Présidentielles 2014 Mauritanie : le congrés pour l’union de l’opposition

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

cod_juillet_4189_partiraL’opposition mauritanienne se prépare pour les présidentielles 2014. Elle va tenir un congrès en février prochain sans doute pour se positionner comme une alternative au régime de Ould Aziz.

Une concertation à laquelle participeront la Coordination de l’Opposition Démocratique ( COD) qui regroupe 11 partis, l’Alliance Patriotique (AP) avec 3 partis ainsi que le parti islamiste Tawassoul nouveau chef de file de l’opposition au prochain parlement et enfin des leaders d’opinion nationaux et de la société civile.

Les congressistes devront trouver des solutions pour sortir le pays de la crise politique qui secoue le pays depuis juillet 2009. Une façon de laver l’affront des dernières législatives et municipales remportées largement par Ould Aziz en pôle position pour les présidentielles 2014.

A quelques mois des présidentielles de 2014, l’opposition fourbit ses armes en convoquant en février prochain un congrès de clarification pour l’union de l’ensemble des partis en question. Cultivant la même ambiguïté depuis des années, les principaux leaders Ould Daddah du RFD et Ould Maouloud de l’UFP ont du mal à sortir de la critique systématique du régime de Ould Aziz sans apporter de véritables solutions aux principales préoccupations des mauritaniens et à la longue crise politique qui secoue le pays depuis juillet 2009.

Le boycott des dernières élections ayant plus profité au parti de la majorité l’UPR et au locataire du palais de Nouakchott. Pour l’opposition ce n’est pas encore le temps de renouer au dialogue avec le pouvoir mais celui de la mobilisation et de la résistance de toutes les forces démocratiques sans oublier les leaders d’opinion nationaux et de la société civile avec une participation éventuelle du parti islamiste qui avait quitté la COD pour cavaler seul aux dernières élections devenant ainsi le chef de file de la nouvelle opposition au prochain parlement.

Un congrès est donc nécessaire pour trouver des pistes de réflexion et une plateforme commune pour sortir le pays de l’impasse politique à laquelle il est confronté. Et également pour que les travaux se déroulent dans de bonnes conditions qui rassurent tout le monde. Cependant les observateurs s’interrogent sur la recomposition de l’opposition qui aura du mal à trouver de nouveaux alliés pour de nouveaux compromis.

Le président de Tawassoul Ould Mansour devra trancher encore une fois entre une opposition dans le système et une opposition en dehors du système c’est-à-dire en adéquation avec la Coordination. Un dilemme pas facile pour un parti qui vient de gagner 16 places à l’assemblée nationale donc assez autonome et en position de force pour toute négociation.

L’enjeu pour l’opposition c’est de se positionner comme une alternative au régime de Ould Aziz. Pour cela elle devra trouver un cadre d’action qui dure jusqu’aux présidentielles prochaines. Les avancées ne se feront qu’au prix de laborieuses discussions. D’ici deux semaines les observateurs s’attendent à des consultations très serrées pour rapprocher les positions et saluent l’initiative de ce congrès. Et au-delà c’est la crédibilité de l’opposition qui est en jeu.

 

Baba kane

Actualités connexes