Scandale retentissant dans les coulisses de l’ambassade du Royaume d’Arabie saoudite à Nouakchott :

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

saaoudiaDes visas qui touchent à la sûreté de l’Etat et détournement des affectations à la presse mauritanienne

Un certain nombre de médias mauritaniens et maghrébins ont relayé des informations parlant de trafic de grande échelle des visas pour le pèlerinage de cette année. L’ambassade de l’Arabie saoudite à Nouakchott aurait même délivré des visas à des personnes ayant présenté de faux documents par le biais d’agences de voyages avec lesquelles la représentation diplomatique saoudienne traite en exclusivité, dans une opacité totale, depuis l’arrivée de l’actuel ambassadeur.

Des sources médiatiques concordantes ainsi que des sites nationaux et maghrébins, ont indiqué, il y a quelques jours, que les autorités saoudiennes ont ouvert une enquête à propos de 70 pèlerins marocains ayant débarqués aux lieux Saints avec des visas délivrés par l’ambassade d’Arabie saoudite en Nouakchott. Ils ont failli être empêchés d’accomplir les rites du pèlerinage avant que l’institution royale marocaine n’intervienne auprès des autorités saoudiennes pour permettre aux sujets du roi Mohamed VI d’accomplir leur devoir religieux. Ce qui a effectivement eu lieu avec les pèlerins tunisiens dont certains, rapportent des sources médiatiques, disposaient également de visas de l’ambassade d’Arabie saoudite à Nouakchott!

Cette histoire de visas aurait embarrassé grandement les autorités mauritaniennes, certains observateurs soulignant que les agissements de l’ambassade d’Arabie saoudite à Nouakchott est un précédent sécuritaire, surtout en cette période où le terrorisme international transfrontalier. Ce qui peut favoriser de manière considérable des opérations terroristes, en plus du fait qu’il s’agit d’une transgression des lois et normes diplomatiques en vigueur entre tous les pays du monde et qui invitent à s’éloigner de tout ce qui peut toucher à la sûreté de l’Etat.

Et il parait que l’affaire est arrivée au plus haut niveau des autorités saoudiennes qui ont entamé une enquête avec les pèlerins du premier avion qui atterrit à Djeddah et qui disposent de visas de l’ambassadeur du royaume à Nouakchott. Des enquêtes auraient même commencé dès les aéroports de Casablanca et de Tunis. Et selon des sources dignes de foi, les autorités saoudiennes auraient même dépêché une mission d’enquête pour tirer au clair cette affaire de visas. Et d’après les premiers éléments d’enquête, certains visas délivrés par l’ambassade d’Arabie saoudite auraient bien eu pour support des documents falsifiés, notamment la carte d séjour de Mauritanie. Des sources sécuritaires ont indiqué à « Al Haqaiq » que la carte de séjour mauritanienne ne peut être falsifiée et que le manque de vigilance par rapport à ce document est, en soit, la preuve de la complicité de l’ambassade d’Arabie saoudite à Nouakchott, certains bénéficiaires de visas délivrés par cette chancellerie n’ayant jamais quitté le Maroc !

Notons que le journal mauritanien « Al Haqaiq » et certaines publications maghrébines travaillent à mener une enquête commune sur les dessous de ce dossier du pèlerinage très controversé.

Dans le même ordre d’idées, les autorités saoudiennes ont rédigé 74 procès-verbaux pour les Marocains arrêtés à l’aéroport de Djeddah et qui ont évoqué, chacun, la manière dont il a obtenu le visa de la Mauritanie. Ces PV doivent être remis aux autorités marocaines pour ouvrir une enquête avec les propriétaires des agences de voyages et d’autres personnes impliquées dans le circuit frauduleux des visas, surtout que certains bénéficiaires ont déclaré avoir remis de l’argent à ces individus après avoir obtenu le fameux sésame.

Il est attendu que l’enquête en cours sur cette affaire livre beaucoup de détails sur les réseaux de trafic de visas mauritaniens pour le pèlerinage mettant en cause l’ambassade de l’Arabie saoudite à Nouakchott. Le dossier peut toucher à l’ambassadeur lui-même mis en cause par bon nombre de mauritaniens et d’agence de voyage par sa façon de délivrer des visas aux personnes qui veulent se rendre en Arabie saoudite, sans passer par les intermédiaires de l’ambassade.

D’autre part, une autre affaire est en train de secouer ces jours-ci les murs de l’ambassade d’Arabie saoudite à Nouakchott qui a pris l’habitude de donner des abonnements annuels à des journaux mauritaniens pour leur fermer la bouche, sans se soucier si ces publications arrivent à la chancellerie de manière régulière ou non.

Malgré que ces journaux aient évité soigneusement d’évoquer le sujet des visas frauduleux et leur implication directe sur la sûreté de l’Etat, l’ambassadeur saoudien continue à se jouer de ces publications, depuis des années, en les appelant, directement au téléphone pour établir des factures pour 1000 dollars qu’il va délivrer sans tarder mais sans suite. Nous avons cependant appris de sources proches de ces journaux que leurs propriétaires ont rencontrés, il y a quelques jours, l’ambassadeur qui leur a affirmé que les abonnements ont été payés pour l’année dernière. Une allégation, selon ces confrères dont certains se demandent même si les abonnements des autres années n’ont pas été détournés, ce qui laissent supposer que les factures qu’ils ont pris l’habitude d’envoyer avaient servi de pièces comptables pour l’ambassade.

Et si les autorités mauritaniennes n’ont accordé aucune importance à cette affaire de visa, par considération pour ses bonnes relations avec l’Arabie Saoudite, ce dossier a quand même le mérite de projeter la lumière sur des agissements qui touche, par moments, à la sécurité, à l’achat de conscience et l’entretien de relations douteuses avec certains journaux, des partis politiques et des organisations de la société civile avec les chancelleries à nouakchott, comme l’ont révélé les documents de Wikileaks dans ses publications pour l’année 2011.

 

Alhaqaiq

 

Actualités connexes