Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print
Share on skype
Share on telegram
Share on email
Share on linkedin

Radicalisation: La ligue des Oulémas du Sahel recommande une double protection pour les jeunes

0

Les jeunes de l’espace sahélien doivent faire l’objet d’une double protection en matière de prévention de la radicalisation, a recommandé mercredi la ligue des oulémas, prêcheurs et imams des pays du Sahel.

Qualifiés de “cibles vulnérables”, les jeunes doivent faire l’objet d’une attention particulière, d’abord, de la part des leaders religieux de la région en vue de leur “éviter de tomber dans le piège de la radicalisation et de l’extrémisme”, a annoncé la déclaration finale du cinquième atelier de la ligue, aux termes de deux jours de travaux dans la capitale tchadienne N’Djamena.

A ce titre, les oulémas, imams et prêcheurs doivent “revoir leurs discours religieux, afin de le rendre plus en phase avec les attentes et aspirations des jeunes”, dit le communiqué dont Anadolu a eu copie.

De leur côté, les Etats doivent accompagner les efforts des leaders religieux dans leur mission de prévention de la radicalisation et de l’extrémisme violent, recommande le communiqué.

Des programmes d’activités à l’adresse des jeunes, englobant les secteurs cultuels, devraient ainsi être mis en place pour “prémunir les jeunes contre toute tentative d’endoctrinement de la part des idéologues des groupes terroristes.”

La ligue a également recommandé que les Etats procèdent à la formation des leaders religieux aux nouvelles technologies de la communication (NTIC) afin “d’élargir leur auditoire et le rendre plus performant et efficace.”

Considérées comme “le premier rempart” contre la radicalisation, les femmes devraient voir leur rôle réévalué dans le processus de prévention de la radicalisation. A ce titre, la ligue a recommandé de transposer et d’élargir, à tous les pays du Sahel, les organismes tels que les Morchidates en Algérie ou les Âlimates au Tchad.

L’objectif de cette démarche est d’amener ces femmes à “intervenir de manière précoce contre tout processus de radicalisation.”

Organisé sous le thème du “rôle des imams de la région du Sahel dans la protection des jeunes contre la radicalisation et l’extrémisme violent”, les travaux de cet atelier se sont ouverts, mardi, en présence d’Ahmad Mohamed Bacher, ministre de la Sécurité et de l’Immigration du Tchad.

L’atelier a vu la participation de leaders religieux des pays suivants: l’Algérie, la Mauritanie, le Mali, le Niger, le Nigeria, le Burkina Faso et le Tchad. Des représentants du Sénégal, de la Côte d’Ivoire et de la Guinée ont également été présents.

Les pays du Sahel sont particulièrement visés par le terrorisme, notamment dans le Nord Mali où des groupes proches d’Al-Qaïda ont étendu leurs activités aux Niger et Burkina Faso voisins. Le Tchad est également visé par le terrorisme de Boko Haram qu’il combat dans le bassin du Lac Tchad, dans le cadre d’une alliance militaire régionale.

التعليقات

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

Leave a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share on facebook
Share on twitter
Share on whatsapp
Share on print