Recensement administratif à vocation électorale (RAVEL) : Les premiers couacs

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

CENIA peine entamé, le RAVEL connaît déjà ses premiers couacs, signe que ce recensement à vocation électorale conçue pour établir la fiche destinée aux élections programmées en septembre-octobre prochain, a été fait dans l’improvisation et la précipitation.

Notre reporter a fait le tour de certains centres à Nouakchott et voilà ce qu’il a rapporté. Beaucoup de matériels utilisés dans le cadre du RAVEL sont désuets et obsolètes, tels que ces machines à tirer qui sont tombés déjà en panne au deuxième jour de l’opération de recensement dans certains centres.

Du coup, les agents préposés à la tâche sont d’ores et déjà placés devant de douloureux dilemmes. A cela s’ajoutent des contradictions dans les instructions qui leur ont été données.

Alors que certains agents ont été sommés de faire les enregistrements sur ordinateurs mais sans carte d’électeur, d’autres au contraire ont été priés de délivrer ces cartes à chaque électeur recensé.

Avec un seul agent chargé du recensement par centre, l’opération risque ainsi d’être entachée d’erreurs, si l’on sait que l’écrasante majorité des agents recrutés sont des filles. Les centres ne sont pas non plus gardés ce qui expose les responsables des centres à d’éventuelles exactions.

A Nouakchott, tout le matériel de bureau installé dans les centres est retiré le soir et gardé ailleurs, la plupart des sites n’offrant pas de garantie de sécurité. Ces matériels sont réinstallés le matin.

Si l’on sait qu’il n’existe qu’un seul véhicule pour la mission, imaginez les retards considérables dans certains bureaux qui devront attendre tard pour récupérer leurs outils de travail. Il aurait été ainsi plus judicieux de choisir des bureaux où la sécurité est pleinement assurée pour éviter ces pertes de temps inutiles.

En plus de retarder les opérations, ce déménagement-réaménagement continuel s’accompagne aussi d’erreurs, une machine appartenant à un centre se retrouvant dans un autre centre et vice-versa.

La plupart des centres ouverts également à Nouakchott ne disposent pas d’électricité car logés dans des établissements scolaires qui n’en sont pas au départ pourvus.

D’autre part, les agents préposés au RAVEL souffrent du crédit dérisoire qui leur est offert, ce qui limite leur possibilité de toucher leurs chefs en cas de problèmes. Enfin, ces centres sont ouverts à tout vent, ce qui permet à n’importe qui de prendre contact avec les responsables et pourquoi pas de les influencer.

MOMS

Actualités connexes