous consume dans l’apocalypse

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Makhou Poiints ChaudsAprès m’avoir moi-même rendu chez l’épicier du quartier  pour renouveler la charge de la  bouteille de gaz butane. Lui faisant entièrement confiance, je suis allé voir l’autre épicier pour acheter je ne sais quoi encore. L’épicier que j’ai abusivement fait confiance peut être à cause de sa grande barbe supposée  de bon musulman, a dû certainement  profiter de mon absence pour  accrocher au fourneau,  une bouteille que certainement ,  tous ses clients avaient refusé pour son état de dégradation avancée perceptible à yeux bandés.  

Deux jours après, en mon absence du domicile, la bouteille a pris feu dans un appartement complètement fermé face à une femme inexperte et des enfants aux yeux hagards, il a fallu l’intervention de voisins de bonne foi pour leur venir au secours : éteindre le feu, jeter la maudite bouteille dehors pour éviter le pire.

Quand je suis revenu du travail, la scène m’a été racontée telle qu’elle s’est passée, après avoir constaté  ma défaillance ,je n’ai pas tardé à aller rendre une visite inopportune au fameux épicier à la barbe trainante  pour lui faire part de la nouvelle. J’attendais un peu sa première réaction pour voir s’il méritait bien un simple conseil d’ami ou une correction musclée.  Alors il traina sa voix d’innocent trompeuse pour me dire pourquoi avoir attendu deux jours pour faire la remarque ?

Alors là j’ai opté de ne pas sillonner dans son raisonnement  fallacieux qui me rappela plutôt des modalités de paiement et de livraison. Je lui ai dit que je vous avez  à tort fait confiance pour vous laisser seul à part  Dieu  le tout-puissant, que vous prétendez croire,  pour changer la bouteille et vous avez fait des sornettes derrière moi,  je l’ai harcelé mais la façon dont il roulait les yeux  m’a renseigné sur le fait que malgré son goût prononcé du gain furtif et facile , il n’était pas mesure de dimensionner  la gravité de son acte.

Alors j’ai lui ai fait un petit cours lui expliquant que le gaz qu’il vend est un produit très dangereux c’est un gaz comme l’air, c’est presque inodore comme l’air et qu’on y a mis l’odeur exprès pour que tout le monde puisse le reconnaitre rapidement à cause de sa dangerosité, son inflammabilité  y compris les épiciers qui s’abstenaient  se rendre chez le barbier,  pour faire bonne mine.

J’ai conclu en lui disant au-delà de ses responsabilités, il y’en avait d’autres plus grandes  à situer : celles qui autorisent à n’importe quel berger de chameau ou de brebis  à stocker et vendre ce produit dangereux inflammable sans préalable.

Il  y’a qu’à voir l’hygiène de certaines bouteille de gaz butane  qui circulent sur le marché à l’échelle nationale,  pour se renseigner sur leur non-entretien et leur sécurité douteuse : bouteilles sales, rouillées, mal fermées, etc. .

S’il y’a à Nouakchott des larrons spécialisés dans le domaine d’éclipser les bombonnes de gaz, il y’a qu’à faire un tour au marché Tieub Tiaba pour s’en renseigner ou s’en procurer à moindre prix, c’est que ces bouteilles ne sont pas soigneusement gardées dans presque tous les ménages. L’état  du four ou du fourneau  ainsi que la bouteille et les mesures de sécurité à prendre sont souvent relégués au second plan.

A l’entrée de Rosso , Un spectacle incroyable s’offre à perte de vue : une suite de citernes contenant du butane sous le soleil chaud, pour  un  service de recharge des bouteilles de butane  à l’air libre sans aucune norme ni  mesure de sécurité  au vu et au su de tout le monde, comme des marchands aux puces , Ils ont du certainement s’acquitter , diront-ils,  toutes les taxes communales pour exhiber leurs marchandises criminelles .

La preuve qu’ils ne disposent pas le moindre outil recommandé relié à la citerne  à  même de quantifier  le  volume qu’ils vous compriment dans votre bouteille, ils se munissent tous d’une balance mal réglée  ou d’une bascule classique  mal tarée.

Le pire s’est produit chez  cette famille Gueye de  Sebkha ,où après l’explosion d’une bouteille de gaz , l’accident a malheureusement occasionné  des grands brûlés ,  cas compliqués au point qu’ils ont été évacués vers le Maroc malgré les efforts consentis trois  parmi  eux ont déjà succombé  suite à leur brulure certainement d’un degré avancé. Nous venons de lui et Nous y retournerons. Une autre brûlée dans la même famille suit encore des soins au Maroc.

La problématique de la sécurité autour du gaz butane doit être repensée avec plus de rigueur sur toute la chaine :  de la production , à la distribution , au stockage jusqu’à la consommation Il ya sur toutes les échelles de nombreuses failles qu’il faut parfaire qu’un spécialiste pourrait  sans  doute diagnostiquer pour en dégager l’ensemble des solutions.

Un travail de sensibilisation auprès des populations qui utilisent ce produit à tort et à raison devrait être fait afin d’actualiser le rappel des dispositions de sécurité à prendre à chaque fois que l’on utilise ce produit aussi indispensable  que dangereux et dévastateur.    

 

    Makhou

© Points Chauds

Actualités connexes