Pollution de l’air : la Guadeloupe en alerte rouge.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Ce mercredi 24 mai 2017 en Guadeloupe, la concentration en particules fines PM10 dans l’air devrait dépasser les 50 microgrammes par mètre cube (μg/m3). L’archipel a donc maintenu la procédure d’alerte activée il y a quelques jours.

Cette pollution s’explique par la combustion d’énergie fossile, par les moyens de transport polluants et les activités industrielles de l’archipel. Elle n’est toutefois pas uniquement d’origine humaine : une part non négligeable de cette pollution est d’origine naturelle. Elle est liée au passage des brumes de sables sur l’archipel guadeloupéen. Les Antilles sont affectées chaque année par des brumes épaisses constituées de terre et d’argile, en provenance de plusieurs pays situés pour la plupart en Afrique de l’Ouest (Mali, Mauritanie, Tchad, Sud du désert marocain), et transportées par le vent. La Martinique traverse également un épisode de pollution en particules fines mais n’a pas encore atteint le seuil d’alerte.

Un tel niveau de concentration de polluants dans l’atmosphère présente un risque pour la santé humaine et pour l’environnement. La préfecture de Guadeloupe recommande ainsi de réduire la vitesse de circulation, de privilégier le covoiturage, les transports en commun et les modes de déplacement non polluants, mais aussi d’arrêter l’utilisation de barbecue et de respecter l’interdiction du brûlage des déchets verts à l’air libre.

Actualités connexes