Nicolas Sarkozy placé en garde à vue dans l’affaire des écoutes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Share on print

Nicolas Sarkozy a été placé en garde à vue mardi matin dans les locaux de la police judiciaire de Nanterre (Hauts-de-Seine) dans le cadre d’une enquête sur un trafic d’influence présumé, a-t-on appris de source judiciaire.Sarko

Cette mesure imposée à un ancien chef de l’Etat est une première sous la Ve République.

Nicolas Sarkozy avait été mis en examen dans l’affaire Bettencourt, moins d’un an après sa défaite à la présidentielle, avant d’obtenir un non-lieu en 2013, mais à la suite d’une convocation par un juge.

Le porte-parole du gouvernement, Stéphane le Foll, a assuré sur i>TELE que la justice devait “aller jusqu’au bout”, estimant que Nicolas Sarkozy était “un justiciable comme les autres”.

“J’ai même été accusé d’être à la tête d’un cabinet noir”, a-t-il dit en rejetant les accusations d’instrumentalisation politique de l’affaire lancées par les proches de l’ancien chef de l’Etat.

L’UMP Valérie Debord a néanmoins dénoncé “une instrumentalisation de la justice contre un homme, contre le retour d’un homme” dans la vie politique.

“Je ne suis pas sûre que ce soit la bonne façon de rendre la justice au nom du peuple”, a-t-elle dit sur BFMTV.

“Jamais on n’aura affublé un ancien président d’un tel traitement, d’un tel déferlement de haine”, a également déclaré le maire UMP de Nice, Christian Estrosi, sur son compte twitter.

PARIS (Reuters)

Actualités connexes