Sidi ould Salem Sommé de payer 400 Million

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

soccMis en demeure de rembourser au trésor public plus de 400 millions d’ouguiyas par la Cour des Comptes sur la base d’une notification transmise lundi dernier, Sidi Ould Salem, ministre des finances sous la transition post putsch août 2008, ancien Directeur Général de la Société Nationale Immobilière (SOCOGIM), rejette ces allégations dans un communiqué de presse. Jeudi 29 Avril 2010

Cadre du Rassemblement des Forces Démocratiques (RFD)-opposition, l’ancien ministre est sommé de rembourser ce montant pour des fautes présumées avoir commises dans la gestion d’un programme de construction de 200 logements financés par une institution financière nationale.

Cette affaire avait été publié par le journal Points Chauds , Le journal a donc révélé certaines irrégularités, qui avaient déjà fait l’objet d’une lettre d’explication de la part de l’inspection Générale de l’État sur le sort non connu encore de 35 millions d’UM partis en fumée.
Avec la plainte introduite auprès du parquet contre le journal par l’ex Directeur Général de Socogim, le journal se vu obligé de revenir sur ce qu’il n’avait traité que de manière très superficielle, dans l’attente de mener à fond ses investigations sur les non-dits de la gestion chaotique de la Socogim.
D’après les informations recueillies de sources concordantes le journal a révélé que, Sidi Ould Salem a dirigé la Socogim comme un père dirige sa propre maison. Il a érigé en règle les recrutements discriminatoires et les placements personnels. Des pratiques indignes d’un directeur d’entreprise publique qui doit incarner la responsabilité”, l’honnêteté morale et matérielle.
Parmi les frasques du Directeur limogé -allons savoir pourquoi-, on évoque les licenciements forcés de plusieurs employés de la société sous prétexte que celle-ci ne dispose pas des moyens financiers nécessaires pour un grand personnel.

En fin de compte le procès a été remporté par le journal et aussi tôt la cour des comptes s’est installée à la direction de SOCOGIM et a fini par sommé Sidi ould Salem de rembourser au trésor public plus de 400 millions d’ouguiyas.

Il faut dire que c’est une première victoire de la Presse en Mauritanie que je Journal Points Chauds nous a donné

Actualités connexes