NSA : le pape François (aussi !) sur écoutes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

pape-j120La presse italienne révélera jeudi que le cardinal Bergoglio a été écouté par les services secrets américains durant le conclave… et peut-être après son accès au trône de Pierre.

Même les conversations du pape ont été mises sur écoutes par la National Security Agency (NSA) américaine. C’est l’hebdomadaire transalpin Panorama qui le révélera dans son édition de jeudi. Selon l’enquête, les espions américains ont capté les communications des cardinaux utilisant dans la péninsule et dans l’État du Vatican des opérateurs de téléphonie italiens. Les comptes rendus de ces conversations étaient classés en quatre catégories : “intentions de la hiérarchie”, “système financier”, “objectifs de politique étrangère” et “droits de l’homme”. Une activité d’espionnage qui a redoublé durant la période du conclave. Les services secrets américains avaient notamment mis sur écoutes la Domus Internationalis Paolo VI, l’hôtel romain où résidait un certain… cardinal Bergoglio.

Ce n’est pas véritablement une surprise. Les documents de WikiLeaks ont révélé que, depuis le conclave d’avril 2005 durant lequel il avait été le principal concurrent de Joseph Ratzinger, les services américains se sont beaucoup intéressés à l’archevêque de Buenos Aires. L’ont-ils écouté depuis qu’il occupe le trône de Pierre ? Le responsable de la salle de presse, le père Lombardi, dit ne rien savoir. Mais l’inquiétude est grande au Saint-Siège, car, contrairement à ses prédécesseurs, le pape François délègue très peu et communique beaucoup avec ses collaborateurs par téléphone. De même, la NSA aurait multiplié les écoutes aux dépens d’Ernst von Freyberg, le nouveau président allemand d’IOR, la banque du Vatican.

Toujours selon Panorama, une cellule de la NSA est installée dans une annexe de l’ambassade américaine à Rome située via Sallustiana. Le système d’écoute électronique installé dans une pièce insonorisée et sans fenêtre permet de déchiffrer conversations et mails, y compris ceux qui sont cryptés. Mais, dans la Ville éternelle, une autre agence américaine d’espionnage est également très active : la CIA. Toutefois, les agents de Langley ne bénéficient pas des systèmes technologiques d’écoute de la NSA. Leur travail d’information se base sur la corruption de techniciens d’opérateurs de téléphonie, de trafic internet ou de banquiers.

 

Lepoint.fr

Actualités connexes