Pourquoi la dernière menace terroriste de Al Qaida a épargné la Mauritanie et l’Algérie

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Makhou Poiints ChaudsLa dernière Black-list de Al Qaïda précisément Aqmi a été dressée en indexant des pays comme d’habitude la  France mais aussi le Mali, le Sénégal et d’autres pays ayant  contribué à l’échec de sa fulgurante ascension au Mali parmi tant d’autres et ceci montre à quel point Al-Qaïda est déterminé à s’emplanter d’avantage   en Afrique occidental, projet dont la faisabilité  reste encore et pour plusieurs raisons, discutable.

 

Mais sans doute la première raison d’avoir épargné la Mauritanie de son short list , saute d’ailleurs  à l’œil , c’est  sans doute à propos de l’intervention au Mali contre Aqmi , qui a  constitué  un grand échec au vu des documents découverts par les journalistes français au sujet des projets qu’entreprenait Aqmi au Mali, cela va s’en dire qu’ils ont voulu utiliser les touaregs rebelles. Cette intervention s’est faite sans la participation directe de la Mauritanie mais pas précisons-le , pas sans sa collaboration.  

 

L’équation du second degré des rebelles Touaregs du Nord Mali ou du Azawad , au choix , constitue un dilemme à savoir :  avant l’arrivée des terroristes islamistes et des narco-jihadistes , ils n’avaient jamais eu une notoriété aussi forte pour peser sur la balance décisionnelle dans le territoire malien mais ces terroristes ont vite été encombrants au point que les  Touaregs rebelles ont compris qu’ avec le label Aqmi la conquête pour l’indépendance ne sera pas chose crédible voire faisable.   

 

Bien que la Mauritanie ait été distinguée par la communauté internationale par sa politique de lutte anti-terroriste, une politique intelligente et efficiente très loin du Copier Coller  serait-il nécessaire de rappeler qu’elle est  diligentée depuis les sphères les plus hauts de l’Etat.

 

Cette distinction  de la Mauritanie n’est pas du tout un simple compliment, on peut même dire que la quasi-totalité des projets terroristes  entrepris sur le sol mauritanien sont allés droit au mur, compte tenu de services de renseignements up to date et autres services militaires et paramilitaires efficaces jusqu’à nos jours vis-à-vis en tout cas du terrorisme.

 

Une bonne lecture du projet de Alqaida , en plus des autres serait-il une ficelle pour tirer son épingle du jeu face au terrorisme devenu omniprésent  , si oui il y’a de quoi se mettre à l’école de la Mauritanie dans ce domaine. Car on dirait que la réussite se pointerait au bout de l’effort.    

 

Au point que lors de la visite  toute dernière d’un ministre à l’intérieur du Pays, il  soulignait l’avènement d’une nouvelle Mauritanie loin du terrorisme.

 

La réponse donnée aux terroristes à la  prise d’otage d’In Amenas par les autorités de l’Algérie est un message claire et sans équivoque du sort qui est réservé au terrorisme s’il venait à agir en Algérie. Car l’Algérie a connu un passé douloureux qu’elle ne souhaite pour aucune raison voir revenir la politique de l’extrémisme religieux , ni en passant par la porte ni par la fenêtre

 

Deux caïds contre Al-Qaïda se sont dressés sur son chemin  au Maghreb, aujourd’hui Aqmi a actualisé le short list de ses ennemis sans pour autant y faire figurer ni la  Mauritanie ni l’Algérie pendant que le Royaume Chérifien, qui s’était démarqué jusqu’à nos jours de ces soubresauts voit apparaitre son nom inscrit dans la fameuse black-list .

 

Et à partir de là, surgit la question à savoir ceci viendrait-il d’une stratégie d’Alqaida ou de l’inverse.

 

La première hypothèse ressemblerait à une sorte de tactique pour bien asseoir sa  politique en Afrique occidentale qui constituerait à relier les bases supposées arrières dans le Maghreb à celles des Shebabs et de Boko haram en passant bien entendu par des pays comme le Sénégal , le Mali , le Niger , etc, ce qui n’est pas mince affaire , on a vu les résultats au Mali. Donc le Magreb est un point stratégique pour Al-Qaida , une sorte de tanière de base arrière sécurisée ou à sécuriser . La notion de tanière ou de base arrière dans le Maghreb est d’autant plus vérifiée par l’opération menée par les américains pour dénicher l’une grosse pointure d’Alqaida en Lybie. L’opération a été plus ou moins mal perçue par l’Administration controversée Libyenne, malgré cette position on a vu le Premier Ministre Libyen à une en otage capturé par on sait lequel des groupuscules qui pullulent.

 

L’inverse serait que ces pays qui pourraient considérer le terrorisme comme un mal incontournable, en perpétuel gestation, qui se développe dans le monde arabo-musulman contre vents et marées,   se servir du mouvement pour mieux sécuriser  leur territoire et mieux réussir leur politique anti-terroriste. En lui inscrivant sur une sorte d’algorithme « Tant que vous restez tranquille, vous coopérez, On vous oublie, mais nous vous quittons pas de l’œil ».

 

Makhou

 

Points Chauds

 

Actualités connexes