Sebkha: Le parti El Moustaqbel accuse l’UPR de trafic d’influence

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

commission_main_a_main123Les responsables locaux du parti Moustaqbel de Sebkha accusent leurs confrères de l’Union Pour la République (UPR) de se livrer à une opération de débauchage des militants et sympathisants, grâce à de substantielles sommes d’argent, contre inscription sur les listes électorales et engagement, bien évidemment, de voter UPR.

Le coordinateur de Nouakchott de ce parti, Dicko Doudou, vice-président du Conseil national de ce parti a saisi Le Calame : « nos militants sont venus nous informer, vendredi dernier, de cette intolérable situation.

A l’instigation du maire de Sebkha, les responsables de l’UPR se rendraient directement chez les gens, pour récupérer, contre de l’argent, les cartes d’identité, afin de les inscrire sur les listes électorales. Nous dénonçons ces pratiques d’un autre temps.

Ces agissements prouvent le désarroi de ce parti qui n’a d’autres moyens que de se lancer dans le débauchage des militants d’autres partis ayant décidé de boycotter les prochaines élections », tempête Dicko Doudou.

Et Samory Ould Bèye, président du Conseil national d’El Moustaqbel, d’embrayer : « En se livrant à ce genre de pratiques, certains cadres et responsables UPR foulent au pied les textes qui exigent la présence physique des citoyens, pour leur inscription sur la liste électorale. Dans ces conditions », prévient Ould Bèye, « nous pouvons nous attendre à ce que cadres et gouvernement en place nous préparent une fraude véritablement industrielle ! »

Profitant de l’occasion, les deux responsables du parti Moustaqbel ont dénoncé l’inflation du prix du passeport, passé de 30 000 à 100 000 UM. « Oui, malgré le démenti apporté par le président de la République, lors de Ligha Chaab, c’est bien à 100 000 UM que ce sésame continue à se vendre aux citoyens bien lotis et mal outillés. Quant à l’enrôlement, il continue à se dérouler dans de très opaques conditions que la COD continue à dénoncer », déplorent Ould Bèye et Dicko Doudou.

Le Calame

Actualités connexes