Sahara occidental: Horst Köhler nommé envoyé spécial de l’ONU au Sahara occidental

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

A 74 ans, Horst Köhler vient d’être nommé envoyé spécial de l’ONU pour le Sahara occidental. L’ancien président allemand succède à l’Américain Christopher Ross qui avait quitté son poste en mars dernier après huit années passées à ce poste.
Depuis 1991, la mission des Nations unies pour le Sahara occidental (Minurso) est chargée de faire observer le cessez-le-feu entre le Front Polisario et le Maroc. Mais toujours aucune solution n’a été trouvée concernant le statut de ce territoire non autonome. Le Polisario réclame un référendum d’autodétermination alors que Rabat propose une autonomie sous souveraineté marocaine.

Le nouvel envoyé spécial de l’ONU fera-t-il mieux que son prédécesseur qui n’avait plus de crédit auprès du Maroc ? Horst Köhler n’a pas fait carrière dans la diplomatie, mais il lui en faudra pourtant pour faire avancer le dossier épineux du Sahara occidental.

Fils de paysans devenu brillant économiste, il a présidé la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et dirigé le Fonds monétaire international. Son passage à la présidence de 2004 à 2010, une fonction essentiellement honorifique, lui a valu une véritable popularité au point même d’être surnommé par la presse allemande « Super Horst ». Mais en 2010, il démissionne après une campagne de presse critique à son égard. C’est la stupeur dans l’opinion publique.

Franc-parler

Dans son parti, la CDU d’Angela Merkel, on le dit alors trop susceptible et irritable. Horst Köhler est réputé pour son pragmatisme et sa franchise. En tant que président, il n’a pas hésité à qualifier les marchés financiers de « monstres », à demander des excuses aux banquiers et à critiquer les hommes politiques de son pays.

Aura-t-il le même franc-parler face aux autorités marocaines et au Front Polisario ? Le Sahara occidental ne fait pas partie des dossiers qu’il a eu à suivre, mais l’Afrique est devenue au fil des années une passion pour lui. Dès son arrivée à la présidence, il avait d’ailleurs eu ces mots pour le continent : « L’humanité de notre monde se jugera au destin de l’Afrique ».

Actualités connexes