Présidentielle: Al Wiam réfute l’prdre établi par le Conseil constitutionnel

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Cette remise en cause des chiffres du Conseil constitutionnel a été faite dans le communiqué qui suit :

 « Les élections qui el_wiam_logose sont déroulées le 21 juin dernier et auxquelles notre candidat Mr Boydiel Ould Houmeid a participé ont consacré la victoire du Président Mohamed Ould Abdel Aziz ou la majorité des électeurs Mauritaniens lui ont fait confiance dans ce scrutin.

Les résultats de l’élection consignés dans l’ensemble des Procès verbaux dont copies sont disponibles au niveau central (conseil constitutionnel, CENI, MIDEC) et régional (Départements et Communes) ont placé notre candidat en troisième position.

A l’annonce de ces résultats, et après évaluation de la campagne, notre Candidat a organisé une conférence de presse ou il a reconnu ces résultats et a même félicité le gagnant du scrutin.

Notre Direction de campagne a été surprise de constater à la lecture du procès verbal définitif que le Conseil Constitutionnel et dans la précipitation a revu l’ordre des candidats pour placer le notre en quatrième position.

A notre niveau et après investigations internes et auprès du CC et la CENI, nous ne sommes pas parvenus à trouver des raisons valables et convaincantes à ce changement de dernière minute. Au contraire nous sommes restés persuadés que des insuffisances notoires et un manque de professionnalisme ont caractérisé le travail de notre honorable institution le Conseil Constitutionnel. Le cas de la confusion dans le traitement spécifique et précipité des bureaux de vote du Département de Rosso illustre bien ces faiblesses.

Partant de ce constat, nous réaffirmons globalement notre satisfaction du processus électoral qui s’est déroulé le 21 juin et qui s’était soldé par la victoire du Président Mohamed Ould Abdel Aziz, mais en même temps ne reconnaissons que l’ordre ayant placé notre candidat en troisième position.

C’est également l’occasion de demander à notre illustre institution le Conseil National à laquelle les Mauritaniens placent beaucoup d’espoir de mesurer la portée de sa mission et de prendre tout le temps qu’il faut pour analyser les PV d’élection signés par ses propres représentants, avant de proclamer des résultats aussi sensibles à l’opinion. »

Mohamed Ould Nemine

Actualités connexes