Ukraine : la Russie mène un exercice militaire le long de la frontière

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

officer rushianAlors que le nouveau pouvoir ukrainien tente de s’organiser, quelques jours après la chute et la fuite de Viktor Ianoukovitch, le président russe Vladimir Poutine a ordonné, mercredi 26 février, aux forces armées de mener un exercice d’urgence dans l’ouest du pays afin de vérifier qu’elles sont prêtes au combat.

« Les forces du district militaire ouest ont été placées en état d’alerte à 14 heures aujourd’hui [11 heures à Paris] », a dit Sergueï Choïgou, ministre de la défense, sans mentionner la situation en Ukraine, à l’agence Interfax. Selon le ministre, il s’agit de « vérifier la capacité des troupes à agir dans des situations de crise menaçant la sécurité militaire du pays ».

Le président ukranien par intérim, Olexandre Tourtchinov, a évoqué  avec les agences de maintien de l’ordre des « signes dangereux de séparatisme », notamment en Crimée, alors que Moscou et les Occidentaux ont tous mis en garde sur des risques de partition du pays entre l’Est russophone et l’Ouest plutôt nationaliste et proeuropéen.

TENSION EN CRIMÉE

Partisans et adversaires des nouvelles autorités ukrainiennes ont manifesté mercredi 26 février devant le Parlement régional de Crimée, à Simferopol. | AP/ANDREW LUBIMOV

Partisans et adversaires des nouvelles autorités ukrainiennes ont manifesté mercredi devant le Parlement régional de Crimée, à Simferopol, une région principalement russophone. Environ 2 000 personnes, majoritairement issues de l’ethnie tatare, se sont rassemblés pour exprimer leur soutien aux manifestants anti-Ianoukovitch, face à quelques centaines de manifestants favorables à un rapprochement avec la Russie.

Les deux camps étaient séparés par un cordon de police devant le Parlement, où se tenait une session d’urgence, à la demande des élus pro-Russie.

Des tensions diplomatiques opposent Moscou aux Occidentaux au sujet de la crise en Ukraine. L’UE a invité la Russie à laisser Kiev choisir sa « voie », après les événements du week-end, tandis que Moscou a évoqué la montée d’une tendance « néofasciste » dans l’Ouest nationalite et proeuropéen de l’Ukraine.

 

 

 

Le monde.fr

Actualités connexes