SOMMET DE LA FRANCOPHONIE: Mouhamed Ould Abdel Aziz,Théodore Obiang Nguéma,Denis Sassou Nguesso, étaient tous mécontent

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

francophonie.jpg2Culture S i le sommet a été un vrai succès, tous les chefs d’Etat qui y ont pris part ne sont pas sur la même longueur d’onde. Il nous revient en effet que certains d’entre eux, comme le président de la Guinée Equatoriale, Théodore Obiang Nguéma ainsi que le Président mauritanien ne sont pas du tout contents d’avoir été privés de parole.

D’ailleurs, le Président mauritanien Mouhamed Ould Abdel Aziz a boudé le reste de la cérémonie. De même que Nguéma qui estime qu’on aurait pu le laisser faire un discours même de 10 minutes. Quelqu’un qui n’était pas non plus content mais pour d’autres raisons, c’est le président Denis Sassou Nguesso qui lui considère qu’on aurait pu laisser son candidat passer, Henri Lopez en l’occurrence, au lieu de favoriser Michaëlle Jean que le journal EnQuête avait présentée comme la favorite.

La colère de Nguesso est d’autant pus profonde que déjà en 2002, Henri Lopez s’était présenté contre Abdou Diouf pour le poste de secrétaire général de l’OIF (Organisation internationale de la Francophonie). Henri Lopès, bien que bénéficiant du soutien de nombreux chefs d’Etat africains, avait échoué surtout à cause du fait que son ‘’parrain’’ n’était pas dans le top des pays démocratiques. Né en 1937 à Kinshasa, de père belge et de mère africaine,

Henri Lopes a mené de front une carrière d’homme politique (il fut Premier ministre du Congo- Brazzaville de 1973 à 1975), de haut fonctionnaire international (à l’Unesco), de diplomate (il est l’actuel ambassadeur du Congo à Paris) et une carrière d’écrivain. Ses romans, au style simple teinté d’humour, ont été couronnés de nombreux prix littéraires.

Après Tribaliques (1971) et Le Pleurer-rire (1982) plus directement engagés, il a poursuivi dans une veine plus intimiste (Le Chercheur d’Afriques (1990), Sur l’autre rive (1992) et Le Lys et le flamboyant (1997) ; son dernier roman, Dossier classé (2002), est l’histoire des retrouvailles impossibles entre un homme et son histoire. Il a également publié un essai en 2003 intitulé Ma grand-mère bantoue et mes ancêtres les Gaulois. C’est dire…

Dakar24sn

Actualités connexes