Poutine : «L’usage de la force en Ukraine est une décision de dernier recours»

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

ploutine 1 entretienLe président russe Vladimir Poutine s’exprime pour la première fois devant les journalistes sur l’Ukraine. Suivez les évènements en Ukraine minute par minute.

Vladimir Poutine: “coup d’État anticonstitutionnel” en Ukraine

 
Le président russe Vladimir Poutine s’exprime pour la première fois devant les journalistes sur l’Ukraine.
 
Pour Poutine, les événements en Ukraine sont “un coup d’État anticonstitutionnel”. Il dénonce une “prise de pouvoir par les armes”.

Viktor Ianoukovitch n’a “jamais ordonné de tirer sur les manifestants”, assure le président russe. Il est “le seul président légitime” même s’il n’a aucun pouvoir. 

Recourir à la force militaire en Ukraine est une décision “de dernier recours”, assure Poutine. Concernant les exercices militaires à la frontière, il affirme qu’ils étaient prévus de longue date et n’ont aucun rapport avec les événements en Ukraine.

“La situation tendue en Crimée était liée à l’usage éventuel de la force” qui n’a pas eu lieu, continue Vladimir Poutine. Il assure qu’il n’y a pas besoin d’envoyer de troupes en Ukraine.

Le président russe se réserve néanmoins le droit de recourir à “toutes les options” en cas de troubles dans l’est de l’Ukraine.

“Tout ce que nous faisons est légitime”, selon Poutine qui estime respecter le droit international.  L’usage de la force serait “parfaitement légal” car la Russie est appelée à l’aide par la population ukrainienne.

Selon Vladimir Poutine, il n’y a pas de soldat russe en Crimée. Les hommes armés, sans insigne, sont des “forces locales de défense”.

Faisant référence aux critiques de l’Occident sur l’action russe en Ukraine, il répond que les interventions en Afghanistan, Irak et Libye n’est pas légales.

Si le nouveau gouvernement à Kiev n’est pas légal aux yeux de Vladimir Poutine, le premier ministre de Crimée, pro-russe, est légitime car il a été choisi par le parlement de Crimée.

 

Fin du tarif préférentiel du gaz pour l’Ukraine

 
Gazprom a décidé de mettre fin à partir du mois d’avril à la baisse du prix du gaz vendu à l’Ukraine, accordée en décembre dans le cadre d’un plan de sauvetage de cette ex-république soviétique, a annoncé le patron du géant russe Alexeï Miller.

“Etant donné que l’Ukraine ne remplit pas ses obligations, ne remplit pas les accords sur l’octroi d’un rabais signés comme avenant au contrat, Gazprom a décidé de ne pas prolonger la durée de ce rabais, et ce dès le mois prochain”, a déclaré le PDG de Gazprom, suggérant par ailleurs d’accorder entre 2 et 3 milliards de dollars à Kiev pour régler sa dette gazière.
 
 
lefigaro.fr

Actualités connexes