Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Sahara occidental : l’ONU appelle le Maroc et le Polisario à respecter le cessez-le-feu dans la région

0

?????????????????????????????????????????????????????????
Dans un communiqué diffusé dimanche, le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, exhorte le Maroc et le Polisario à cesser toute action risquant de mener à une escalade militaire aux frontières de la Mauritanie.
Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, s’est dit inquiet de la situation tendue qui prévaut au sud du mur de la défense marocain, une barrière de sable érigée par le Maroc sur plus de 2500 kilomètres afin de lutter contre les incursions du Polisario.
Dans un communiqué diffusé dimanche 28 août, le porte-parole du responsable onusien appelle le Maroc et le Polisario à suspendre toute action militaire qui pourrait briser le cessez-le-feu dans la région. Il exhorte les deux parties à respecter leurs engagements signés dans l’accord militaire ayant instauré la cessation des hostilités et à permettre à la Minurso d’engager des négociations sur la situation.
Une zone à haut risque
Le Maroc avait mené le 14 août, une opération de lutte contre la contrebande dans la région de Guergarate, limitrophe de la Mauritanie, et qui s’est soldée par le démantèlement de points de rassemblement de véhicules de contrebande et la saisie de 600 voitures.
Le Polisario a aussitôt saisi l’ONU, dénonçant une incursion militaire marocaine dans cette zone tampon située sur le territoire marocain, mais sous supervision onusienne. L’ONU a répondu n’avoir constaté aucun mouvement militaire suspect du Maroc dans cette région.
Pour Rabat, la région de Guergarate, seul passage terrestre entre la Mauritanie et le Maroc, est une zone à haut risque où prolifère tout type de trafics (voitures, hydrocarbures, devises…). Les autorités marocaines sont surtout alarmées par le risque terroriste qui prend, selon elles, une dimension « inquiétante ».
Nadia Lamlili
Jeune Afrique

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print