Nous sommes tous des Touarègues de Tamkoutat…

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

lo_gourmo 123Le 6 février 2014 à Tamkoutat, entre Gao et Ménaka, au Nord Mali, un massacre a été commis contre des membres de la communauté touarègue par une bande de peuls organisés en milice pour se venger de la mort de certains des leurs, assassinés dans d’obscures conditions par des éléments qu’ils accusent être de la communauté touarègue.

40 personnes, dont des enfants et des vieillards liquidés pour leur seule appartenance raciale ou ethnique…L’abjection, la honte totale. Un génocide.

Le Nord Mali a servi et continue de servir d’incubateur des fantasmes les plus destructeurs de la cohésion de nos jeunes nations, au risque de plonger définitivement toute la région soudano-sahélienne dans une guerre sans frontière, sans nom et sans fin, une guerre de tous contre tous, où des “identités” surfaites et mortifères seules seront les repères de la haine des autres et, par là même, de la condamnation à mort de tous.

Toutes les valeurs communes à nos populations sont piétinées, jetées aux orties, pour la plus grande satisfaction des trafiquants de tous bords dont le programme d’affaiblissement voire de démantèlement de nos Etats était la condition de leur irrésistible prolifération.

Pour un Peul autant que pour un Touarègue, un Soninké qu’un Bambara, un Maure qu’un Sérère, un Olof qu’un Haoussa…, le déshonneur n’était, il n’y pas si longtemps, ni dans la soif ni dans la faim ou la misère, mais dans la honte absolue de l’injustice.

Mais celle-ci est devenue la norme pour tous nos Etats qui, année après année, jour après jour, en ont diffusé la funeste culture dans tous les pores de nos sociétés, à commencer par les élites et les Bien-pensants. Nul cependant ne devrait se soumettre à cette logique de la pire des dépendances à l’égard de nos non-Etats et de nos irrépubliques.

Toutes nos ethnies, toutes nos races, tous nos peuples, sans aucune exception, doivent se dresser contre cette dérive dangereuse qui, au Sud Soudan, en Centrafrique, en Somalie, en Libye etc. partout, nous font tous les jours franchir les frontières de l’inhumanité et nous font tourner le dos à nos vraies valeurs africaines, faites de tolérance, de respect d’autrui, de compassion, de solidarité et de partage. Nous devons dire non à notre déshonneur quoi qu’il puisse nous en coûter. Alors, aujourd’hui, nous sommes tous des Touarègues de Tamkoutat!

Actualités connexes