Sahara Occidental: Le Polisario déclare l’état d’urgence et mobilise ses forces près de la frontière mauritanienne marocaine

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

sahara-ONUSelon des sources généralement bien informées, la direction militaire du Front Polisario, a révélé un état d’urgence et a mobilisé ses forces, à la fois dans le Mijek et Zook et Agwanit  et au frontière marocaine de la Mauritanie.

Le Maroc avait mené le 14 août, une opération de lutte contre la contrebande dans la région de Guergarate, limitrophe de la Mauritanie, et qui s’est soldée par le démantèlement de points de rassemblement de véhicules de contrebande et la saisie de 600 voitures.

Des sources ont rapportés que, la direction du Front Polisario a procédé à la résiliation des militaires dysfonctionnement avec un appel à ses forces de réserve.

Le Polisario avat saisi l’ONU, dénonçant une incursion militaire marocaine dans cette zone tampon située sur le territoire marocain, mais sous supervision onusienne.

Un document confidentiel de l’ONU a révélé que l’accord de cessez-le-feu signé en 1991 par le Maroc et le Front Polisario a été violé par les deux parties

Ce  document, secret, transmis au Conseil de sécurité en date du 28 août,Þ mentionné que le Maroc a mené, entre le 16 et le 25 août 2016, une opération qui devait s’inscrire dans le cadre de la lutte contre la contrebande dans la région de Guerguerat, au sud du Sahara occidental, au-delà du mur de défense érigé comme ligne de démarcation.
Ce mur de défense est une barrière de sable bâtie sur près de 2.500 kilomètres entre les deux entités et de lutter contre les incursions du Polisario..
Selon les auteurs du document, l’opération marocaine “a été lancée sans avertir au préalable la Minurso (mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental), contrairement aux exigences de l’accord militaire numéro 1” signé entre les deux parties.
L’opération aurait été lancée “avec le soutien des forces appartenant à la Gendarmerie royale marocaine”.
S’agissant du Polisario, la Minurso confirme la présence “d’environ 32 militaires armés du Front Polisario dans la même région, à l’intérieur d’une zone tampon qui jouxte la Mauritanie.
La Minurso considère cette présence comme une “violation” de l’accord de cessez-le-feu qu’elle est chargée de superviser depuis 1991.

A rappeler que le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est dit inquiet de la situation tendue qui prévaut au sud du mur de la défense marocain.

Dans un communiqué diffusé dimanche, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, exhorte le Maroc et le Polisario à cesser toute action risquant de mener à une escalade militaire aux frontières de la Mauritanie.

Actualités connexes