SENEGAL-MAURITANIE-RELIGION :Le pèlerinage de Nimjatt bat son pavé

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

nimzatLe pèlerinage de Nimjatt (Mauritanie) trouve son fondement dans une prière de Cheikhna Cheikh Saadbouh, le propagateur de la khadriya en Afrique de l’Ouest, qui avait sollicité de Dieu qu’il accorde aux fidèles devant se recueillir sur sa tombe les mêmes gratifications dont bénéficient les musulmans en pèlerinage aux lieux saints de l’islam, a souligné l’historien-chercheur Baye Cheikh Yérim Seck.

“Cheikhna Cheikh Saadbouh avait demandé à Dieu le-Tout-Puissant de faire en sorte que celui qui viendrait se recueillir devant sa tombe, durant les derniers jours du mois de ramadan, ait les mêmes gratifications qu’un pèlerin à La Mecque”, a-t-il dit dans un entretien avec l’APS, en prélude à la 66 ème édition du pèlerinage annuel de Nimjatt, prévu à partir de samedi.

Le guide des khadres avait formulé ces prières bien avant sa disparition en 1917, mais c’est seulement 31 ans après sa disparition en 1948, que le pèlerinage annuel de Nimjatt fut organisé pour la première fois par son fils Cheikh Talibouya, khalife général des khadres à l’époque, a précisé Baye Cheikh Yérim Seck.

Cet historien est également le khalife général de Cheikh Yérim Ndoumbane Seck de Tivaounae. Il a produit plusieurs ouvrages sur la vie et l’œuvre de Cheikhna Cheikh Saadbouh et celles de Cheikh Abdou Khadre Djeylani, fondateur de la khadriya.

Selon Baye Cheikh Yérim Seck, le grand propagateur de la khadriya avait prié pour qu’à Nimjatt, les péchés des pèlerins soient absouts par Dieu et des solutions apportées à leurs problèmes. Il a signalé que la littérature relative à Cheikhna Cheikh Saadbou rend compte abondamment de ce point d’histoire.

“Il avait demandé que sa tombe ait la dimension spirituelle de la Ka’aba et que par conséquent, tous ceux qui prendraient la peine d’aller en pèlerinage en Nimjatt, ait une récompense du prix d’une Oumra qui est le second pèlerinage de La Mecque, un pèlerinage surérogatoire”, a encore souligné l’historien.

La cité religieuse de Nimjatt fut ainsi créée en 1908, même si Cheikhna Cheikh Saadbou n’y a pas vécu longtemps avant de disparaître en 1917. Il avait avant son décès prié pour que cette localité “soit un lieu de bénédiction, un lieu d’absolution des péchés, de guérison des maladies entre autres.”

Baye Cheikh Yérim Seck a également rappelé que le guide religieux avait quitté son père à 14 ans et avait sillonné toute la Mauritanie, le Sénégal et d’autres pays de la sous-région encore, à la recherche d’une terre promise. Il a finalement découvert Nimjatt où il s’est installé.

Cette cité religieuse est depuis devenue le point de convergence de tous les talibés khadres originaires de la Gambie, des deux Guinée, du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal, compte non tenu des fidèles de la diaspora et de certains pays européens.

Le pèlerinage de Nimjatt est considéré comme le plus grand déplacement de musulmans sénégalais à l’étranger, essentiellement des disciples khadres d’obédience fadélia, du nom de Cheikhna Mouhamed Fadel de la lignée de Cheikhna Cheikh Sadd-Bouh qui repose dans cette cité religieuse située au sud-est de la Mauritanie.

Selon les organisateurs, près de 50.000 pèlerins sénégalais y sont attendus chaque année.

aps

Actualités connexes