UFP : Les raisons d’un boycott

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

ufp_maouloud 123Ould Maouloud parle de sacrifice

Au cours d’une conférence de presse animée ce dimanche 13 octobre, Mohamed Ould Maouloud a laissé entendre que le boycott des élections municipales et législatives par l’UFP est lié à trois raisons.

La première tient au refus de l’UFP de cautionner l’attitude putschiste du pouvoir qui cherche à imposer un agenda électoral unilatéral. Le deuxième est liée à l’absence totale des garanties de conditions d’élections libres, transparentes.

La troisième raison est liée au refus de cautionner une volonté d’exclure nombre des Mauritaniens des élections. Ould Maouloud s’est insurgé au passage contre le recensement des populations qui jusque-là a laissé en rade plus de la moitié de la population. Selon lui seul un million de personnes a été recensé à cette date.

Le président de l’UFP qui s’est exprimé en présence de Mohamed Ould Khlil, Lô Gourmo Abdoul, Kadiata Malick Diallo, Mohamed El Moustaph Ould Beddridine est également revenu sur le débat qui a eu lieu au sein de son parti suite au dépôt des listes effectué certaines sections de l’UFP qui cherchaient à participer aux élections.

Il a balayé d’entrée de jeu l’idée de l’existence de deux tendances au sein de sa formation dont l’une est favorable à une participation aux joutes électorales de novembre et la seconde encline au boycott. A ses yeux le fait que ledit débat ait été sérieux et profond et ait abouti à une décision (le boycott des élections) qui n’a été contestée par personne est la preuve patente qu’il y a pas deux tendances dans son parti.

« Il y a avait pas match entre deux camps dans notre parti, contrairement à ce qui a été écris dans la presse. Notre parti s’était réuni afin de se prononcer sur un problème difficile, complexe, à savoir trancher sur la question de sa participation aux joutes électorales de novembre ou de sa non-participation qui est synonyme de perte des sièges de députés et de postes de maires pour l’UFP mais aussi un facteur qui dévalorisera le parlement mauritanien qui perdra alors deux de ses plus grandes figures à savoir Kadiata Malick Diallo et Mohamed El Moustaph Ould Beddridine », a-t-il déclaré en substance avant d’ajouter que le sacrifice a été consenti afin de permettre à l’UFP de continuer sa «lutte contre le despotisme».

 

Taqadoumy

 

Actualités connexes