Niger: Hama Amadou transféré de sa prison vers l’hôpital de Niamey

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Au Niger, l’opposaHama Amadou niger premier ministre retour_0nt Hama Amadou a quitté ce vendredi la prison de Filingué où il est détenu dans une affaire de trafic présumé de bébés. L’opposant doit participer au second tour de la présidentielle le 20 mars, face au président sortant Mahamadou Issoufou. Officiellement, il sort de prison pour des raisons de santé. Pourtant, ce vendredi soir, son parti et la plateforme de l’opposition, la COPA, appellent au boycott du scrutin.

Le porte-parole de Hama Amadou, Manan Sani, l’a confirmé à RFI, la coalition d’opposition COPA 2016 et le candidat Hama Amadou confirment leur retrait du processus électoral. Et ils appellent les électeurs nigériens à ne pas participer au second tour de l’élection présidentielle. Pour eux, « les conditions de légalité et de légitimité du scrutin ne sont pas réunies ». Le processus de vote, puis la validation et la proclamation des résultats, ont été selon eux entâchés de graves irrégularités. Il n’y a donc aucune raison, précise-t-on, pour que les représentants de l’opposition au sein de la Commission électorale retournent siéger, ni pour que les députés de l’opposition siègent à l’Assemblée nationale, ni enfin pour que les électeurs nigériens participent à un second tour, qualifié de « faux duel ». Depuis jeudi soir, et le non-désistement de Hama Amadou à l’expiration du délai légal prévu, les spéculations allaient bon train sur la décision que prendrait Hama Amadou et ses alliés de la COPA 2016, en vue du second tour. C’est maintenant officiel : c’est un retrait total et un appel au boycott. Parallèlement, aujourd’hui, on a appris que Hama Amadou, emprisonné depuis novembre dernier dans le cadre d’une affaire présumée de trafic de bébés, avait quitté la prison pour des raisons sanitaires. Hama Amadou a quitté la prison civile de Filingué, à environ 160 km au nord-est de la capitale. Il doit être admis dans la soirée à l’hôpital de Niamey, où le Pavillon de la Francophonie a été préparé pour son arrivée, sous la surveillance d’un peloton de la gendarmerie nationale. Selon plusieurs sources, il s’agit d’un transfèrement sanitaire, même si le médecin personnel de Hama Amadou n’a pas encore publié de communiqué sur son état de santé. Le candidat de l’opposition devait initialement être transporté en hélicoptère en compagnie de son médecin personnel. Mais un problème technique a empêché son décollage. C’est donc par la route qu’Hama Amadou se rend à Niamey.

Burkina : insécurité, Paris dépêche le général Facon pour prêter main forte à Roch Kaboré

– Roch Kaboré vient de recevoir le soutien de la France qui a donné l’ordre au général Pascal Facon d’atterrir rapidement au Burkina Faso pour voler au secours des autorités locales. Arrivé du Sénégal où il est basé, l’officier général français a eu un entretien ce jeudi 10 mars avec le chef de l’État burkinabè. Il s’est agi pour les deux hommes d’évoquer la situation sécuritaire préoccupante du pays, d’après l’AIB.

Roch Kaboré privilégie l’assistance française.

Roch Kaboré a reçu en audience le général Pascal Facon le jeudi dernier. Avec son hôte, il a été question d’aborder toutes les questions liées à la sécurité du Burkina Faso notamment la coopération entre Paris et Ouagadougou sur le plan militaire. L’armée française propose ses services aux troupes burkinabè en vue de renforcer ses capacités et de les aider à faire face à la menace terroriste de plus en plus d’actualité dans la région du Sahel. Le général de brigade Pascal Facon « commande à partir de Dakar, un dispositif qui conduit des actions de coopération opérationnelle, c’est-à-dire de maintien, de mise en condition opérationnelle des unités dans tous les pays de la CEDEAO et de la Mauritanie». Notons que sa visite coïncide avec la nomination par le président Roch Kaboré du colonel François Ouédraogo au poste de directeur de l’Agence nationale du renseignement (ANR).

Cet officier supérieur aura la lourde tâche de diriger la « Communauté burkinabè de renseignements qui comprend l’ensemble des structures de renseignements, ainsi que les autorités et les entités ayant une mission d’orientation, d’alerte, d’analyse ou de diffusion de renseignements ».

Afrique Sur 7

Actualités connexes