Resencement : Mohamed Ould Maouloud appelle la République des coquins à rectifier le tir

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

ufpLô Gourmo Abdoul s’insurge contre le comportement d’un Etat mercenaire devenu une annexe de l’administration française

Au cours d’une conférence de presse organisée – ce mercredi 15 mai, au siège social de son parti – Mohamed Ould Maouloud, président de l’UFP, s’est attaqué aux conditions imposées aux Mauritaniens de France dans le cadre du recensement. Il a dénoncé la circulaire qui enjoint aux autorités françaises de ne renouveler ou délivrer un titre de séjour qu’aux Mauritaniens munis d’un  passeport biométrique. Il a estimé en substance que cette circulaire ainsi que les conditions qui lient le recensement au titre de séjour – qui se ne réfèrent aucun texte juridique – sont illégales. Le président de l’UFP a appelé la République de coquins qui décide tout sans se référer à aucune loi, à mettre un terme aux obstacles dressés devant les Mauritaniens de France en ce qui concerne les opérations de recensement. Il a estimé que les conditions qui doivent être imposées à ces derniers doivent être similaires à celles imposées aux Mauritaniens résidant en Mauritanie. Le président de l’UFP a réclamé la réintégration dans leur rôle des fonctionnaires compétents de l’Etat civil qui ont été déplacés sans que l’on sache pourquoi. Enfin il a exigé à ce qu’un audit destiné à voir clair dans le recensement soit entrepris.

 Abondant dans le même que son président, maître Lô Gourmo Abdoul a dénoncé la dénasalisation illégale de citoyens mauritaniens à laquelle est en train de se livrer les autorités actuelles. Il s’est insurgé contre le comportement de l’Etat – qui en exigeant un titre de séjour français dans le cadre d’un recensement purement mauritanien – est devenu comme une annexe de l’administration française. Maitre Lô a estimé qu’en exigeant un tel titre l’Etat se comporte en fait comme un Etat mercenaire de la France. Reste à savoir si cela va suffire pour inciter les pouvoirs publics à rectifier le tir.

 

Taqadoumy (Mauritanie)

Actualités connexes