Selon  Jean-Claude Mimran : L’Afrique a pris trois décennies de retard à cause de la Banque mondiale et du FMI qui ont voulu imposer l’ouverture des frontières.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

mimranL’Afrique a pris trois décennies de retard à cause de la Banque mondiale et du FMI qui ont voulu imposer l’ouverture des frontières. Mais moi si j’essaie de vendre mon sucre [en dehors de l’Afrique], je ne le pourrai pas, il y aura des barrières infranchissables. Il n’y a aucune raison qu’un pays ouvre ses frontières si l’autre ne le fait pas.

L’entreprise dont vous avez hérité opérait essentiellement en Afrique. Pourquoi la famille s’est-elle installée en Suisse ?

Parce qu’on n’avait pas envie d’habiter en France. Nous sommes d’origine juive algérienne par mon père et corse par ma mère, nous nous sentions assez éloignés de la mentalité française. C’est d’ailleurs de plus en plus le cas ! Je me sens beaucoup plus corse que français.

C’est-à-dire ?

Nous avons beaucoup de points communs : la fidélité, la parole donnée. Des choses qu’on n’a plus beaucoup en Europe, en tout cas en France.

Je me sens beaucoup plus corse que français.

Est-ce pour cela que vous n’avez jamais beaucoup investi en France ?

Non. Je me suis intéressé à la France juste après l’élection de Mitterrand [prononcé “Mitrand”], au moment où les gens croyaient que les chars russes arrivaient. J’ai investi dans les systèmes informatiques et j’ai créé une société d’ingénierie. Pas que je sois socialiste, mais je trouvais que cela amenait quelque chose de neuf.

.jeuneafrique.com

Actualités connexes